• Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ?

    Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ?

    Les manifestations contre la loi El Khomri continuent à mobiliser encore beaucoup de monde. Bien sûr la mobilisation n’est plus aussi intense qu’avant que le parlement, en évitant de voter la motion de censure, n’avalise une loi qui est rejeté par 75% des Français. Ce qui est beaucoup et qui confirme que de plus en plus on gouverne en Europe contre le peuple et sa volonté. Ce simple déni se traduit dans les faits par une défiance aggravée envers les partis politiques[1]. Sans doute le P « S »qui est au pouvoir, est le parti le plus touché, mais il est remarquable que cette déconfiture ne profite ni à LR, ni même au Front National. Près de 90% disent ne faire aucune confiance aux partis politiques.

    Et c’est un des enseignements de la mobilisation contre la loi El Khomri est qu’elle s’est produite en dehors des partis et des syndicats qui auront beaucoup tergiverser par peur d’être battus, même si certains ont pris ensuite le train en marche. Cette évolution d’un mouvement politique en dehors des formes identifiables et instituées, n’est pas étonnante, aussi bien parce que les partis et les syndicats de gauche sont depuis des décennies en dehors des luttes, mais aussi parce que les formes atomisées du travail ne s’inscrivent plus dans des formes pérennes de l’entreprise. Autrement dit dans un monde en voie de désindustrialisation les formes de la mobilisation deviennent plus floues et moins formelles. Bien entendu cette évolution des luttes se trouve très bien représentée par le développement des Nuit debout. Ainsi que le montre la carte ci-dessous, Nuit debout essaime de partout dans le monde[2]. C’est un concept nouveau, sans doute plus avancé que Podemos et l’éphémère parti de gauche Syriza. Ce que ce mouvement gagne en souplesse, il le perd sans doute à court terme en efficacité. Ce mouvement est très divers, et si manifestement il se présente comme un mouvement de gauche voulant agir sur la transformation de la société et sur les inégalités sociales, il échappe à la logique des partis[3]. Notez que dans les discussions des Nuit debout, le thème d’une sortie de l’Europe a été très discuté et souvent approuvé pour ne pas dire acclamé[4].

      Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ?

    Le gouvernement a sans doute pensé que cette diversité dans le mouvement pouvait lui permettre une répression qui passerait inaperçue. Profitant des violences de fin de manifestation, il a lui-même pris les devants et donné des ordres en conséquences pour effrayer les populations avec une violence policière inusité depuis très longtemps. On peut même parler de sauvagerie. Malheureusement pour le gouvernement – sans doute le plus à droite depuis le Maréchal Pétain – des vidéos qui circulent sur la toile, ont montré non seulement que la police usait de provocateurs pour encourager les violence, mais aussi qu’elle réprimait durement les manifestants, même quand ils se contentaient de manifester sans violence. Hollande aura réussi ce tour de force de discréditer la police aux yeux de la population. Là encore il s’agit d’un retour en arrière qui au final ne peut que ranimer la lutte des classes.

      Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ?

    L’engagement du P « S » sur cette ligne plus que droitière tombe au moment où on fête les 80 ans du Front Populaire. Certes on a l’habitude de ce que les « socialistes » trahissent la classe ouvrière, mais le P « S » façon Hollande ne donne même plus le change en trouvant des compensations. Ce parti est maintenant complètement isolé par son discrédit : la droite le combat en croyant qu’il représente la gauche, et la gauche s’en détourne parce qu’elle sait qu’il est devenu un parti clairement de droite, européiste et libéral. Il a essayé de mettre en place des contre-feux dans la perspective des élections de 2017, notamment en lançant un mouvement « Eh, Oh, la gauche » sous l’égide du malheureux Stéphane Le Foll. Sans même souligner l’imbécilité d’un tel slogan – sans doute a-t-il germé dans la            tête d’un stagiaire en communication – il est remarquable que ce mouvement engendre déjà son rejet. Ainsi à Lille un meeting de soutien a dû être annulé pour faute de participants (bien que le P « S » avance qu’il ne voulait pas intervenir le même jour s’une manifestation importante contre la loi El Khomri)[5]. Les permanences du P « S » sont systématiquement prises pour cible par les manifestants, dans les départements de l’Ouest et du Sud-Ouest, ce qui en dit long du divorce consommé entre la gauche et ce parti.

      Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ?

    Le mardi 17 mai, les routiers ont commencé à mettre des barrages sur toutes la France, pour l’instant le succès n’est manifestement pas au rendez-vous. Mais rien ne peut présager de la suite. N’oublions pas que la mobilisation contre cette loi dure maintenant depuis plus de deux mois, elle est l’équivalent pour Hollande et Valls de la mobilisation contre la réforme des retraites pour Juppé qui avait dû finalement reculer. Certes Hollande ne reculera pas, mais à quel prix ! Non seulement il se prépare à finir au mieux 4ème à l’élection présidentielle de 2017, mais il a détruit pour longtemps son propre parti. Cette loi sera son tombeau politique. Il va de soi cependant que d’affronter Hollande sur cette maudite loi aura servi à quelque chose : après 2017, la gauche ne pourra jamais plus être aussi timide et libérale qu’elle n’est aujourd’hui. La tendance dite « social-libérale » est aujourd’hui morte et enterrée. Les appels des caciques du P « S » pour qu’on vote pour eux vont rester lettre morte ; ils auront beau nous dire que les tenants de la droite libérale – Juppé, Sarkozy ou l’inénarrable Lemaire – sont pire qu’eux, et qu’il y a un danger pour que le Front National passe, ils n’auront plus le soutien de la gauche.

     Où en est le mouvement contre la loi El Khomri ? 

     


    [1] http://arretsurinfo.ch/88-des-francais-rejettent-categoriquement-les-partis-politiques/

    [2] Pour plus de détails suivez le lien suivant : https://framacarte.org/fr/map/global-debout_2420#4/45.92/-18.37

    [3] http://www.politis.fr/articles/2016/05/qui-sont-les-participants-de-nuit-debout-34685/

    [4] Nuit debout confirme l’ancrage à gauche de la thématique d’une sortie de l’Europe.

    [5] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/16/97001-20160516FILWWW00074-lille-le-meeting-de-he-oh-la-gauche-annule.php

    « Au-delà de la loi El KhomriRencontres des Glières mai 2016 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :