• Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

     Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès 

    Il semble étonnant qu’un homme politique comme Donald Trump ait du succès dans un pays comme les Etats-Unis où quoi qu’on en dise le niveau d’instruction n’est pas aussi bas que cela. En effet Donald Trump apparait grimacier, grossier, vulgaire, avec des cheveux reteints qui lui donne l’aspect d’une vieille et méchante bonne femme supportant mal la ménopause. Et tous nos hommes politiques un peu pourris nous semblent plus présentables que ce milliardaire. Son succès dans les élections primaires laisse penser qu’il va être finalement le candidat des Républicains. Il est donc important de s’attacher aux raisons qui ont fait son succès. Beaucoup de gens lui crachent dessus sans se donner la peine d’essayer de comprendre pourquoi les électeurs votent pour lui, ne retenant que l’idée latente des Américains. 

     

    Les raisons d’un engouement populaire 

     

    On peut évoquer me semble-t-il trois raisons principales et qui sont sans doute d’égale importance. La première est qu’il a pris des positions ultra-nationalistes, et celles-ci sont compatibles non seulement avec le patriotisme américain, mais aussi avec le souhait d’un nécessaire protectionnisme pour défendre l’économie et l’emploi américains. Il a entre autres choses défendu l’idée de taxer violemment les produits chinois pour les empêcher d’envahir le marché. Ce discours correspond bien à la dégradation profonde de l’économie américaine qui est souvent masquer par des statistiques flatteuses sur l’emploi : alors que les chiffres officiels indiquent qu’on a atteint le quasi plein emploi aux Etats-Unis, de nombreux commentateurs parlent d’un chômage qui serait compris entre 13 et 23%. C’est ainsi que l’on découvre qu’aux Etats-Unis, le taux d’emploi est tombé à 59% de la population active contre 64% en France où le taux de chômage est officiellement le double des Etats-Unis. Enfonçons un peu le clou : aux Etats-Unis seulement 44 % de la population active se trouve avoir un « bon emploi » : ce terme définit un emploi à 30 h et plus par semaine. Le fait que les Etats-Unis aient un chômage masqué très important ne doit pas nous étonner, si nous rapprochons cela du fait que la balance commerciale américaine reste toujours très négative sur le long terme : il faut le dire et le répéter, une balance commerciale négative signifie qu’on exporte le travail à l’étranger.

    Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

    Ce taux de chômage masqué élevé explique pour partie au moins que les Américains soient sensibles aux arguments de Trump contre les migrants mexicains qu’il accuse d’être voleurs et violeurs en même temps. Face à ce discours Hillary Clinton est obligée de mentir, c’est-à-dire de soutenir que le chômage aux Etats-Unis est au plus bas et que cela est dû à la bonne politique d’Obama dont elle partage nécessairement le bilan en tant que membre du gouvernement. Ajoutons que ces mêmes idées sur le chômage masqué expliquent aussi la montée surprenante du vote pour Bernie Sanders qui lui aussi doit ses très bons résultats à l’échec de la mondialisation et à l’incapacité des démocraties occidentales de sortir de la crise de 2008. Le fait que les Etats-Unis, contrairement à ceux qui croient que la déréglementation du marché du travail est la panacée, ne soient pas sortis de la crise est corroboré par les statistiques sur la pauvreté. Ci-dessous on voit que le nombre de personnes qui vivent de l’aide publique alimentaire a grimpé sous la présidence Obama, mais qu’elle reste encore très élevée : c’est bien sûr la conséquence du chômage et des faibles salaires et donc de la montée des inégalités. Ces données alarmantes expliquent facilement pourquoi lorsque Clinton et Trump vont se retrouver face à face, Trump peut gagner : Clinton va apparaître comme co-responsable de cette déconfiture.

      Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

    La deuxième raison qui explique le succès de Trump est justement sa grossièreté. Un peu comme Jean-Marie Le Pen, il dit tout haut ce que les gens murmurent tout bas. Même si c’est faux, cela lui donne un avantage face à des politiciens plus chevronnés qui ont trop appris à policer leur langage. Paradoxalement, alors que Trump est un milliardaire qui a réussi dans la vie parce qu’il avait un père riche et qu’il a su magouiller dans le marigot sombre de l’immobilier, il apparait ainsi comme le porte-parole des plus démunis. Contre l’establishment – mais les Républicains nous ont déjà fait le coup avec Reagan et avec Bush fils – c’est toujours une parole qui porte, surtout en période de crise où Wall Street continue toujours à déconner en bourse et à verser des bonus extravagants aux traders et aux actionnaires. Peu importe dès lors que Trump assène des imbécilités, plus c’est gros mieux ça passe. L’important est qu’il tape fort en désignant des cibles faciles.

     Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès 

    Des manifestants moquant le soutien larvé de Trump au KKK 

    C’est donc intentionnellement qu’il a refusé de condamner le Ku Klux Klan : il sait ce qu’il fait car au moins 20% de son électorat ont une image favorable du KKK !  C’était la tactique implicite de Reagan, discrètement raciste. Mais si Trump se permet ce genre de fantaisie, c’est aussi parce que la question raciale aux Etats-Unis est loin d’être réglée malgré les avancées. Cependant même si cela permet à Trump d’éliminer progressivement tous ses rivaux au sein du Parti Républicain, il n’est pas certain que cela lui permettra de battre Clinton. La raison est simplement démographique, c’est que depuis Reagan le peuplement des Etats-Unis s’est radicalement modifié, il y a de plus en plus d’Américains originaires des minorités comme on dit. On voit mal les Mexicains et les Noirs voter par exemple massivement pour Trump.

    Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

    La troisième raison qui explique le vote pour Trump dans les primaires est la nostalgie d’une Amérique idéale, une Amérique des pionniers où tout était possible pour des hommes entreprenants et travailleurs. Bien sûr ce monde n’existe plus, et dans un tel monde Trump n’existerait pas non plus. Mais c’est une réaction contre un système économique dominé aujourd’hui par les banques et un Etat qui est jugé beaucoup trop vétilleux avec les citoyens américains mais laxiste dans le reste du monde. Trump envoie un discours musclé qui fait peur. Prêt à déclarer la guerre contre la Russie, il avalise l’idée que du temps de la Guerre froide le monde était bien meilleur. Disant vouloir interdire aux musulmans l’entrée du pays, il surfe sur la peur d’un islamisme radical qui a traumatisé l’Amérique en 2009. N’oublions pas que régulièrement la droite conservatrice accuse Obama d’être en fait un musulman masqué qui faciliterait finalement le Djihad sur le territoire américain.

    Les échecs des guerres en Irak et en Syrie, le 11 septembre, mais aussi l’attentat de San Bernardino, les attentats de Paris, tout milite pour accréditer l’idée que nous sommes dans une guerre de civilisation et que le communautarisme musulman risque de détruire l’Amérique. Il est vrai aussi que la communauté musulmane s’accroit plus rapidement que les autres.  

    Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès 

     

    Les chances de succès de Trump à l’élection présidentielle 

     

    Elles sont bien réelles, et elle repose d’abord sur les errements de la présidence Obama, et dans l’image d’une Hillary Clinton associé à cet échec. Obama laissera en effet l’image d’un président qui n’a strictement rien fait pour les plus pauvres, pour libérer le pays de l’emprise des grandes banques d’affaire. Jamais le nombre de pauvres n’a été aussi élevé. Pour un parti qui traditionnellement depuis Roosevelt prétend défendre les plus démunis, c’est un échec cinglant. Le taux de pauvreté a augmenté sous la présidence Obama. C’est d’ailleurs un des arguments qui est avancé devant le Congrès pour que celui-ci approuve rapidement les accords TAFTA, en supposant que les Européens seront assez stupides pour les signer et que cela permettra aux Etats-Unis de redresser un petit peu leur balance commerciale. Comme on le comprend tant qu’Hillary Clinton présentera la mondialisation et l’immigration comme une chance et une réussite de la politique américaine, Trump garde toutes ses chances de succès pour l’élection présidentielle. Son principal handicap est le vote des minorités, les noirs, les hispaniques vont voter contre lui en masse. Mais il aura aussi contre lui la classe moyenne instruite qui ne tolère guère sa grossièreté. S’il veut être élu il devra faire un geste fort, par exemple prendre sur son ticket un représentant de la communauté hispanique comme vice-président. Après tout les hommes politiques sont coutumiers de ce genre de retournement de veste, c’est même leur métier

    Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

      

    La chance de Clinton de remporter l’élection présidentielle – ce que je crois qu’elle fera tout de même – repose sur plusieurs paramètres. D’abord et peut être principalement récupérer l’électorat qui a plébiscité Sanders, donc elle doit gauchir son discours et pour cela s’éloigner de Wall Street qui par ailleurs la finance. Les Américains haïssent – le mot n’est pas trop fort – les banquiers qu’ils voient comme une engeance prédatrice. Ensuite elle doit se démarquer impérativement d’Obama sur la question du protectionnisme nécessaire et sur le contrôle de l’immigration. Ce dernier point est possible parce que la gauche étasunienne est assez adulte pour comprendre que l’immigration désordonnée est défavorable aux travailleurs puisqu’elle les met en concurrence les uns avec les autres. Elle possède un atout important tout de même, c’est son époux qui a laissé dans l’opinion l’image d’un bon président qui avait été capable de faire fondre le déficit budgétaire et de relancer la croissance et l’emploi. Il est d’ailleurs très présent à ses côtés. Un de ses handicaps est qu’elle a une image trop bourgeoise quand elle doit s’opposer au look canaille de Donald Trump. Elle pourra cependant compter sur le soutien traditionnel d’Hollywood.  

     Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès 

     

    Conclusion 

     

    L’élection américaine est emblématique à bien des égards, non seulement parce qu’il s’agit du pays le plus puissant du monde, mais aussi parce que sa santé – plutôt mauvaise en ce moment – est le reflet de la conjoncture mondiale. Se dessine presque nécessairement aux Etats-Unis une tendance au repli. Mais cette tendance n’est-elle pas aussi à l’œuvre en Europe où tous les jours qui passent voient augmenter le nombre de personnes convaincus qu’il serait temps d’en finir avec cet outil institutionnel qui fait la promotion éhonté du libre-échange ?  La lutte contre les inégalités, l’accès à un emploi décent, à des soins de qualité pour tous sont déjà un programme suffisant pour les années qui viennent aux Etats-Unis comme en Europe. Mais tout cela passe par une souveraineté retrouvée, c’est-à-dire par la restauration d’un Etat qui respecte la démocratie et le peuple dont il est le serviteur. La clé du scrutin se trouvera certainement dans l'abstention, quand celle-ci est élevée, c'est un président Républicain qui est élu.

     Le sulfureux Donald Trump et les raisons de son succès

     

     

    Liens 

    http://www.liberation.fr/planete/2016/03/02/cinq-affaires-dans-lesquelles-donald-trempe_1437059 

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-133138-chomage-la-verite-est-ailleurs-ou-pourquoi-les-etats-unis-ne-sont-ils-pas-en-plein-emploi-1119944.php

    http://fr.express.live/2015/02/11/aux-etats-unis-seulement-5-6-de-chomage-le-grand-mensonge-exp-211236/ http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/elections-americaines/20150817.OBS4267/les-droles-de-solutions-de-donald-trump-face-a-l-immigration.html  

    http://www.theatlantic.com/politics/archive/2016/02/why-wont-donald-trump-repudiate-the-ku-klux-klan/471345/ http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/12/08/vive-condamnation-de-la-maison-blanche-apres-les-propos-de-trump-sur-les-musulmans_4826666_3222.html

    « Le gouvernement au bord du gouffreLa crise des migrants et l’effondrement de l’Europe »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :