• Les élections au Royaume Uni et leurs conséquences

    Résultats

    Les élections au Royaume Uni et leurs conséquences 

    La première évidence c’est que seulement un électeur sur deux s’est rendu aux urnes. La seconde c’est que le Labour, l’équivalent du PS au Royaume Uni, subit une défaite historique. Si on rapproche ces deux faits, il va de soi que Miliband paye ses difficultés de positionnement, ne sachant guère s’il devait assumer une politique économique de gauche ou de droite. La difficulté venant aussi du fait que l’économie britannique connait une certaine stabilité contrairement au reste de l’Europe. Il semble bien que ce soient les électeurs de gauche qui aient préféré s’abstenir, ce qui relativise la victoire du triste Cameron, mais ce qui interroge l’avenir du parti travailliste à moyen et long terme. En suffrage le Parti conservateur progresse de 0,8%, soit presque rien, mais l’effondrement du parti libéral et le système électoral anglais très particulier, fait que cela permet d’avoir une victoire écrasante.

    Les travaillistes doivent une partie de leur défaite à leur éjection du paysage électoral en Ecosse où le parti indépendantiste rafle la majorité des sièges. L’Ecosse était depuis longtemps une chasse gardée du Labour, mais ce parti s’étant aligné sur les thèses conservatrices lorsqu’il s’est agi de discuter de son indépendance, il en paye aujourd’hui les conséquences. Ce qui montre que comme en France la pseudo gauche britannique n’a aucun sens stratégique, ni tactique.

    On note encore la très forte progression de l’UKIP, parti d’extrême-droite, anti-Europe et anti-immigration qui arrive à prêt de 13% des suffrages exprimés. C’est ce parti qui en réalité est le vrai vainqueur des élections parce que son ancrage dans le paysage politique britannique semble très fort. Il va de soi qu’il va  consolider sa position avec la venue d’un référendum sur l’Europe. Et cela malgré la défaite de son leader Nigel Farage qui a démissionné de la tête de l’UKIP.

    Au passage beaucoup de commentateurs souligne la mauvaise qualité des sondages qui jusqu’au jour de l’élection laissaient entendre que le parti travailliste ferait jeu égal avec le parti conservateurs et qu’on irait vers un gouvernement de coalition. Mais à mon sens c’est un tout petit détail.

     

    Sortir de l’Europe

     Les élections au Royaume Uni et leurs conséquences 

    Cameron va lancer un référendum sur la position du Royaume Uni dans l’Europe. Il est assez probable que ce pays va en sortir. Cela va avoir des conséquences importantes. Sur le plan interne, une sortie de l’Europe relancerait l’idée d’indépendance de l’Ecosse. En effet, le nouveau parlement écossais dominé par le SNP, va sans doute vouloir rester dans l’Europe car c’est pour eux une meilleure possibilité de s’émanciper de la tutelle de Londres. Et donc si le référendum avalise l’idée d’une sortie du Royaume Uni de l’Union européenne, cela entrainerait presqu’automatiquement la sortie de l’Ecosse du Royaume Uni. Comme on le voit, les difficultés pour Cameron sont devant. D’autant que la situation économique du Royaume Uni devrait se détériorer dans les mois à venir, ne serait-ce qu’à cause de la baisse de la valeur de l’euro.

    Jusqu’ici on pensait que les débuts de la dissolution de l’Union européenne viendraient de la Grèce via l’abandon de l’euro. Mais il se pourrait que ce soit le Royaume Uni qui lui porte le coup fatal. En effet, si le référendum indiquait la porte de sortie, cela servirait de modèle pour les autres pays qui s’y trouvent englués. Le graphique ci-dessous que j’ai déjà publié montre que les raisons ne manquent pas à une sortie de l’Europe. Tous les pays en dehors de la zone euro et plus encore en dehors de l’Union européenne ont des performances économiques bien meilleures que les autres.

     Les élections au Royaume Uni et leurs conséquences
     

    Les Européens craignent cette sortie plus que tout. C’est pourquoi Hollande y est allé de son couplet anti-démocratique en prévenant que les britanniques ne pouvaient décider tous seuls de sortir ou de rester dans l’Union européenne. Il semble qu’il ait oublié l’idée pourtant fort populaire à gauche sur « la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes ». A part démontrer une fois de plus qu’Hollande s’assoit sur la démocratie la plus élémentaire, cette rhétorique équivaut à pisser dans un violon. En effet si le Royaume Uni décide d’en sortir, ce ne sont pas les menaces hollandaises qui l’en empêcheront, bien au contraire, la France étant détestée plus que tout par les Britanniques, la prise de position hollandaise risque de conforter le camp du « Brexit ». En tous les cas Hollande endosse le pardessus d’une vision post-démocratique des formes institutionnelles an Europe. On lui en donne acte. 

    Liens

    http://www.leparisien.fr/politique/referendum-de-sortie-de-l-ue-le-rappel-a-l-ordre-de-hollande-a-cameron-09-05-2015-4758355.php

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/08/apres-les-elections-le-royaume-uni-en-route-pour-le-referendum-sur-la-sortie-de-l-ue_4630102_3214.html

    « Compléments sur Emmanuel Todd et CharlieDe l’esclavage et de son abolition »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :