• Les premiers pas de Macron président

     Les premiers pas de Macron président

    Manifestations 

    La décomposition du système politique s’accélère. Le 8 mai, soit le lendemain de l’élection de Macron, des manifestations assez importantes ont commencé[1]. La méfiance de la population est très grande à l’endroit du nouveau président. Pas encore officiellement investit, il ne le sera que le 15 mai, il est déjà contesté. C’est assez inédit dans l’histoire de la Vème République. En règle générale le nouvel élu bénéficie d’un état de grâce : on attend de voir ce qu’il va faire pour se prononcer. Il faut dire que l’arrogant Macron n’a pas très bien analysé le sens de sa victoire : c’est une victoire par défaut. 43% de ceux qui ont voté pour lui l’ont fait uniquement pour s’opposer à Marine Le Pen. Son socle électoral est donc très étroit. Et il est évident que la jeunesse est déjà prête à manifester contre les mesures de régression sociale qu’il prépare. Macron n’est pas aimé, Ruffin qui a pourtant voté pour lui, dans une lettre ouverte lui a même signalé qu’il était « haï » [2]!

    Le soir même de son élection, il a fait une piteuse démonstration d’incompréhension de ce qu’est la France et la République : il a fait jouer l’hymne à la joie de Beethoven, c’est-à-dire, une musique allemande mais aussi le symbole de l’Union européenne très largement détestée. Une sorte d’alliage entre cuistrerie et ignorance[3]. Il rappelle ainsi Valéry Giscard d’Estaing qui trouvait que La marseillaise était un chant trop violent et qu’il fallait en ralentir le rythme pour l’adoucir. C’est la marque des européistes que de dénigrer un chant révolutionnaire, symbole fort dans le monde entier et qui longtemps a accompagné les meetings socialistes dans différents pays[4]. 

    Les premiers pas de Macron président 

    La petite cuisine d’un petit homme 

    Les palinodies du nouveau président ne s’arrêtent pas là. Dès lors qu’il faut renouveler l’assemblée nationale au mois de juin, les tractations commencent : Macron cherche à construire une majorité à sa botte, et des hommes politiques en mal de parti autant que d’identité vont tenter de retrouver un siège. Valls vient de payer un prix très élevé : il a offert ses services à Macron, mais celui-ci et son entourage l’a envoyé promené, le faisant danser au bout d’une ficelle, lui promettant de lui mettre des bâtons dans les roues pour qu’il retrouve un siège. La médiocrité politicarde des macroniens rappelle celle des sarkozystes. Valls en effet est exactement sur la même ligne politique, intellectuelle et morale que Macron, la différence entre eux est de l’épaisseur d’une feuille de papier de cigarette. Mais Macron et ses séides préfèrent jouer le jeu de la division plutôt que de rassembler leur propre camp[5]. Pour le renouveau et la moralisation de la vie politique, on repassera. 

    Les premiers pas de Macron président 

    En attendant Les Républicains veulent en être de ces grandes Saturnales de la droite renouvelée. Jean-Paul Delevoye – un vieux de la vieille du chiraquisme et qui a repris du service chez Macron – surveille les investitures. Certains le voient comme premier ministre de Macron, je pense qu’ils se trompent[6]. Mais en tous les cas cet ancien du RPR, de l’UMP, recyclé par En Marche, s’active à générer une majorité de rechange si En Marche n’a pas assez d’élus. C’est le sens des offres de services formulées par Alain Juppé[7] et Bruno Le Maire[8]. Tout cela montre clairement que Macron est bien compris par tous ces vieux chevaux de retour comme le champion de la droite européiste et pro-business. 

    On a bien eu raison de s’abstenir 

    Je signale par ailleurs l’article de Berruyer sur les résultats du second tour : il démontre, chiffres à l’appui, que le vote Macron contre Le Pen est un vote de classe. On a voté contre Marine Le Pen au nom d’un antifascisme nébuleux et fantasmé, sans se préoccuper de ceux qui votent pour elle et pourquoi[9], cela renforce dans un certain sens ce que j’ai déjà écrit sur la question. On a bien eu raison de s’abstenir. Le 10 mai 2014, le journal Le monde qui ressemble de plus en plus à la Pravda de l’ancien temps, produisait un éditorial, sans doute dû à la plume sournoise de Leparmentier[10]. En gros il nous explique que puisque Macron a fait 66% des voix, c’est qu’il est aimé par les Français et donc qu’on ne doit pas manifesté contre lui car il est légitime. La cuistrerie dépasse les bornes, parce que quelques jours auparavant ce journal nous incitait à voter pour Macron pour faire barrage au fascisme, et donc de suspendre momentanément la lutte contre lui le temps d’un scrutin. On la voyait venir de loin celle-là. Et tout le long de son déjà long quinquennat, Macron va nous la ressortir : on n’a pas à manifester contre lui, étant donné qu’on a voté pour lui. J’espère que cette leçon sera entendue par tous ceux qui ont voté pour lui motivés par la peur. 

    Madame Trogneux épouse Macron 

    Les premiers pas de Macron président 

    Sur les réseaux sociaux, les macaronistes se plaignent que les internautes moquent le physique de Madame Trogneux épouse Macron. Je comprends bien qu’il est plus important de s’occuper de la politique réactionnaire de son mari que des ravages de l’âge qui atteignent tout un chacun, un jour ou l’autre. En vérité elle n’a que le retour du bâton. En effet cela fait plusieurs années que ce couple curieux vend ses images à la presse people, met en scène son côté atypique pour nous montrer combien ils sont modernes. Tous les journaux des amis milliardaires de Macron ont été mis à contribution pour célébrer d’une manière indécente et répéter la gloire de ce couple. Brigitte Trogneux promène au fil des milliers de photos qui ont été prises d’elle, un sourire crétin et satisfait d’elle-même. Elle prend la pose et admet que ses photos soient photoshoppées, pour masquer les outrages de l’âge. Si elle ne voulait pas qu’on commente sa figure, elle aurait pu se montrer plus discrète, au lieu d’étaler sur tous les murs ses mauvais implants dentaires et ses liftings plus ou moins réussis. C’est évidemment cette vulgarité que les gens ne lui pardonnent pas : une grand-mère toujours à essayer de se couler dans des habits d’adolescentes et toujours à parader dès qu’elle voit poindre un objectif, oui ça choque un peu, tant le manque de simplicité est grand sous les multiples couches de fonds de teint. On comprend que cette femme de 64 ans a toujours eu une sainte trouille de vieillir et qu’elle couvre celle-ci de tous les artifices possibles : un sourire crétin pour les photographes, des habits de jeune midinette, des liftings à répétition, etc. 

    Les premiers pas de Macron président 

    On m’a signalé que L’express, ce torchon subventionné à la gloire des milliardaires avait publié l’histoire du misérable couple Macron sous forme de roman façon Nous Deux ancienne manière. J’ai donc été y voir, c’est assez répugnant. C’est un pas franchi dans la décomposition sans fin du journalisme. Dans le temps cet hebdomadaire était sérieux, avec des articles de fonds sur la Guerre d’Algérie par exemple, ou sur mai 68, des analyses contestables, mais qui existaient. Mais maintenant que nous avons franchi un palier dans l’ère du vide, plus rien ne les retient dans la diffusion d’images subliminales destinés à nous conforter dans l’admiration de ce couple admirable qu’il faut admirer parce qu’il est admirable. Je fais remarquer que du temps de la présidence Hollande L’express n’avait pas de mots assez durs pour la politique économique que Macron menait. Mais maintenant il trouve cette politique bien à son goût, étant donné qu’elle convient aux milliardaires qui financent la presse. 

    Les premiers pas de Macron président 

     


    [2] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/vous-etes-hai-francois-ruffin-previent-emmanuel-macron-dans-une-tribune_1905304.html

    [3] http://www.lci.fr/politique/resultats-presidentielle-2017-l-hymne-a-la-joie-avant-la-marseillaise-le-choix-musical-de-macron-au-louvre-froisse-florian-philippot-et-le-fn-2051287.html

    [4] http://www.latribune.fr/economie/france/la-marseillaise-un-hymne-a-l-histoire-tourmentee-524332.html

    [5] https://www.marianne.net/politique/la-republique-en-marche-manuel-valls-humilie-jusqu-au-bout-par-le-camp-macron?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1494314042

    [6] http://mondafrique.com/chiraquien-jean-paul-delevoye-possible-premier-ministre-de-macron/

    [7] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/05/09/juppe-pas-dans-l-etat-d-esprit-d-une-obstruction-systematique-a-macron-en-l-absence-de-majorite-de-droite_5124997_4854003.html

    [8] https://www.marianne.net/politique/droite-bruno-le-maire-nouveau-champion-de-la-drague-au-macron

    [9] https://www.les-crises.fr/quelques-donnees-sur-le-2e-tour-de-la-presidentielle/

    [10] http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/10/l-etrange-proces-fait-a-emmanuel-macron_5125432_3232.html

    « Résultats du second tour et la suiteRetour sur La sociale, film de Gilles Perret »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Philippe13
    Mardi 16 Mai à 07:01

    Bonjour.

    François Ruffin n'a pas appelé à voter pour  Macron.

    Il semblerait ( très fortement) que le contraire soit une fausse information.

    http://www.ojim.fr/rectificatif-francois-ruffin-na-jamais-appele-a-voter-macron/

    Salutations.

    2
    Philippe13
    Mardi 16 Mai à 07:14

    Rectificatif sur mon commentaire précédent (qui finalement n'est pas pertinent).

    François Ruffin, certes n'a pas appelé à voter Macron, mais a proclamé qu'il voterait Macron.

    3
    Mercredi 17 Mai à 07:30

    Oui c'est ce qu'on lui reproche, étant entendu que maintenant on nous bassine avec les fameux 66% du jeune couillon, ce qui était assez prévisible. Pour le reste j'aime bien Ruffin...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :