• Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social

     Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social

    Pour la bonne compréhension de ce texte, je tiens à souligner que je ne suis pas syndiqué et que j’ai plutôt en général un regard critique sur l’action de la CGT. 

     

    L’oligarchie face à la révolte 

     

    Le mouvement s’étend, et la pénurie de carburant qui pour l’instant est assez bien tolérée par la population se généralise. Une campagne de déstabilisation du mouvement social est en cours. La manœuvre est double : d’une part isoler la CGT, d’autre part tenter de faire signer les syndicats récalcitrants sur des points secondaires, mais surtout ne pas toucher au cœur de la loi El Khomri.

    La droite a sorti l’artillerie lourde à travers sa presse généralement subventionnée par le gouvernement. Deux motifs sont généralement avancés : d’une part la CGT a des problèmes internes et s’en fout des salariés et donc elle règle ses comptes par grève interposée. La variante est que la CGT perd du terrain aux élections professionnelles par rapport au syndicat jaune, et donc qu’elle est pour cela jusqu’au-boutiste. Ça c’est la critique qu’on peut lire dans des journaux anciennement réputés de gauche, comme L’Obs ou Le monde. La jeune journaliste de L’Obs qui a déjà le désir d’aller très loin dans la soumission, au lieu de se faire une opinion par elle-même, elle est allée interviewer un journaliste des plus obscurs qui lui a sorti les arguments éculés sur la bureaucratisation de la CGT. Ces fins analystes oublient complètement deux éléments majeurs :

    1. La CGT n’a pas initié ce conflit, ni son durcissement, elle l’a accompagné, ce qui n’est pas la même chose, même si dans les entreprises beaucoup de militants cégétistes ont fait un gros travail d’explication de la loi El Khomri et notamment du cœur de cette loi qui est le fameux article 2, soit l’inversion de la hiérarchie des normes ;

    2. Que la CGT n’est pas isolée, et même qu’elle a réussi à refaire une unité syndicale avec FO, FSU, SUD et d’autres syndicats moins importants. Mais le but de la manœuvre de la droite est de laisser croire qu’elle est isolée et minoritaire. Or pour l’instant, c’est plutôt la CFDT qui est minoritaire et isolée sur le dossier de la loi El Khomri.

     Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social

    Dire que la CGT a des visées opportunistes pour son syndicat est un truisme, mais ce qui compte c’est de savoir si elle est en phase avec le mouvement social. Il ne faut pas être bien malin pour comprendre qu’aujourd’hui un large mouvement de grève ne se décrète pas par le haut, il faut qu’il y ait une volonté très forte de la base. On ne manipule pas un mouvement qui dure depuis trois mois maintenant simplement avec des logiques d’appareil. Ça pour le coup c’est une vision bureaucratique de la  lutte sociale.. 

    Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social 

     

    Charge médiatique contre la CGT 

     

    Le second angle d’attaque est venu des journaux directement à la solde du patronat : Le point, L’express. Mais également de l’abominable Gattaz[1]. L’argument qui est cette fois mis en avant, c’est la défense directe du capitalisme et de la liberté de travailler. D’où les propos du patron du MEDEF de parler des voyous de la CGT. Gattaz, héritier de l’empire de son père, optimiseur fiscal qui paye 3% d’impôt sur le revenu et qui pourtant a touché 870 000 euros du CICE sans créer un seul emploi[2], a ressorti tous les clichés les plus éculées : la CGT discrédite la France et fait fuir les investisseurs étrangers, la CGT est un facteur de chômage. Évidemment il laisse ainsi entendre que les délocalisations c’est la faute de la CGT qui, à cause de son attitude jusqu’au-boutiste rend les entreprises françaises de moins en moins compétitives.  Mais il est facile de voir que si les Français doivent faire des efforts pour être compétitifs avec les ouvriers pakistanais, il y a un énorme effort à faire. Et que dans ce cas, il vaut mieux en finir avec la mondialisation une bonne fois pour toute. L’Obs et Le Figaro ont été cherché la presse étrangère vendue pour conforter le fait que le mouvement social fait du tort à la France[3]. Pour les rassurer, on peut leur dire que le mouvement social n’est pas spécifiquement français, mais qu’au contraire il s’enflamme aussi en Belgique, en Grèce et reprend pied en Espagne.

    Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social  

    Il faut dire aussi que les cégétistes ont empêché la presse de paraître au moyen d’une grève qui a été dénoncée comme un chantage[4]. Le prétexte a été que la CGT exigeait que les journaux subvention par l’Etat, c’est-à-dire par nos impôts, publient également le point de vue de la CGT. La canaille journalistique a laissé entendre que c’était là une atteinte intolérable à l’information. Venant de gens habitués à désinformer c’est cocasse. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui s’attaquent au financement des syndicats par d’hypothétiques subventions[5]. Mais Le point se garde bien de dire que chaque année il engrange 20 millions d’euros de subventions étatiques pour nous bourrer la caisse. En outre, on ajoutera que non seulement la masse de la population manifeste une grande méfiance à l’endroit des journaux et des journalistes, mais en outre, plus personne ne les lit sous la forme papier. Comme on le sait la disparition de la presse imprimée est déjà prévue, voir le graphique ci-après. 

    Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social

     

     

    Gouverner contre le peuple 

     

    La grève dans les raffineries, les blocages, l’extension des arrêts de travail prévus dans le secteur des transports ont fait ressortir les vieux arguments du temps de la guerre froide du placard. Quand ce n’est pas Martinez qui est caricaturé en Staline d’opérette, ce sont les ministres P « S » qui reprennent les éléments de langage de la droite la plus traditionnelle en parlant de « la France prise en otage par une minorité »[6]. Tout le monde à remarquer qu’en 2010, Valls et Hollande n’avaient pas de mots assez durs pour critiquer Fillon et Sarkozy dans la manière de gérer les mouvements de grèves[7]. Cette comparaison fait apparaitre les actuels locataires de l’Elysée et de Matignon comme de furieux hypocrites. Le simple fait que Valls et Sapin aient repris à la droite cette formule de la prise d’otages montre à quel point le P « S » est maintenant ancré dans une logique de droite plus ou moins assumée. Mais évidemment beaucoup ont fait remarquer qu’en la matière, c’était le gouvernement qui était minoritaire. Non seulement il n’a pas pu trouver de majorité pour faire passer son texte pourri et a dû avoir recours au 49-3, mais les sondages disent également :

    1. que la majorité des 2/3 ou des ¾ des Français est contre cette loi pourrie et donc soutiennent le mouvement ;

    2. que la cote de popularité de Hollande et de Valls est en chute libre, aucun des deux ne recueille un quart d’approbation[8].

    Cette baisse encore de la popularité de ces deux individus, entraîne également Macron dans sa chute. Certes il est vrai qu’Hollande en tant qu’européiste et larbin du grand capital a intégré cette habitude de gouverner contre le peuple. Mais le petit Macron moins bien expérimenté croyait pourtant son heure venue, mais il a déjà été obligé de renoncer à son meeting marseillais pour lancer son mouvement En marche ![9] . On note aussi qu’il a perdu son sang-froid lorsqu’il fut pris à partie par des manifestants et qu’il fit preuve de mépris et d’arrogance en se moquant de leur tee-shirt, arguant que si l’on voulait des beaux costumes comme lui on devait travailler un peu plus[10]. J’avais déjà repéré l’imbécilité de de gosse de riche, mais je pensais qu’il aurait tout de même un peu plus de tenue[11] ! Décidément la droite de gouvernement qu’elle soit dénommée « gauche » ou « ni gauche, ni droite » est de plus en plus vulgaire. 

     

    Manœuvre Hollandaise 

     

     Manœuvres de la droite pour contourner le mouvement social

    A ce point du blocage on ne voit pas comment le gouvernement peut s’en sortir. D’autant que les grèves s’étendent au-delà de la question de la loi El Khomri. C’est le cas chez Amazon par exemple où la grève est dure[12]. D’autres grèves sont programmées dans l’aviation civile, dans le nucléaire, à la RATP, à la SNCF. Et comme la grève s’étend aussi en Belgique[13], on voit bien que ce qui est en cause c’est aussi bien l’austérité passée que l’austérité à venir. Mais pour Hollande il n’est pas question de reculer sur le principal, à savoir l’article 2. Et cela pour deux raisons : la première est que déjà que sa crédibilité est au plus bas, il apparaîtrait encore plus comme un président velléitaire. La seconde est qu’en effet, si on ne veut pas des réformes du type El Khomri, il faut sortir de l’Europe. C’est ce que je répète depuis des mois et c’est ce que dit aussi Jacques Sapir[14]. Hollande va donc manœuvrer en essayant de diviser les syndicats. Par exemple en conservant sa loi pourrie, mais en donnant des miettes aux travailleurs de la RATP ou à la SNCF. Déjà la CFDT a retiré son préavis de grève[15]. On peut certes jusqu’où ira dans l’abjection ce syndicat, mais en tous les cas c’est une petite victoire pour Hollande. Il vient aussi d’être désigné comme Homme d’Etat de l’année 2016. Beaucoup ont souri, en réalité cette distinction décernée par la fondation The Appeal of Conscience visait non pas sa capacité à gérer les mouvements sociaux mais plutôt sa façon de traiter les douloureux problèmes liés aux attentats parisiens.

     

     


    [1] http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2016/05/30/la-charge-de-pierre-gattaz-contre-la-cgt-ils-se-comportent-comme-des-voyous_4928844_1656968.html

    [2]  http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140701.OBS2295/comment-gattaz-a-fait-passer-les-impots-de-sa-societe-de-25-a-3.html

    [3] http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/05/26/01016-20160526ARTFIG00160-la-crise-sociale-en-france-inquiete-aussi-a-l-etranger.php

    [4] http://www.lepoint.fr/medias/pourquoi-la-cgt-empeche-la-presse-de-paraitre-26-05-2016-2042218_260.php

    [5] http://www.liberation.fr/desintox/2016/05/24/la-fable-tenace-des-quatre-milliards-d-euros-d-argent-public-verses-aux-syndicats_1454835

    [6] http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0YB0OT

    [7] http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/05/25/25002-20160525ARTFIG00322-entre-2010-et-2016-le-discours-de-valls-et-hollande-sur-les-syndicats-a-bien-change.php

    [8] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/28/97001-20160528FILWWW00138-popularite-valls-plonge-sarkozy-remontebva.php

    [9] http://www.20minutes.fr/marseille/1853299-20160526-marseille-emmanuel-macron-annule-visite

    [10] http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/28/video-costume-macron-pecheur-cgt_n_10178192.html

    [11] http://in-girum-imus.blogg.org/de-imbecillite-en-politique-l-exemple-de-macron-a120329584

    [12] http://www.liberation.fr/futurs/2016/05/25/greve-chez-amazon-sur-des-revendications-salariales-et-contre-la-loi-travail_1455178

    [13] La Belgique qui a un soi-disant gouvernement de droite connait très exactement les mêmes problèmes que nous.

    [14] http://russeurope.hypotheses.org/4988

    [15] http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/greve-la-sncf-fait-de-nouvelles-propositions-les-syndicats-reflechissent-575067.html

    « Note sur le mouvement social en France et ailleursPierre-André Taguieff, Une France antijuive ? CNRS Editions, 2015 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :