• Réflexions sur l’effondrement de la popularité de Macron

     Réflexions sur l’effondrement de la popularité de Macron

    On parle depuis maintenant des mois de l’effondrement de la popularité de Macron dans les sondages. Mais on analyse ce phénomène régulier d’une mauvaise manière. C’est-à-dire qu’on l’attribue aux mesures qu’il met en œuvre et qui sont ouvertement contre le peuple et les gens de peu. Ce n’est pas faux, mais c’est insuffisant. En vérité sa popularité s’effrite de plus en plus depuis son élection, il a connu un léger rebond à l’automne dernier, et puis la chute a repris. Généralement la presse tente de masquer ce mouvement en comparant cet effondrement avec celui qu’a connu Hollande. Le message sous-jacent est que la France est un pays irréformable, et donc que dès qu’on tente quelque chose, on tombe sous le fait de la critique.

    Cette baisse a plusieurs raisons qui toutes se cumulent. Il y a d’abord l’idée qui est bien ancrée maintenant selon laquelle Macron n’est que le président des plus riches. On le voit assez clairement dans le fait qu’il n’a plus de soutien sur sa gauche : ce qui reste des électeurs socialistes qui avaient une attirance pour Macron, ont déchanté. C’est Gérard Courtois, éditorialiste du journal Le monde et macronien de la première heure, qui l’exprime peut-être le mieux en faisant clairement état de sa déception[1]. Il est suivi d’assez près par L’Obs. Autrement dit, c’est la deuxième gauche – cette seconde droite avec un faux nez – qui est en train de s’émanciper. Et si Macron ne chute pas encore complètement, c’est parce qu’il recrute ses soutiens maintenant chez les anciens sarkozystes au grand dam de Wauquiez qui ne sait plus très bien se situer sur l’échiquier politique.

    Il faut dire que les mauvaises nouvelles sur le plan économique commencent à arriver. Alors que le chômage avait tendance à baisser sur toute l’année 2017, le voilà repartit à la hausse[2]. Et ce n’est pas près de s’inverser. Il y a plusieurs raisons à cela : la première ne tient pas à la responsabilité de Macron, elle est le résultat d‘un retournement de conjoncture porté par une hausse du prix de l’énergie et des matières premières.

    Réflexions sur l’effondrement de la popularité de Macron 

    La seconde est le résultat prévisible de la baisse du pouvoir d’achat engendré par un transfert massif de revenus des plus pauvres vers les plus riches : c’est la consommation qui s’est effondrée. Quoiqu’en pensent les tenants de la théorie de l’offre, l’économie fonctionne aussi avec la demande. Si la demande s’effondre, l’investissement productif n’a pas de raison de s’effectuer, et donc c’est toute l’économie qui s’enlise. Il n’y a aucune raison à court terme pour que la demande reparte à la hausse en France. C’est même l’inverse, et les choses devraient s’aggraver dans les mois qui viennent, d’autant qu’on va payer en termes de croissance le coût des grèves du printemps dernier à la SNCF, mais aussi à Air France. 

    La personnalité déplaisante de Monsieur Macron 

    Mais dans l’effondrement de la popularité de Macron, sa personnalité joue un grand rôle. Il apparait comme un personnage pusillanime et manipulateur, arrogant et suffisant. Sa com, comme on dit, laisse à désirer. Pour se donner un air jeune, le voilà en train de transformer l’Elysée en boîte de nuit ! Certes les Français sont progressistes, mais de là à profaner un lieu aussi symbolique il y a loin. Des photos assez hideuses grotesques à vrai dire et de cette soirée ont été mises en circulation par le service ce communication de l’Elysée, prenant l’opinion à contrepied, aussi bien sur la question de l’homosexualité que sur celle des migrants en associant des personnes de couleur à une marginalité sexuelle. Cette promotion risque de se payer très cher en termes de popularité le mois prochain, du côté cette fois de la droite européiste et affairiste que Macron avait attirée dans ses filets, mais qui n’est pas prête à renoncer à un certain formalisme hérité du passé. Voir également le couple bizarre de l’Elysée tressauter sur une « musique » tout aussi étrange a quelque chose d’indécent dont la cuistrerie de Macron empêche d’en mesurer les conséquences. Le mot qui revient le plus souvent est la honte que cet individu aux manières vulgaires de petit parvenu nous représente.

    Réflexions sur l’effondrement de la popularité de Macron

    Carnaval à l'Elysée 

    Mais Macron fait aussi profiter à l’international de sa personnalité bipolaire. Il s’est illustré piteuse face aux Italiens, d’abord pour contester la tentative de la Lega et de M5S de former un gouvernement, approuvant bruyamment la pitoyable manœuvre de Mattarella de trouver une alternative « neutre ». Son opposition aux Italiens s’est encore raffermie avec l’épisode de l’Aquarius, jouant les donneurs de leçons à un gouvernement qu’il juge manifestement illibéral. Salvini s’est empressé de recadrer Macron, soulignant son arrogance, et lui demandant de s’occuper plutôt de la France que des affaires internes à l’Italie[3]. Le sujet des migrants a encore renouvelé l’occasion à Macron de se ridiculiser. Il a d’abord reçu Conte, disant que son entente avec lui était parfaite et cordiale[4]. Cette bonne volonté n’a pas résisté à la personnalité particulière de Macron. En effet, lors du sommet européen sur les migrations qui n’a abouti à rien, sauf à dire que chaque gouvernement faisait comme il voulait, Macron a expliqué que les Italiens avaient accepté de retenir chez eux les migrants dans des camps. Le sommet s’est très mal passé, et une fois de plus Macron a tenté de faire la leçon à Conte, mais c’est lui qui finalement a dû plier devant le président du conseil italien[5]. Macron est déjà isolé par rapport à l’Allemagne qui en effet refuse clairement toutes les réformes de l’Europe qu’il a proposé. Mais il s’est mis maintenant à dos le gouvernement italien dans son ensemble qui le regarde comme un ennemi. Si la diplomatie de Hollande n’était pas très performante, il est clair que l’hystérie de Macron aggrave l’isolement de la France. Il a remis ça à Quimper en dénonçant « la lèpre qui monte en Europe »[6]. Cette lèpre désignant tous les pays européens qui votent mal, et notamment bien sûr l’Italie. 

    Réflexions sur l’effondrement de la popularité de Macron 

    Mais le plus ridicule était encore à venir. Voilà que Macron va visiter le Pape pour se faire introniser chanoine de Latran. C’est déjà assez ridicule en soi, mais on peut toujours se protéger derrière le fait que le Vatican est aussi un Etat. Je ne discuterais même pas de sa bêtise lorsque Macron, chef d’un Etat laïque et républicain déconne sur la nécessité de la religion – encore une fois, cela rappelle Sarkozy. Mais le plus singulier est son comportement, non seulement il s’est mis à tripoter le Pape comme si c’était un vieux copain de régiment – on sait que Macron a beaucoup de goût pour les vieux – mais il s’est permis de faire des blagues déplacées autant que stupide. Comme toujours à l’étranger, il a fallu qu’il lâche son fiel contre une partie de la population française. Cette fois, c’est tombé sur les Bretons. Comme il était accompagné de l’ineffable Le Drian, ministre des affaires étrangères, il a parlé au Pape de « mafia bretonne »[7]. C’est tombé évidemment à plat parce que le Pape n’a pas grand-chose à faire des bretons. L’imbécillité de Macron est manifeste, non seulement il apparait qu’il ne sait pas se tenir quand il est reçu chez des voisins, mais en plus de cela il n’a pas idée de la façon dont ce genre de crétinerie sera reçu en Bretagne. C’est en effet en Bretagne, région sans doute la plus catholique de France, que Macron a fait ses scores les plus élevés. 

    Conclusion 

    Au cœur de la dégringolade de Macron dans les sondages, il y a l’antipathie, pour ne pas dire la répulsion, qu’engendre sa personnalité instable et pusillanime. Et ce n’est sans doute pas fini. Pendant de nombreux mois Macron a bénéficié de la mansuétude de la presse mainstream. Cet heureux temps semble être terminé. Avec ses réformes à jet continu et ses foucades, il a gonflé un peu tout le monde, même parmi ceux qui l’ont soutenu. Si les résultats économiques en termes d’emploi et de pouvoir d’achat ne suivent pas – et pourquoi suivraient-ils ? – il va sans doute suivre la même pente savonnée que ses prédécesseurs. Rappelez-vous quand Hollande promettait l’inversion de la courbe du chômage, et pourtant, il était tout compte fait bien moins antipathique que son successeur. Il est également peu probable qu’il ait des résultats sur la scène internationale. Le dossier des migrants le rend fébrile. D’un côté il y a l’idéologie libérale qui nous dit que l’immigration c’est très bon pour l’économie et donc pour tout le reste, et de l’autre il y a la réalité : l’opinion française et européenne est de plus en plus hostile aux migrants. La façon dont il aborde ce dossier le montre très hésitant et sans conviction véritable. Il sait que s’il appuie trop pour l’ouverture des frontières, il ne finira pas son mandat. Ce dossier a d’ailleurs comme signalé plus haut mis à jour de graves dissensions en Europe, et il semble que la tendance anti-immigration soit en passe de l’emporter.



    [1] https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/06/26/macron-insupporte-ceux-qu-il-ne-faisait-qu-irriter-il-desenchante-ceux-qu-il-avait-emballes_5321253_3232.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1530032925

    [3] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/23/97001-20180623FILWWW00155-migrants-matteo-salvini-denonce-l-arrogance-du-president-macron.php

    [4] https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/26/emmanuel-macron-et-giuseppe-conte-improvisent-une-rencontre-a-rome-et-debloquent-la-situation-du-lifeline_a_23468470/

    [5] https://www.corriere.it/esteri/18_giugno_29/macron-perde-calmanon-funziona-cosi-ma-la-nottediventa-mediatore-b7b18a40-7b16-11e8-80d9-0ec4c8d0e802.shtml

    [6] http://www.lepoint.fr/politique/migrants-macron-contre-la-lepre-qui-monte-et-les-donneurs-de-lecons-22-06-2018-2229629_20.php

    [7] http://www.liberation.fr/debats/2018/06/29/emmanuel-macron-et-la-mafia-bretonne-pensee-complexe-blagues-simplistes_1662565

    « Note négative sur une étude visant à justifier les migrations de masseDiscrimination positive, migrants et marché de l’emploi »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :