• Marx & Engels, Les grands hommes de l’exil, Agone, 2015

     Marx & Engels, Les grands hommes de l’exil, Agone, 2015

    La France est réputée pour ses études marxistes, et même certains comme l’abominable Taylor qui voulait reprendre Titan, considèrent que la France est encore un pays communistes. Et pourtant, ce texte de Marx et Engels n’avait jamais été publié en français, mais il n’avait pas été publié non plus du vivant de ses auteurs. La première raison est qu’il s’agit d’un texte de circonstance qui manque de fond théorique, et que les questions qu’il traite n’intéressent plus que les historiens. On se demande d’ailleurs si ce texte avait été édité quel public il aurait bien pu trouver. Ecrit en collaboration avec Ernst Dronke, c’est clairement un ouvrage de circonstance dont le but pourra apparaître très obscur aux lecteurs d’aujourd’hui.

    L’ouvrage met en scène les querelles au sein de l’immigration allemande en Angleterre. Il s’agit d‘exilés consécutivement à l’échec de la révolution de 1848 et à la répression du gouvernement prussien. Marx et Engels sont dans le lot. Le texte de Marx et Engels, il semble que Dronke n’ait guère participé, attaque tout azimut les émigrés allemands en critiquant leur dérive comportementale qui toujours un peu plus des vrais objectifs révolutionnaires qui selon nos auteurs ne peut passer que par une révolution prolétarienne.

    Marx & Engels, Les grands hommes de l’exil, Agone, 2015

    Ils vont donc attaquer l’aspect démocratique des positions de l’opposition allemande en exil, et surtout s’attaquer à leur fondement religieux. Car à cette époque ils pensent qu’il est important de détruire les ferments réactionnaires de la pensée religieuse.  

    L’ouvrage est assez enlevé, mais on ne comprend pas toujours l’importance de se quereller avec des « penseurs » finalement sans importance. En réalité si Marx et Engels ont cette allure guerrière dans la querelle, c’est parce qu’eux aussi ont du mal à exister : ils ne sont ni connus, ni reconnus, et, sans moyens, ils doivent se battre contre ceux qui ont pignon sur rue. Ils visent tout simplement à les évincer. Et pour cela ils croient à la rigueur de leur raisonnement, à leur capacité à dénoncer les turpitudes des uns et des autres, ou encore leurs dérives visant à s’approprier des fonds qui devraient servir à alimenter la propagande contre le régime prussien.

    En même temps qu’on voit s’affirmer des convictions politiques – on n’est pas très loin du Manifeste communiste, Marx dévoile aussi une partie de son caractère… très difficile pour le dire simplement. Cet acharnement à vouloir avoir raison, à vouloir détruire ses adversaires par la supériorité de ses raisonnements est finalement assez touchant. Il ne semble pas vraiment comprendre par quels canaux se développe une pensée active qui aura une prise sur la réalité.

    Mais il y a d’autres dimensions dans la lecture de cet ouvrage, les propensions à se quereller dans les oppositions à des pouvoirs oppressifs, les uns visant une attaque radicale, les autres visant le compromis. C’est ce qui rend généralement si facile la répression, ou l’impossibilité pour une gauche de combat de transformer sérieusement le monde.

    La qualité de l’écriture pose aussi problème, en effet, le texte est saturé de références qui se veulent érudites et qui souvent ne sont que pédantes. On sent bien aussi qu’il gauchit le trait et qu’il exagère les tares qu’il dénonce, mais c’est déjà ce qu’il avait fait avec Proudhon. Ce n’est pas la mauvaise foi qui l’étouffait. 

     

    Evidemment à la lecture de cet ouvrage on est un peu perdu, tant les protagonistes de ces histoires troubles sont partis aux poubelles de l’histoire. Heureusement l’édition est finement présentée par Sylvie Aprile qui nous permet de resituer ces querelles obscures. En tous les cas c’est un texte très utile pour comprendre la position de Marx et son évolution dans un monde politique où il fut presque toujours minoritaire, un peu moins utile pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

    « La pantomime de la négociation entre la Grèce et l’EurogroupeQuantitative Easing (QE), quelle efficacité pour la nouvelle politique de la BCE ? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dany
    Samedi 11 Avril 2015 à 07:46

    Bravo René pour cette nouvelle présentation.


    On y gagne beaucoup en confort de lecture.


     

    2
    Jean-Paul
    Samedi 11 Avril 2015 à 09:37

    Belle présentation et je pique à Dany "On y gagne beaucoup en confort de lecture".

    3
    medhy
    Samedi 11 Avril 2015 à 10:55

    Medhy


    Super ce nouveau format. Toujours aussi plaisant d'apprendre.


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :