• Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

     Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    Le 2 janvier 2018, Eric Drouet était arrêté et placé en garde à vue par les milices de Macron qui le serrent de près depuis un petit moment déjà. Le porte-parole des gilets jaunes devait participer à un hommage avec des bougies aux gilets jaunes martyrisés par la répression macronienne. La police lui est tombée sur le dos et l’a embarqué. Si cela se passait en Russie ou en Hongrie, ou ailleurs, la canaille journalistique crierait au fascisme, mais en France elle s’en félicite. Les menteurs de profession ont attaqué Drouet sur le fait que c’était un rouge-brun, et donc un type louche qui ne méritait pas mieux que d’être embastillé, étant donné la dangerosité qu’il représentait. Ils ont avancé, comme cet imbécile de Hamon même que l’ultime preuve était que le porte-parole des gilets jaunes aurait voté pour Marine Le Pen, histoire de le stigmatisé. Mais il s’est révélé que cela était faux : c’est une rumeur avancée par Macron et ses communicants reprise par l’idiot du village J-M Apathie et encore par ce menteur de Brice Couturier. Libération a fait litière de cette fable[1]. Drouet avait déjà démenti, mais ça ne fait rien, la crapule journalistique continue à mentir, et après cela se plaint qu’on leur crache dessus. Il faut tout de même être clair, même si Drouet avait voté pour Marine Le Pen, nous devrions tout de même le défendre, d’abord parce que les libertés ne se distribuent en fonction de nos votes passés, ensuite parce que cette manière de joindre la désinformation à la répression est la marque d’un régime fasciste.  

    Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    Beaucoup ont aimé en 2017 se faire peur en disant qu’il fallait voter pour Macron pour éviter le fascisme, et bien le fascisme le voilà, et ceux-là se font bien discrets. Dès qu’on arrête un opposant en Russie ou Ahed Tamimi en Israël, c’est une levée de boucliers, des manifestations et des tribunes. L’éditorial du Monde du 3 janvier, porte sur les dérives anti-européennes inquiétantes de la Roumanie, mais ne dit pas un mot des dérives inquiétantes de la France ne matière de démocratie, et pas un mot sur l’arrestation de Drouet bien entendu[2]. Attention, je ne juge pas ici du bien fondé des actions répressives en Israël ou en Russie, soyons clair. Mais il est évident que les journalistes sont prompts à voir la paille dans l’œil du voisin et un peu moins la poutre qui obscurcit leur vision. S’ils ne disent rien sur l’arrestation de Drouet, c’est que leur ligne de conduite le leur dicte : ils n’ont rien dit de la répression féroce contre les gilets jaunes, que ce soit dans les condamnations judiciaires ou dans les tirs de flash ball dans la tête. Ces derniers sont interdits par la loi, et on ne peut les utiliser n’importe comment. Certes ce n’est pas d’aujourd’hui que les policiers contournent la loi en la matière, et les plaintes s’accumulent contre leur usage. Mais cela s’est intensifié avec le mouvement des gilets jaunes : le but est de terroriser les populations, la conséquence a été terrible en termes de blessures aux yeux notamment. C’est la marque d’une sortie de l’Etat de droit. Mais sur ce point vous ne pourrez guère entendre disserter Brice Couturier ou Jean-Michel Apathie.  

    Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    Nous savons depuis longtemps que nous n’étions plus en démocratie, disons pour aller vite depuis 2005 quand le gouvernement de l’époque a refusé de valider le résultat du référendum. Avec le Traité de Lisbonne, on était passé dans une situation de post-démocratie[3], ce qui voulait dire que la politique ne dépendait plus des citoyens et de leur vote, mais des traités de gouvernance au-dessus des partis. Cependant on conservait encore les libertés individuelles : liberté d’expression, et liberté de manifestation. Cette dernière a disparu presque complètement avec le durcissement du régime macronien. Il reste encore un peu la liberté d’expression, mais quand on sait qui sont les propriétaires des médias qui sont sensés nous informer, cette liberté parait vraiment limitée. Les médias dominants étant complètement disqualifiés pour ne pas dire plus, nous sommes nombreux à partager des informations sur les réseaux sociaux : le 3 janvier 2018 à 10 heures du matin, Le monde n’avait toujours pas trouvé utile de signaler l’arrestation de Drouet, Le Figaro, un peu plus réactif, reprenait les termes d’une dépêche de l’AFP qui parlait de l’arrestation du « porte-parole controversé des gilets jaunes »[4]. Le terme « controversé » dans la tambouille propagandiste vise deux objectifs, d’abord à dissocier Drouet des « bons gilets jaunes » comme Jacline Mouraud[5], ensuite de bien insister lourdement sur le caractère rouge-brun – les extrêmes se rejoignent. Ensuite il vise à justifier l’action de la police, car s’il est controversé se dit le bon peuple, c’est bien qu’il est coupable quelque part. Mais même si Drouet avait voté MLP, cela n’excuserait en rien son arrestation, ou alors il faut interdire le RN et la FI. C’est peut-être ce que feront les macroniens dans une prochaine étape.

    On attend les excuses d’Apathie, de Brice Couturier, cet imbécile, et de Hamon pour avoir tenté de salir Drouet. Mélenchon a pris fait et cause pour Drouet rapidement, c’est le moins qu’il pouvait faire, Gilbert Collard aussi en parlant à propos de Macron de fascisme. Ils ont raison, quoi qu’on pense de leur insuffisance politique. Il devient évident qu’entre Macron et MLP, les deux adversaires des dernières présidentielles, le plus fasciste n’était pas celle qu’on pense et que désignaient les médias. Les avocats commencent à s’émouvoir de cette dérive fascisante, l’opposition aussi. Encore qu’on n’entende guère ni le PS, ni Hamon, ni LR.  

    Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    ça se passe en France en 2018 

    Depuis deux mois, il est clair que le régime devient de plus en plus autoritaire. La raison est assez simple, soutenu par seulement 18% de la population, il ne peut plus continuer ses réformes antisociales sans s’appuyer sur un régime dur. Or des réformes pourries, il en a programmé toute une kyrielle. Ça a commencé cette année par un décret durcissant le contrôle des chômeurs[6]. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le but de ce décret n’est pas de radier les chômeurs, en effet, les pseudos mesures de contrôle seront sans effet et mettront un peu plus la pagaille dans les services. Les médias ont répété que 12% des chômeurs ne cherchaient pas d’emploi, l’idée c’est encore d’appuyer sur ces salauds de pauvres qui profitent du système. Mais dans la réalité seuls 8% des chômeurs qui touchent une allocation ne cherchent pas d’emplois. Les raisons peuvent être très nombreuses : maladie, les chômeurs sont en effet plus malades que le reste de la population, découragement s’ils se trouvent dans une région peu dynamique du point de vue de l’emploi, raisons familiales, déménagement, etc. Ces mesures seront probablement sans effet. Mais ce brassage d’air continu vise deux objectifs :

    - le premier est de rappeler que l’Etat accroit le contrôle social sur les plus défavorisés et que ceux-ci doivent se tenir à carreau, faire ce qu’on leur dit de faire, faire où on leur dit de faire, donc de renforcer l’image d’un pouvoir dur et autoritaire ;

    - le second est de justifier la future réforme des allocations-chômage qui arrive et qui vise à réduire encore la durée et leur montant.

    Il faut donc comprendre que l’arrestation de Drouet et le contrôle des chômeurs sont deux actes de même nature, les deux faces d’une mise en place d’un régime libéral sur le plan économique et fascisant sur le plan des libertés individuelles. En 2017 j’avais défendu l’abstention au second tour des élections présidentielles, désignant directement Macron comme le représentant d’une droite extrême, dangereuse pour les libertés et rétrograde sur tous les plans. Malheureusement ce diagnostic s’est révélé exact. La manœuvre macronienne d’intimidation risque d’avoir l’effet inverse de celui recherché et de finir par réunir toute l’opposition sur le thème du retour à l’ordre républicain. Macron est en mode survie depuis un bon moment maintenant, et il ne le doit qu’à la passivité des syndicats et à la division de l’opposition. En apparaissant comme le véritable représentant d’un fascisme rampant il va rendre plus aisées les passerelles entre la FI, le RN et Debout la France. Tant que le système consolide une fausse division et donc une fausse alternative entre droite et gauche de gouvernement, Macron peut toujours arguer qu’il représente un nouveau monde, mais dès lors que le peuple s’empare de la parole par-delà des divisions artificielles et politiciennes, ses jours au pouvoir son comptés. La première initiative en ce sens est venue de Mélenchon qui ne tarit pas d’éloges sur les gilets jaunes et sur Drouet. Mais déjà Florian Philippot a repris le même refrain. De très nombreux du Rassemblement National sont sur cette longueur d’onde. Drouet ne va pas rester en garde à vue, celle-ci a déjà duré assez longtemps. Et les motifs reposent sur du sable, ils correspondent très exactement à un abus de pouvoir ainsi que le signalait son avocat. Le monde s’était en fin de journée réveillé et avec 24 heures de retard avait pris connaissance enfin de cette affaire[7]. Finalement Drouet est sorti de garde à vue le 3 janvier.

      Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    Il reste tout de même très étrange que les médias comme Le monde, Libération ou L’obs qui ont pour habitude de se saisir de n’importe quel rapport d’Amnesty International pour soutenir les migrants, les Palestiniens, ou des tas de groupes extérieurs à la France au nom de la démocratie aient passé sous silence le rapport d’Amnesty International sur l’usage excessif de la répression en France[8]. Le rapport et sévère, il dénonce pêle-mêle l’usage des flash ball, mais aussi les arrestations préventives sur des bases légales plus que douteuses. Bref la France avec Macron est entrée dans l’œil du cyclone des régimes autoritaires, au même titre que la Russie ou la Pologne, et peut-être même plus encore. Cette mauvaise conduite va certainement valoir des condamnations en chaîne de la France au niveau international. Si Macron avait le soutien des Français, des condamnations verbales d’instances internationales ne seraient rien qu’un peu de vent, mais il n’a pas ce soutien, et cette déconfiture au niveau international risque de lui aliéner une partie de son maigre électorat. 

    Réactions 

    La conclusion de tout cela est que le pseudo-dialogue mis en scène par Macron et sa bande de gangsters est d’ores et déjà sans intérêt : on sait que la répression continuera et qu’ils continueront leurs réformes pourries contre le peuple, tant qu’on ne les foutra pas à la porte. La volonté proprement hystérique de Macron de poursuivre la guerre sociale sans pause ni concession, ouvre une période de très grande instabilité politique en France. Il faut donc tout faire pour réclamer la libération des gilets jaunes emprisonnés et donc celle de Drouet, pousser au cul les syndicats et les partis qui se réclament de la gauche et qui restent remarquablement silencieux comme Philippe Martinez qui ne dit rien, sans doute est -il encore en vacances. Mais surtout il faut rester uni autour des revendications minimales que partagent tous les gilets jaunes, être présent sur les ronds-points développer des assemblées générales pour préparer l’appel de Commercy à l’assemblée des assemblées le 26 janvier 2018 qui devra définir des lignes plus précises d’action[9].

    Nouvelles atteintes à l’Etat de droit en France, Macron en marche vers l’illibéralisme

    L'appel de Commercy


    [1] https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/02/pour-qui-eric-drouet-a-t-il-vote-en-2017_1700726

    [2] https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/02/inquietantes-derives-anti-europeennes-a-bucarest_5404398_3232.html

    [3] http://in-girum-imus.blogg.org/post-democratie-colin-crouch-diaphanes-2013-a117703596

    [4] https://www.liberation.fr/france/2019/01/02/le-gilet-jaune-eric-drouet-arrete-pres-des-champs-elysees_1700798

    [5] Celle-ci déjà considérablement déconsidérée s’est encore faite remarquée pour justifier l’arrestation de Drouet https://actu.orange.fr/societe/videos/jacline-mouraud-reagit-a-l-arrestation-d-eric-drouet-CNT000001bCmPs.html

    [6] https://www.latribune.fr/economie/france/des-sanctions-plus-dures-sur-le-controle-des-chomeurs-en-2019-802544.html

    [7] https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/03/l-arrestation-d-eric-drouet-pres-des-champs-elysees-suscite-l-indignation-de-ses-sympathisants_5404695_3224.html

    [8] https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/usage-excessif-de-la-force-lors-des-manifestations?utm_medium=reseaux-sociaux&utm_source=twitter

    [9] https://manif-est.info/Second-Appel-des-Gilets-Jaunes-de-Commercy-L-assemblee-des-assemblees-895.html?fbclid=IwAR0_TlyA39Pd0kFosPOX67uI198wUicwWRBa9_Vo5WR32xuwRJzBu35M3tk

    « Macron déclare la guerre de classes en direct lors de ses vœux de fin d’annéeActe VIII mobilisation des gilets jaunes en forte hausse, le gouvernement humilié »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :