• Macron toujours dans la provocation. Est-il fasciste ?

     Macron toujours dans la provocation. Est-il fasciste ?

    De plus en plus décomposé, le 11 janvier Macron est apparu pour fêter à l’Elysée, vous pensez bien qu’il ne sort plus, la galette des rois. Laissons de côté le fait qu’il semble de plus en plus fou et prématurément usé, et retenons ce qu’il a dit. « Beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (...) il y a des devoirs. Et s'il n'y a pas ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion. » En pleine crise des gilets jaunes, cette ultime provocation de la part de quelqu’un qui n’a jamais travaillé est mal passée. Elle renvoie à tout ce qu’il a dit des Français, des fainéants, des cyniques, des gens qui ne sont rien, des gaulois réfractaires, des illettrés. ET j’en passe. Il est donc clair que pour lui les rebelles à son « ordre nouveau » sont ceux qui refusent de traverser la rue pour trouver du travail et qui préfèrent « foutre le bordel » parce que ce sont des assistés. De glissement en glissement, il apparaît pour ce qu’il est, pour ce que nous avons toujours dénoncé dès la campagne électorale des présidentielle : c’est un homme de droite, un extrémiste. Il l’a rappelé une nouvelle fois, accentuant son divorce d’avec le pays. Sur son blog Michel Pinault a fait tout de suite et avec à propos le rapprochement avec la rhétorique du Maréchal Pétain[1]. Pétain, le 20 juin 1940 : « L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu’on a servi. On a voulu épargner l’effort ; on rencontre aujourd'hui le malheur. » Macron qui, rappelons-le, n’a jamais travaillé, est rentré dans cette logique du défaussement : la France est mal en point non pas parce qu’on a suivi depuis des années des politiques libérales comme celles qu’il tente d’aggraver, mais parce que les Français – sous-entendu les mauvais Français – sont des fainéants et refusent de se serrer la ceinture, qu’ils en demandent toujours plus. Cette mauvaise attitude face au travail est la cause de notre ruine. Pétain nous expliquait pareillement le sens de la défaite face à l’Allemagne : la France a connu la défaite non pas parce qu’elle avait des mauvais généraux, mais parce que les pauvres se laissaient aller à la paresse générale.  

    Macron toujours dans la provocation. Est-il fasciste ?

    On se souvient que le mouvement de Macron s’appelait initialement En Marche. L’inconscient macronien parle. La France en Marche c’était bien un élément de langage du pétainisme. Mais qui sont les bons Français selon Macron ? En vérité il n’y en a pas. Et il doit se désoler tous les jours de conduire ce troupeau d’alcooliques un peu illettrés. Toujours dans la provocation, Macron qui, sans doute comme tous les Français, ne croit plus au Grand débat[2], a décidé d’inviter sur notre compte, 150 patrons des grandes multinationales le 15 janvier, soit le jour même du lancement du Grand débat. Cela se passera à Versailles[3]. Il faut y voir un double symbole :

    - Macron émigré de l’intérieur va chercher des renforts à l’étranger, il n’en a plus de disponibles en France même. Il devient ainsi le représentant de la ploutocratie internationale, cette ploutocratie prête à dépecer le pays. Il va recevoir dit son service de propagande 150 patrons des multinationales. Cette allégeance provocatrice gageons qu’elle sera mal perçue par le petit peuple de la France d’en bas ;

    - mais ce grand dîner qui nous coûtera un pognon de dingue et qui n’est que de l’apparat est aussi le symbole des Versaillais qui assassinèrent froidement des milliers de communards avec la complicité de l’armée prussienne. Il avait fait de même l’an dernier, mais il n’avait invité que 140 patrons, aujourd’hui c’est 150. Il est peu probable que ce genre de raout serve à stimuler les investissements étrangers en France. Les investisseurs s’inquiètent ouvertement de la décomposition politique du pays qui se trouve dans une crise sans fin.

    On voit donc qu’à côté de la mise en œuvre d’une répression relativement inédite, Macron réactive une rhétorique d’un autre âge. L’obséquiosité affichée envers les premiers de cordée et la trique pour les rebelles. Il affiche la volonté de remettre La France en marche, mais ce n’est pas la seule façon de s’affirmer pétainisme chez Macron, il y a cette volonté de construire aussi une Europe sous domination Allemande dans la négation de ce qui fait une nation. Ses allégeances à Berlin et à Bruxelles le démontrent en permanence. Fondre la France dans un grand ensemble fédéral épargnerait à Macron bien des soucis, surtout si cela pouvait s’accompagner de la mise en place d’une police européenne !

    « Il faut parfois être prêt à subordonner ses intérêts à ceux de la communauté européenne. » disait en 1942 Walther Funk le ministre des finances d’Hitler

    « La solution de nos problèmes économiques... une union douanière, un marché libre, un système bancaire et des taux de change stables en Europe, vers une union monétaire européenne. » disait Herman Goering en juillet 1940.   

    Macron toujours dans la provocation. Est-il fasciste ?

    De quelque manière qu’on le prenne, le discours de Macron est aux antipodes de la démocratie et même de l’idéal républicain le plus élémentaire, que ce soit dans la manière qu’il a d’instrumentaliser une police et une justice qui n’a pas encore eu l’idée de se rebeller, ou que ce soit dans la façon autoritaire d’exiger que les Français travaillent sans se poser des questions sur les affaires que peuvent faire les très riches. La révolte des gilets jaunes – on pourrait dire des Français, tant le mouvement est large – a déjà poussé Macron à se radicaliser et à dévoiler ce qu’il était vraiment, un homme du passé sans avenir.



    [1] https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/110119/macron-leffort-le-sens-des-mots

    [2] https://www.lci.fr/politique/grand-debat-national-70-des-francais-estiment-qu-il-sera-inutile-2109816.html

    [3] https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/11/en-plein-grand-debat-macron-recevra-a-versailles-150-patrons-de-multinationales_a_23640282/?ncid=other_facebook_eucluwzme5k&utm_campaign=share_facebook&fbclid=IwAR0-T_hIR59uGslOLyrBdzUF-8PYwZOsZxuh8EOrZAncqSkUFMBjhsFAuYw

    « La Macronie est en train de sombrerActe IX mobilisation en hausse dans toute la France »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    sergio
    Samedi 12 Janvier à 13:00

    on n’est pas fatigué! contrairement aux forces du désordres nationales… nous allons vaincre ou mourir!

    2
    Samedi 12 Janvier à 20:56

    La mobilisation repart à la hausse, et on ne voit plus de solution pour Macron

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :