• Tuerie à Charlie hebdo

     

    Tout le monde est évidemment effondré par ce qui s’est passé à Charlie hebdo. 12 morts en quelques minutes, flingués par des hommes armés et encagoulés. Cette attaque semble avoir été menée par des islamistes. François Hollande a dénoncé un acte terroriste et décidé de relever le plan Vigipirate en Île-de-France. Des caricaturistes très connus comme Cabu et Wolinski qui avaient gardé une irrévérence formée en 1968 sont morts. A cette liste lugubre, il faut ajouter le nom de Bernard Maris, économiste et chroniqueur peu orthodoxe des turpitudes du libéralisme. Les premières pensées vont évidemment à ces victimes et à leurs familles. L’émotion est intense, et tout le monde condamne cet acte qu’on qualifie de barbare. Malheureusement ces qualificatifs ne suffisent plus. Il semble que progressivement on se dirige vers une guerre de religions qui ne dit pas son nom. Pour des raisons diverses et variées, il y a un climat en France et certainement ailleurs en Europe de délitement de la république, de rabaissement de l’Etat.  Il ne semble pas qu’on ait connu une telle situation depuis une vingtaine d’années, c’est-à-dire depuis les attentats dans le métro parisien. Il faudra attendre un peu pour en savoir plus sur les auteurs de ce crime. Après tout il se pourrait aussi qu’on se trompe et qu’il s’agisse d’un leurre destiné à faire croire que l’attentat a été commis par des islamistes.

    Par ailleurs, la police connait depuis des années ces réseaux fondamentalistes qui disposent d’armes et de moyens financiers. Il semble que ces derniers temps, alors même que Valls faisait état il n’y a pas très longtemps de possibilités d’attentats terroristes, la surveillance de ces réseaux se soit relâchée.

    Il n’est pas question une minute d’excuser ce type d’acte barbare. Cependant au-delà de l’émotion qui est très forte dans le pays et dans le monde entier, il est nécessaire de réfléchir un peu.

    La situation est évidemment dangereuse parce qu’elle va engendrer une demande pour un Etat policier plus fort et plus entreprenant. Il est également possible de s’interroger sur les capacités de la France à intégrer les populations  immigrées qui sont les plus fragiles. On parle de plus en plus souvent d’un échec du modèle français. Même s’il n’est pas sûr qu’ailleurs cela fonctionne mieux, il apparaît assez évident que le communautarisme prôné aussi bien par la « gauche » de gouvernement et par la droite sarkozienne pose un problème grave.

     

    On commence maintenant à voir les dégâts d’un système social et politique qui n’a pas su ou voulu marginaliser les religions quelles qu’elles soient. L’athéisme a mauvaise presse, et quand on défend la laïcité, on ne vise pas à marginaliser les religions dans le domaine privé, à les rendre  invisibles, mais au contraire à les laisser s’exprimer librement. Cette conception rétrograde pour le coup de la laïcité est un élément parmi d’autres qui permet à certains d’afficher leurs prétentions à ce que la vie civile s’adapte à leurs règles religieuses. Cette conception de la laïcité est néfaste non seulement à l’harmonie sociale, mais elle est un ferment de guerre puisqu’en effet dans l’espace public aujourd’hui ces différentes religions sont en concurrence pour capter des parts de marché sur le marché de la crédulité.

    De nombreux rassemblements spontanés ont eu lieu un peu partout en France en soutien à Charlie. On peut se demander si dans les semaines qui viennent ne va pas se développer un mouvement semblable à celui de l’Allemagne de manifestations régulières contre l’islamisation de la société française, avec toutes les conséquences politiques que cela pourrait engendrer. Cette année démarre bien mal.

      

    Carte des rassemblements spontanés en soutien à Charlie recensés par Le monde 

    « Cédric Durand, Le capital fictif, Les prairies ordinaires, 2014Actualités 17 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :