• Ridicule : chronique de la présidence Macron

     Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Tous les hommes politiques de l'époque contemporaine sont très souvent ridicule. Certains plus que d'autres cependant, à cause de leur amateurisme. Macron est sur le toboggan infernal des mauvais sondages c’était assez prévisible vu l’amateurisme dont il fait preuve dans la conduite de sa fonction. Le voilà tombé à 19% de « satisfaits » dans le dernier sondage disponible[1]. Il est en train de battre le record d’Hollande. Mais plus spectaculaire encore c’est la vitesse à laquelle il s’effondre. Plus encore que sa politique qui pourrait après tout satisfaire la droite moderne, ce qui ne passe pas, c’est sa personnalité. Le malheur pour lui est que chaque fois qu’il parle, il dit une imbécilité que tout le monde relève facilement. Dernièrement le voilà en train de commenter le chômage ! S’adressant à un chômeur dont le métier est l’horticulture, il lui explique qu’en traversant la rue il est facile de trouver du boulot[2]. Et oui, ses prédécesseurs n’y avaient pas pensé ! En Grèce où le chômage est encore de 25% alors que 500 000 jeunes ont émigré, non plus. Il voulait sans doute dire que cet horticulteur devait se reconvertir dans la restauration serveur, cuisinier, ce secteur embauche. C’est stupide en effet. Passons encore sur le fait qu’on doive se reconvertir pour trouver du travail. Mais ne connaissant absolument pas son sujet, Macron fait comme s’il existait des emplois en quantité suffisante. C’est faux, et c’est juste une question d’arithmétique. Il y a environ aujourd’hui 6 millions de chômeurs toutes catégories confondues. Et, selon l’INSEE environ 250 000 à 300 000 emplois à pourvoir. On voit donc que même si ces emplois étaient tous occupés, il resterait encore près de 6 millions de chômeurs sur le carreau.  

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Macron qui ne connait à rien à rien, et encore moins sur le reste laisse entendre qu’il y aurait des millions d’emplois à occuper dans le secteur de la restauration. C’est faux. Ce secteur emploie à l’heure actuelle environ 1 million de personnes, et encore il faut prendre en compte tout le secteur dit de l’hébergement et de la restauration[3]. Sa croissance étant de 5% par an, il y a probablement un potentiel de créations de 50 000 emplois. Cela ne suffit évidemment pas à absorber les 6 millions de chômeurs. En outre il faut prendre en considération deux éléments importants les arrivées sur le marché du travail des jeunes qui se chiffrent à environ 250 000 par an[4]. Également il y a une arrivée de 250 000 immigrés en France par an, depuis une vingtaine d’années. Beaucoup compte sur les départs en retraite qui devraient être de l’ordre de 600 000 unités par an. Mais ce chiffre a des chances de ne pas être atteint parce que les gouvernements successifs ont procédé à l’allongement de la durée des cotisations pour obtenir le taux le plus élevé. Macron fait donc comme si le chômage était volontaire. Cette idée est fausse et crapuleuse. En effet si cette thèse était juste, il n’y aurait aucune raison pour que le taux de chômage change lorsque le taux de croissance évolue : le nombre de fainéants qui profitent cyniquement du système resterait le même. Or on s’est aperçu qu’entre 1997 et 2001 le nombre de chômeurs avait baissé d’un tiers, sans qu’on ait modifié mes conditions d’accès aux allocations chômage. 

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Cette phrase malheureuse a été évidemment moquée tout de suite sur les réseaux sociaux pour son arrogance et son absence d’humanité. Car plus encore que sa politique, c’est bien la personne même du président qui exaspère les Français. Macron est ainsi devenu en quelques mois non seulement un personnage dont la politique brouillonne ne satisfait personne, à part les ultra-riches, mais dont le ridicule fait honte. Et quand un homme politique en est là, il est clair qu’il n’a pas d’avenir, même si pour l’instant la solidité des institutions de la cinquième République le protège d’une destitution.    

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Le chômage est un sujet très sensible pour les Français. Le taux reste très élevé, les emplois de bonne qualité très rare. On est surpris des réactions nombreuses et virulentes sur ce thème. Certes c’est pour le moquer, mais on le moque sur une question que les Français voudraient bien voir pris au sérieux. C’est bien pour cela qu’il est reproché à Macron de traiter ce sujet par-dessus la jambe. Apparemment il est incapable de tirer des leçons de ses propres échecs. Tout le monde le répète depuis des mois, il est arrogant et méprisant avec les pauvres. Mais il se révèle incapable de changer d’attitude, il change de communiquant, mais rien ne change vraiment. C’est plus fort que lui. Il ne se maîtrise pas et multiplie les bévues qui laissent entendre qu’il n’a pas vraiment toute sa tête et que son action relève de l’amateurisme. Certains pensent maintenant que c’est le pouvoir qui l’a rendu fou, moi je pense qu’il l’était avant. Mais après tout c’est un détail. Insulter les Français à longueur de temps relève de la pathologie. Raide et glacial, il vieillit à grande vitesse, au fur et à mesure qu’il perd le contrôle sur sa propre image. 

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Mais le ridicule de Macron ne s’arrête pas à la question du chômage. Elle s’étend à sa volonté de transformer l’Elysée en une petite boutique de souvenirs. Ce petit commerce a été moqué un peu partout sur le net. Par exemple les mugs à l’effigie du président étaient soi-disant en porcelaine de Limoges, mais outre qu’ils avaient failli être fabrique en Chine, ils venaient tout simplement de Toulouse ! La virulence des réactions des Français face à cette marchandisation est une critique en acte non seulement de la désacralisation de la fonction présidentielle, mais aussi de cette manière de tout étalonner avec de la monnaie. On lui a également reproché de singer les manières de la famille royale d’Angleterre qui elle aussi arrondit ses fins de mois en vendant des objets à son effigie. Macron se prendrait-il pour un monarque ? On sait qu’il considère que la France manque d’un roi. Macron vend de tout, des tee-shirts à son image, des mugs, des affiches de lui faisant semblant d’être président. Evidemment s’il a eu une telle idée, c’est que quelqu’un la lui a soufflée ! Derrière cela il y a des conseillers en communication et quelques affairistes qui vont engranger de la menue monnaie : seuls 12% des recettes reviendront à l’Elysée. On a remarqué que le prix de ces objets était très élevé : le mug est à 25 euros, alors que le mug de la reine d’Angleterre est moitié moins cher. Les tee-shirts sont à 55 euros. De quoi dissuader les pauvres ! L’ensemble de cette démarche qui se voudrait moderne révèle en fait le narcissisme du président, mais aussi son goût immodéré pour l’argent.  Pour justifier de cette démarche mercantile, on a évoqué que l’argent servirait à rénover le palais de l’Elysée. 350 000 € ont été engrangé, ce qui correspond pour la rénovation à 12% x 3500000 = 42 000 €. C’est très peu, et même si on pense que sur un an on peut arriver à 2 millions d’euros, ça ne fera jamais que 240000 € pour l’Elysée. Soit bien moins que les primes des directeurs de cabinet ! En outre, il est à peu près certain que lorsque l’effet de mode se sera tassé, les recettes chuteront bien plus bas encore. Qui en effet souhaite embarrasser son armoire à linge de tee-shirts aussi affreux à l’effigie d’un président honni ? 

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Mais ce n’est pas tout. Macron et sa garde rapprochée sont montés au créneau pour tenter d’empêcher Alexandre Benalla que de se rendre témoigner devant la commission d’enquête du Sénat. Macron en personne a téléphoné à Larcher pour lui demander de renoncer[5]. Cette tentative d’intimidation a eu l’effet contraire. Larcher s’est régalé de rendre cette intervention intempestive publique. Castaner y est allé lui aussi de sa diatribe, accusant le Sénat de vouloir renverser le président de la République[6]. C’est évidemment ridicule, le Sénat n’a pas les moyens de déboulonner le président de la République. Mais c’est allé encore plus loin. La ministre de la justice la sinistre Belloubet, par ailleurs très molle ministre de la justice, a dénoncé cette audition comme un détournement de la justice[7]. Il y a bien une panique en Macronie à cause de cette affaire Benalla. Ce dernier s’est fait remarquer du reste en insultant le Sénat : comment les sénateurs osent ils le convoquer[8] ? Bouffon comme son chef, il a commencé par dire qu’il n’irait pas. On se demande ce qu’il craint, qu’on lui demande des comptes sur son coffre-fort ? Mais finalement quand Philippe Bas l’a menacé de lui envoyer la police pour l’amener devant la commission d’enquête, il a cédé, il ira bien témoigner. Sans doute c’est l’Elysée qui l’a décidé à y aller. Tout cela sent l’improvisation et l’amateurisme à tous les niveaux. En tous les cas ça marque mal et ridiculise un peu plus Macron et sa bande. La députée LREM a quitté ce parti, indiquant qu’elle avait l’impression de se trouver à bord du Titanic[9] ! Les rats quittent le navire accroissant ainsi un sentiment de panique déjà palpable depuis quelque temps.  

    Ridicule : chronique de la présidence Macron

    Il est facile d’anticiper une nouvelle chute de popularité de Macron dans les sondages du mois d’octobre. Cette déconfiture programmée va sans doute renforcer la droite Les Républicains et les mettre au coude à coude avec LREM. Les Républicains de type Juppé, macroncompatibles sont évidemment distancés. C’est une concurrence favorable à la gauche du type la France insoumise et au Rassemblement national. L’instabilité politique n’est pas près de s’achever en France. Avec tout ça le plan pauvreté qui devait faire la preuve que Macron était aussi de gauche est passé aux oubliettes. Tout le monde s’en moque, au mieux on en critique l’hypocrisie.

    Ridicule : chronique de la présidence Macron 

    Ridicule : chronique de la présidence Macron 



    [1] http://www.atlantico.fr/pepites/seuls-19-francais-satisfaits-action-emmanuel-macron-3506811.html

    [2] http://www.leparisien.fr/politique/macron-a-un-jeune-chomeur-je-traverse-la-rue-et-je-vous-trouve-un-emploi-15-09-2018-7889829.php

    [3] http://www.pole-emploi.org/files/live/sites/peorg/files/documents/Statistiques-et-analyses/E%26S/ES_39_les%20metiers%20de%20l'hotellerie%20et%20de%20la%20restauration.pdf

    [4] Même Le monde conteste ce chiffre, avec des arguments plutôt recevables. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/09/17/conseils-de-macron-a-un-chomeur-derriere-les-chiffres-des-emplois-non-pourvus_5356264_4355770.html

    [5] https://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-benalla-macron-bouscule-larcher-au-telephone_2035027.html

    [6] http://www.atlantico.fr/pepites/benalla-castaner-accuse-senat-vouloir-obtenir-destitution-macron-3505412.html

    [7] http://www.leparisien.fr/politique/benalla-auditionne-au-senat-nicole-belloubet-met-en-garde-contre-un-empietement-sur-le-judiciaire-15-09-2018-7889637.php

    [8] https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/12/alexandre-benalla-na-aucun-respect-pour-les-senateurs-des-petites-personnes_a_23524635/

    [9] http://www.lefigaro.fr/politique/2018/09/16/01002-20180916ARTFIG00192-la-deputee-frederique-dumas-claque-la-porte-de-larem.php

    « Le monde et la propagande européisteLa gauche, l’immigration et les frontières »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :