• Le petit Macron se taille tout seul un costume !

     Le petit Macron se taille tout seul un costume !

    Sondages 

    Il y a quelques semaines, les sondages nous racontaient la popularité formidable de Macron. On nous disait que c’était le candidat préféré avec le vieux Juppé des Français pour 2017. Du coup il en avait profité pour monter à la hâte une sorte de parti croupion En marche ! tentant de surfer sur ce que tout le monde considère comme une méfiance quasi-totale des Français vis-à-vis des partis politiques. J’ai déjà à plusieurs reprises souligné non seulement le vide de la pensée macronienne en matière d’économie et de politique, mais aussi imbécillité d’une approche stratégique visant à asseoir uniquement sa popularité sur les réseaux modernes de distribution de la propagande politique. Et j’avais dit également que Macron serait sans doute incapable d’aller jusqu’au bout de son ambition présidentielle. Bien que les événements se précipitent et que l’imprévu soit possible, je crois bien ne pas m’être trompé.

    Au début du mois de mai, 55% des Français avaient une bonne opinion de lui[1], et certains le voyaient même déjà comme un candidat incontournable de la gauche pour 2017[2]. Mais aujourd’hui la baudruche s’est dégonflée. 52% des Français demandent à ce que Macron démissionne de son poste de ministre de l’économie. Essayons de comprendre pourquoi.

     

    Raisons de la désaffection populaire

     

    On pourrait se contenter de dire que Macron en incarnant le vide de la vie politique était tout à fait en phase avec son époque. Mais cela ne suffit pas. On pourrait dire que les raisons de la méfiance des Français face à Macron sont les mêmes que celles qui l’avaient poussé sur le devant de la scène : croire que la maîtrise des moyens d’information et de l’argent suffira à berner le peuple. On a rapidement remarqué que son mouvement En marche ! était physiquement hébergé dans une officine patronale très libérale l’Institut Montaigne[3]. Et forcément en pleine contestation de la loi El Khomri, cela marque très mal. Car en réalité la popularité très éphémère de Macron est possible dans un état de paix, mais pas dans un état de guerre des classes entre le patronat et les salariés : il faut choisir.

      Le petit Macron se taille tout seul un costume !

    Le second point est le clip du mouvement En marche ! En effet, Le petit journal de Canal+ a révélé que le clip de lancement du mouvement avait été fabriqué par une agence spécialisée à partir d’images achetées dans des banques de données à l’étranger, allant jusqu'à emprunter à Bernie Sanders[4]. Quelle importance dira-t-on ? D’abord il y a que  cette méthode publicitaire de vendre un parti politique qui n'en serait pas un ne peut s’appuyer que sur l’argent, et que seuls y ont droit d’accès les nantis. C’est donc déjà difficile de prétendre de représenter ainsi l’ensemble du peuple français. Mais en outre il apparaît tout de suite un manque de spontanéité dans le message affiché : on met en scène des blancs et de noirs, des ouvriers et des cadres d’une manière lénifiante, à travers un discours très convenu et aseptisé. Et le clip lui-même suffit pour prouver la vacuité du discours politique de Macron : en pleine guerre sociale, il est en décalage face aux réalités de l’heure. Même Sarkozy n’aurait pas osé être aussi décalé. La vigueur de la contestation de la loi El Khomri qui n'en finit pas d'étonner, rend caduque la présentation de la politique selon macron.

    Et puis il y a l’épisode du costume. On savait Macron très arrogant et imbus de lui-même, bouffon pour tout dire. Mais voilà que se faisant interpeller par des chômeurs, il ne sait que leur opposer son costume de cadre supérieur à leur pauvre tee-shirt ! Avec cette fameuse phrase : «Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler»[5]. C’est une réponse typique des grands bourgeois qui lorsque les prolos sont dans la misère les renvoient à leur manque d’esprit d’initiative[6]. Or tout le monde sait bien que dans un monde en voie de robotisation le travail se fait rare. Mais si on décrypte un peu plus cette séquence, il y a autre chose que le mépris de classe : Macron a peur du peuple, ça se voit justement au fait qu’il dise qu’il n’a pas peur. Il n’a même pas cette capacité de faire semblant d’être proche de ceux qui se lèvent tôt comme le faisait Sarkozy. En outre il montre qu’il perd ses nerfs, comme antérieurement le « casse-toi pauvre con » de Sarkozy. Il prouve par là qu’il n’est pas homme à affronter les difficultés, mais seulement un gamin capricieux vexé de se faire apostropher ainsi par l'homme de la rue qui le tutoie alors qu'il est ministre.  "J'attends aussi d'eux qu'ils respectent les représentants des pouvoirs publics: on ne tutoie pas un ministre, on ne l'invective pas". Mais s'il réclame le respect, c'est bien que son attitude ne le suscite pas, non ?

    Le petit Macron se taille tout seul un costume !

    Cet incident du costard est intervenu le jour même où Les jeunes avec Macron – comme quoi il n’y a pas d’âge pour être vieux – se baladaient en tee-shirt pour faire la publicité pour leur patron. Je ne me poserais même pas la question de qui paie ces vilains tee-shirts. Mais en se moquant des prolos en tee-shirts, Macron se moque aussi des jeunes imbéciles qui font la réclame pour lui. Les commentateurs ont remarqué que le petit Macron qui n’a jamais été élu, et qui n’est pas près de l’être nulle part, fut-ce à Neuilly, retrouvait les vertus du porte à porte. Oui, mais ces jeunes qui se voudraient comme leur patron « ni de gauche, ni de droite » ressemblent dans leur manière de se comporter aux Témoins de Jéhovah qui viennent vous empoisonner la vie le dimanche matin. Un brin illuminés par leur gourou d’opérette, ils font semblant de se croire investis d’une mission neuve et passionnante, mais ils n’arrivent qu’à ressembler à des étudiants attardés de Sciences Po qui n’ont pas bien compris le sens de la matière qu’ils étudient.

    L’idée soi-disant nouvelle est de faire un audit auprès des Français : "on va interroger 100 000 personnes". pourquoi 100 000 et pas 1 ou 2 millions, ou faire un référendum ? C’est encore une mauvaise idée qui montre que Macron ne comprend rien ni à l’économie, ni à la politique. En effet, il est ministre de l’Economie, et dire qu’il a besoin de prendre le pouls des Français pour savoir quelles sont les réformes nécessaires est pour le moins un aveu d’incompétence ! Imaginez-vous le général de Gaulle faire un sondage pour tenter de comprendre ce qu’attendent les Français de lui ? La démarche est celle du marketing : s’adapter aux besoins de la clientèle. Mais cette démarche n’est pas exportable dans le monde de la politique.

     

    Macron perd le sourire

      Le petit Macron se taille tout seul un costume !

    Mais un malheur n’arrive jamais seul, Macron vient de se faire rattraper par les services fiscaux comme un vulgaire Cahuzac. On savait qu’en tant que « banquier » il avait gagné beaucoup d’argent et forcément cet argent il ne le dépense pas. Ce qui veut dire qu’il fait des placements et qu’ainsi, comme un bon petit rentier, il se construit un patrimoine pour ses vieux jours. Il aurait oublié ainsi de déclarer l’intégralité de la valeur de celui-ci. Le fisc va donc le soumettre à l’ISF[7], et certainement il sera tenu à verser une amende. Evidemment la défense de Macron est un peu la même que celle de Thévenoud qui disait qu’il avait une phobie des choses de l’administration. Il dit qu’il n’a pas fait exprès, qu’il est « blessé par les attaques injustes ». C’est une chanson connue de tous ceux qui se font prendre. Mais tout le monde a soulevé que quelques semaines auparavant le petit Macron se prononçait contre l’ISF [8]! Il y a comme un conflit d’intérêt, et que ce soient les services de Bercy – chapeautés par Sapin – qui l’aient balancé ne change rien au fond de l’affaire.

    On apprend aussi en lisant les journaux que Macron est un avare qui a fait des pieds et des mains pour ne pas payer cet ISF, bataillant pendant des mois avec Bercy justement pour essayer d’obtenir un rabais dans l’évaluation de son patrimoine[9]. Ces calculs d’épicier l’ont plombé, puisqu’en effet, s’il avait accepté le redressement de Bercy au moment où le fisc a commencé à s’intéresser à lui, on n’aurait pas eu à discuter de cette affaire. Outre son arrogance naturelle, on remarquera une fois de plus qu’il est assez bête.

    Du coup en cumulant cette affaire de l’ISF et du costard, il se ringardise à une vitesse terrible, le faisant passer du côté des maladroits qui se prennent en permanence les pieds dans le tapis pour cacher leurs turpitudes. Il affiche maintenant le masque des perdants, en dénonçant et en menaçant ceux qui l’auraient dénoncé ! Le pire dans l’affaire c’est qu’il a perdu son sourire qui sans doute était son seul atout.

    L’ensemble de ce mois de mai contestataire gâche le plan com’ bien rodé que Macron avait mis en place. Assez peu innovant en la matière, il avait mis en scène son couple un peu atypique puisqu’il est marié avec son ancienne prof qui a vingt ans de plus que lui, en montant un reportage photo pour Paris Match en faisant pénétrer ce journal dans son intimité. Mais il y a des moments où tout se retourne contre vous. Et la singulière aventure sentimentale de Macron lorsqu’elle est montrée en image renforce le côté petit garçon d’un individu qui prétend devenir président ! Il est finalement trop fragile sur le plan mental.

      Le petit Macron se taille tout seul un costume !

    Bref il semble bien que l’avenir politique de Macron soit maintenant derrière lui. En 2017 il reviendra aux affaires comme un vulgaire Tapie avant lui. Le mois de mai 2017 aura été son tombeau politique et ma foi, on ne s’en portera pas plus mal ! Il semblerait que le patronat regrette maintenant d’avoir misé sur lui, même Attali est en train de le lâcher après l’avoir poussé[10]. 

     


    [1] http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Sondage-Macron-numero-deux-de-Juppe-965323

    [2] http://www.liberation.fr/france/2016/04/20/barometre-viavoice-liberation-macron-decolle-meme-a-gauche_1447502

    [3] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/macron-son-mouvement-en-marche-intimement-lie-a-l-institut-montaigne_1780429.html

    [4] http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/07/video-le-petit-journal-emmanuel-macron-en-marche-clip_n_9636556.html

    [5] http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/05/27/25001-20160527ARTFIG00392-emmanuel-macron-le-meilleur-moyen-de-se-payer-un-costard-c-est-de-travailler.php

    [6] http://romainblachier.fr/jai-recupere-la-version-longue-de-la-de-macron-et-le-t-shirt-malaise/ La version longue de l’histoire du costard montre comment Macron perd pied peu à peu devant un militant assez âgé et chevronné. On voit qu’il n’est pas bon dans les joutes contradictoires.

    [7] http://www.marianne.net/estimation-son-patrimoine-macron-rattrape-fisc-isf-100243313.html

    [8] http://www.bfmtv.com/politique/macron-suggere-de-supprimer-l-isf-et-s-attire-les-foudres-de-valls-968237.html

    [9] http://www.latribune.fr/economie/france/comment-emmanuel-macron-a-franchi-le-seuil-de-l-isf-575567.html

    [10] http://www.challenges.fr/challenges-soir/20160513.CHA9112/pour-jacques-attali-macron-n-incarne-que-le-vide.html

    « Pierre-André Taguieff, Une France antijuive ? CNRS Editions, 2015Macron et les œufs »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Haha
    Mardi 16 Mai à 18:03
    In article visionnaire!
    Drole.
    2
    Mercredi 17 Mai à 07:28

    C'est surtout que je n'ai pas anticipé la rapidité avec laquelle le système politique français s'est décomposé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :