• Le retour du « trou » de la Sécurité Sociale

    Le retour du « trou » de la Sécurité Sociale 

    Depuis quelques jours le gouvernement du lobbyiste Philippe qui est issu des dernières et malheureuses élections, communique sur les « trous », le dérapage du budget qui serait de plus de 8 milliards, le trou de la sécurité sociale. Pour le budget général, qui d’ailleurs a été concocté sous la houlette de Macron lorsqu’il était ministre de l’économie, il va de soi que le CICE qui coûte environ 20 milliards d’euros à l’Etat, sans que son utilité soit avérée est pour beaucoup dans ce dérapage. Macron avait vendu le CICE au malheureux Hollande en lui disant que cela relancerait l’emploi et que le chômage baisserait, on sait ce qu’il en a été de cette mesure sournoise[1].

    Les prévisions pour la Sécurité Sociale étaient d'un déficit de 0,4 milliards d'euros à la fin de l’année 2017, il sera peut-être – mais ce n’est pas sûr parce que 2017 n'est pas fini – de 1,6 milliards selon la Commission des Comptes de la Sécurité Sociale[2]. Même si ce chiffre est vrai et important, il faut le ramener au budget global de la Sécurité sociale qui est de 500 milliards environ, soit 0,3%. C'est à dire pas grand-chose, c’est de l’ordre de l’épaisseur du trait : 4 fois le coût de l’inutile congrès de Versailles. L'intention est évidente, alors même que le déficit de la sécurité sociale n'existe quasiment pas, on va proposer des nouvelles mesures de restrictions de remboursement des soins et une augmentation des complémentaires. Qu'Atlantico, journal soutien du sinistre Fillon, lance la charge, n'a rien d'étonnant puisqu'ils sont pour une privatisation juteuse de la sécu[3].

    On va donc jouer de l’antipathie que provoque Marisol Touraine, ses robes, et le gouvernement de Hollande pour faire avancer des idées qui vont dans le sens d’une destruction de la Sécurité sociale. Comme de nombreux citoyens l’ont fait remarquer, le trou de la Sécurité sociale n’existe pas vraiment, il est surtout le résultat d’un laxisme dans la remontée des sommes dues, et au détournement des sommes dédiées vers d’autres objectifs[4]. Egalement l’exécutif Macron-Philippe, nos deux fringants Young Leaders, va certainement se servir de ce prétexte, alors qu’il s’apprête à baisser les cotisations patronales, pour continuer dans le sens d’une privatisation rampante des soins. Les retraités seront encore une fois en première ligne, en effet ce sont eux qui dépensent le plus pour la santé, et donc par le biais des complémentaires santé, on va les surtaxer – la hausse de la CSG sur les retraites étant déjà dans les tuyaux. Le graphique ci-dessous montre que depuis 2012, le déficit de la Sécurité sociale est en voie de disparition, tous ceux qui s’aventurent à dire le contraire sont forcément animé d’intentions louches, il faut s’en méfier. On peut compter cependant sur la lobbyiste Buzyn pour aller dans ce sens, sans compter que les vaccins obligatoires vont sûrement coûter très chers à la Sécurité Sociale. 

    Le retour du « trou » de la Sécurité Sociale  

     


    [1] https://www.challenges.fr/challenges-soir/pourquoi-le-cice-a-manque-sa-cible_429908 et https://www.mediapart.fr/journal/economie/190716/cice-un-cout-exorbitant-sans-creation-d-emploi?onglet=full

    [2] Il suffit de voir la composition de cette CCSS pour comprendre qu’elle n’est pas neutre et qu’elle penche plutôt du côté des intérêts du patronat. http://www.securite-sociale.fr/Membres-de-la-CCSS,259

    [3] http://www.atlantico.fr/decryptage/previsions-marisol-touraine-trou-secu-etaient-trop-optimistes-eric-verhaeghe-3104029.html

    [4] http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-trou-de-la-securite-sociale-est-187245 voir aussi l’ouvrage de Julien Duval, Le mythe du « trou » de la sécurité sociale, Liber-Raisons d’agir, 2006. 

    « Macron l’Américain, un homme peu sûr de luiLa lutte contre le tabagisme : une affaire de bobos »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :