• Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

     Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

    Macron et son nouveau parti de la droite ordinaire sont de très bon communicants. Voilà un mouvement qui rassemble en une manière de synthèse toutes les tares des anciens partis qui gouvernent depuis trente ans, mais qui arrive à se faire passer pour neuf et innovant ! Le programme est tout à fait dans la continuité européiste de Sarkozy et Hollande, deux présidents qui ont été chassé pour cause d’impopularité. Par exemple, Macron met en scène à la manière des politiciens réactionnaires du XIXème siècle la nécessité de réformer le marché du travail pour le rendre plus flexible. Or non seulement il n’existe aucune étude sérieuse qui permette de faire le lien entre flexibilité du marché du travail et création d’emplois, mais en outre, la France a subi depuis 1983 17 réformes du marché du travail qui vont toutes dans le même sens d’une diminution des droits des travailleurs. Et c’est la même chose de partout en Europe, alors que le marché du travail a été flexibilisé à outrance, le chômage a continué de grimper. D’ailleurs, s’il y avait une relation entre flexibilité du marché du travail et création d’emplois, la Grèce et l’Espagne dont la protection sociale a été détruite méthodiquement depuis la crise de 2008 n’auraient plus de chômeurs du tout. La thèse de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) est à l’inverse que la protection sociale est sur le long terme un facteur d’amélioration de la productivité du travail, parce qu’elle améliore la qualité du capital humain[1]. 

     

     Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

    Mais ce n’est pas tout à fait des projets de Macron et de son équipe dont je voudrais parler aujourd’hui, projets qui n’appartiennent pas à l’extrême droite politique, mais à la droite extrême assurément. Je voudrais revenir sur les hommes et les femmes qui font ce gouvernement et leurs liaisons dangereuses avec le monde des affaires.

     

    Le lobbyiste d’Areva est un « Young Leader »

     

    Le louche Edouard Philippe a été nommé Premier Ministre. Inconnu du grand public, il pouvait apparaître comme un homme neuf. En vérité il a un CV très chargé qui penche du côté de la ploutocratie. D’abord, comme Macron, Hollande et Juppé, Philippe est un Young leader. Le programme des Young leaders est financé par les Etats-Unis et se présente comme une entreprise de recrutement de jeunes Américains et Français dans le but d’échanger et d’améliorer les relations entre les deux pays. Mais en vérité, c’est aussi un programme de formation. C’est dans cette officine qu’on y apprend non seulement les vertus de la mondialisation heureuse, mais aussi quelles sont les bonnes réformes à mettre en place[2]. Tout ce que le P « S » compte de droitisants y passé : Fleur Pellerin, Najat Vallaud-Belkacem, etc. On pourrait dire que la French-American Foundation c’est le moule de l’UMPS qui va bientôt s’appeler LR-LREM. C’est la porte d’entrée vers Bilderberg. 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

    Philippe comme on le sait a refusé de révéler ses revenus et son patrimoine, jugeant que c’était une intrusion dans sa vie privée. Evidemment s’il était SMICARD, il n’aurait pas de ces pudeurs[3]. Se faisant passer tantôt pour un avocat, tantôt pour un député, Philippe est un lobbyiste grassement rémunéré indirectement par Areva[4]. Certes il est peu probable que Philippe ait joué un rôle direct dans le pillage de l’uranium du Niger. Mais il est là en couverture, pour faciliter le travail d’Areva dont les débordements en Afrique sont bien connus. Philippe est tellement obnubilé par son rôle qui consiste à aider les industriels à dégrader l’environnement qu’il a voté contre la loi de transition énergétique, contre la loi pour la bio-diversité, et pour l’aéroport de Notre Dame des Landes. Il a également soutenu Areva lorsque cette boutique voulait s’implantait au large du Havre, ville dont il est le maire. Opportuniste consciencieux, Philippe est passé par le P « S » tendance Rocard (pro-business) puis il s’est tourné vers l’UMP (maintenant LR) pour se faire donner par Rufenacht la mairie du Havre[5]. 

    La ministre de la santé, son mari et les laboratoires 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

    Agnès Buzyn vient de la HAS (Haute Autorité de la Santé). Un premier problème apparait parce que son mari, Yves Levy, qui est directeur de l’ISERM et qui à ce titre est sous sa tutelle. Mais à mon avis ce n’est pas le problème le plus important, en effet, la HAS étant l’autorité chargée de contrôler la mise sur le marché des médicaments, et aussi leur possible remboursement, Agnès Buzyn a défendu l’idée selon laquelle les experts qualifiés pour ce travail pourraient venir directement des laboratoires eux-mêmes[6]. On note que dans le même sens, Agnès Buzyn dénonçait une loi sur la transparence trop handicapante pour les laboratoires[7] ! Il ne faut pas être bien malin pour voir que cette attitude est typique des lobbyistes qui défendent les compétences des industriels pour orienter les décisions des autorités publiques. C’est le langage courant de la bureaucratie européenne[8]. 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse

    Mais les compromissions de la nouvelle ministre de la Santé avec les lobbies du secteur privé ne s’arrête pas là. Buzyn vient de nommer Gilles de Margerie comme directeur de cabinet. C’est un assureur qui vient de chez Humanis, groupe qui vise à mettre la main sur un morceau du pactole de la Sécurité sociale. Pour ce groupe l’extension des complémentaires santé voulue par Hollande fut une aubaine. En effet, cela signifie que de fait une partie des dépenses de santé obligatoires est privatisée. Evidemment si Gille de Margerie quitte son poste de DGA grassement rémunéré pour un poste de directeur de cabinet au maigre salaire, ce n’est pas pour l’amour de l’art. C’est qu’en vérité il est en mission commandée pour faire avancer les dossiers de la privatisation rampante de la Sécurité sociale. Cette nomination désigne clairement les intentions des ultra-libéraux Macron et Philippe de privatisation accélérée de la santé. 

    Le ministère du travail et ses nouvelles lois 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse 

    Pour remplacer la sinistre El Khomri, Macron a choisi Muriel Pénicaud. Il n’y a que Jean-Claude Mailly et L’Obs pour s’en réjouir. En effet, si elle a une compétence en la matière puisqu’elle a travaillé au cabinet de Martine Aubry lorsque celle-ci a été ministre du travail, elle a ensuite bifurqué vers le secteur privé et s’est retrouvé DRH chez Danone. Avant cela elle avait fait des médiocres études, diplômée de Sciences de l’éducation, autant dire rien, elle avait traficoté dans la Formation professionnelle où les prébendes sont nombreuses. Mais par la suite elle a travaillé pour des grands groupes internationaux, se retrouvant au conseil d’administration d’Orange, mais aussi à celui de la SNCF. Ses casquettes ne se comptent plus, elle cumule les fonctions dans des boutiques qui sont finalement le lieu de rencontre entre les grands groupes financiers et les décideurs publics. Elle faisait partie du cercle de François Hollande. C’est donc cette femme louvoyante qui va être chargée de mener la réforme du droit du travail. Ça veut dire qu’elle sera chargée de la faire avaler aux syndicats, si elle peut déjà compter sur la CFDT elle a reçu un soutien plus inattendu de FO[9]. On sait très bien que le contenu de la réforme à venir est déjà écrit et pensé, et que les rencontres avec les syndicats ne changeront rien. Seul comptera le rapport de force dans la rue. Ajoutons que Pénicaud lorsqu’elle était DRH chez Danone a mis au point et exécuté le plan de licenciements prévue par cette boîte qui pourtant engendre des profits importants. Elle a détruit 900 emplois, dont 200 sur le sol français[10].

    La nomination d’Antoine Foucher, un ancien cadre du MEDEF a également donné lieu à des discussions. Antoine Foucher n’est pas un patron, c’est une sorte de technicien au service du patronat. Plutôt proche de Gattaz, il aurait quitté le MEDEF sous la pression des patrons qui veulent plus de brutalité dans les relations sociales. Il s’est alors rabattu sur Schneider Electrics France pour en gérer les relations sociales. C’est un ancien du cabinet de Xavier Bertrand lorsque celui-ci était ministre du travail sous Sarkozy. Comme Pénicaud, c’est quelqu’un qui passe facilement du public dans les ministères au contact des grandes entreprises, au privé. Evidemment ces personnes qui sont capables de ce type de glissement ne peuvent pas être proches des salariés, mais sont toujours plus près des patrons qui les font vivre et les récupèrent lorsqu’ils se retrouvent au chômage pour changement de majorité politique[11].

    L’attelage Pénicaud-Foucher au ministère du travail reconstitue très facilement l’unité de pensée de l’UMPS. Il y a donc une réelle continuité qui doit inquiéter justement les salariés et les syndicats sensés les représenter. Le choix de ces deux habitués de la négociation avec les syndicats montre que Macron va tenter d’éviter l’affrontement direct sur le code du travail. Foucher a déjà les faveurs de Mailly, on voit que la manœuvre va être de tenter d’isoler la CGT sur le front des luttes et de faire en sorte que FO et la CFDT au moyen de quelques petits aménagements mineurs aillent dans le « bon » sens[12]. 

    Richard Ferrand, son fils et ses affaires immobilières 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse 

    Richard Ferrand est l’arrogant social-traître opportuniste qui s’est très tôt rangé du côté de la Macronie, abandonnant son parti pour aller servir la soupe d’un nouveau maître. Ce bouffon hollandiste démontre toute l’étendue de sa cuistrerie avec au moins deux affaires.

    La première concerne son fils. S’étant fait épinglé sur le fait que, comme un vulgaire Fillon, il ait employé son fils comme collaborateur parlementaire[13], il s’est justifié en avançant que les Bretons étaient quasi-illettrés.

    "Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet."

    Contrairement à ce qu’on dit les médias, ce n’est pas une bourde. C’est en effet exactement ce que pense l’oligarchie, ceux qui ne sont pas comme eux et qui ne magouillent pas pour trouver une rémunération sont considérés comme des moins que rien. On se souvient de la sortie indécente de Macron traitant les ouvriers de Gad d’illettrés[14], ou encore l’arrogance de ce même Macron en face de travailleurs qui l’interpelait, leur lançant à la figure son costume comme une marque de supériorité intellectuelle et morale. Il n’a évité ce jour-là de se faire gifler que grâce au sang-froid des travailleurs, mais il l’aurait bien mérité[15]

    Richard Ferrand, homme de peu, se retrouve embourbé, toujours suivant le schéma fillonesque dans des affaires familiales. Le canard enchaîné a révélé qu’il avait facilité les affaires immobilières de sa femme via Les mutuelles de Bretagne[16]. Certes, il n’y aurait rien d’illégal, comme pour Fillon d’ailleurs lorsqu’il employait sensément sa femme comme attaché parlementaire. Benjamin Griveaux, crétin de service[17], et accessoirement porte-parole de LREM, a dit que tout cela était sans intérêt parce qu’il s’agissait d’argent privé et non d’argent public. Mais on peut lui rappeler que Madame Fillon est aussi poursuivie pour avoir touché de l’argent privé émanant de Marc Ladreit de Lacharrière, ce qu’on appelle détournement de fonds sociaux.

    Marine Le Pen a réclamé la démission de Ferrand et celui-ci s’est défendu de la même manière que Fillon dont il semble avoir fait son modèle, en disant que ce n’était là que des calomnies, et en refusant de répondre aux questions des journalistes. Pour la moralisation de la vie politique, on repassera.

     

    François Bayrou au ministère de la justice 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse 

    Bayrou doit une partie de sa maigre popularité au fait qu’il ait mis en avant la nécessaire intégrité des hommes politiques. Soutien de Macron après l’avoir vigoureusement critiqué comme un clone de Sarkozy, il a été bien récompensé puisqu’on lui a donné le ministère de la justice, poste en général plus honorifique qu’autre chose.

    Malheureusement pour lui, il a aussi ses casseroles. Il y en a une vieille qui porte sur les costumes – décidemment le costume est la plaie de l’homme politique – il aurait tenté de se faire rembourser en 2002 plus de 42 000 euros de frais d’habillement[18] ! ça vaut Fillon, n’est-ce pas ?

    La nouvelle affaire qui agite le microcosme est la suivante : Bayrou étant poursuivi deux fois pour diffamation, peut-il continuer à être ministre de la justice[19] ? En effet dans la mesure où il supervise le ministère public, il peut apparaître comme juge et partie. Dans l’affaire des plaintes pour diffamation, il est opposé à une association El Sistema qui s’est installé sur le créneau de l’éducation des enfants, association qu’il accuse d’être une pompe à fric public.

     

    Françoise Nyssen et les anthroposophes 

    Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse 

    Françoise Nyssen qui a pris la suite de son père à la tête des éditions Actes Sud passe pour une éditrice compétente qui a su prolonger l’aura de cette maison au-delà de la disparition de son fondateur. Elle a été choisie par Macron pour représenter la culture. Je ne vais rentrer dans le détail de ses compétences, mais il va de soi qu’un bon professionnel du livre, du cinéma ou de la musique, n’est pas forcément capable de définir et de guider une politique culturelle novatrice et efficace. Ce qui nous intéresse ici c’est ses relations avec les écoles Waldorf-Steiner. En effet, à la suite du décès d’un de ses enfants, Françoise Nyssen s’est investie dans un projet éducatif destiné à accueillir les enfants qui ont des difficultés avec la discipline traditionnelle[20]. C’est une vieille idée qui est à l’origine par exemple des écoles Freinet. Mais outre qu’il n’est pas certain que cela soit efficace, beaucoup d’officines louches se sont engouffrées dans cette brèche. C’est le cas des écoles Waldorf-Steiner qui sont considérées comme des lieux à surveiller car ouvrant sur les sectes anthroposophes.

    L’école fondée par Nyssen est insérée dans les réseaux Waldorf-Steiner, mais aussi elle se revendique de Pierre Rabhi qui est aussi publié pour partie par Françoise Nyssen, le gourou à la mode. Rudolf Steiner est un penseur connu pour ses positions racistes comme pour ses analyses scientifiques farfelues. Certes ces sectes et ses gourous ont du succès parce qu’ils pointent du doigt les dérives techniciennes et modernistes de nos sociétés, et ils s’appuient souvent sur des prémisses très justes, mais par la suite ils visent à récupérer une clientèle captive pour leur juteux business[21]. 

    Les paillettes de Nicolas Hulot 

    On a tous rapidement compris que la nomination de Nicolas Hulot était un simple coup de pub, histoire de faire oublier que le gouvernement Philippe est un gouvernement pro-nucléaire dont l’environnement est le cadet de ses soucis. En vérité le médiatique Nicolas Hulot a créé une fondation qui ramasse beaucoup d’argent et qui est financée par des entreprises particulièrement polluantes, comme EDF, Autoroutes du Sud de la France, Lafarge, j’en passe est des meilleures[22]. C’est sans doute par l’intermédiaire de ces grandes entreprises qui le financent qu’Hulot a été approché par la Macronie. Passons sur le fait que Hulot il y a quelques temps encore dénonçait le libéralisme comme « climaticide », et qu’il rentre finalement dans le gouvernement le plus libéral de l’après-guerre. On savait bien qu’il n’était pas sérieux, mais il est vrai que les écologistes sont rarement sérieux et qu’ils défendent très mal l’environnement : soit ils sont européistes comme EEVL, or l’Europe est libérale et multiplie les dégâts sur l’environnement ne serait-ce qu’en concentrant le capital et en allongeant les temps de déplacement, soit ils sont comme Nicolas Hulot, ils font allégeance aux multinationales en pensant que peut être à terme, ils auront quelque influence.

     Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuse 

    Mais la Fondation Nicolas Hulot est aussi connue de longue date pour les libertés qu’elle prend avec l’utilisation des fonds qu’elle reçoit. Ses frais de personnel sont très élevés pour une association de ce type, supérieurs à 60%. Un rapport parlementaire révélait aussi que les mécènes de cette boutique, en gros des multinationales, avaient des relations trop influentes dans les orientations de l’association[23]. Bref si cette association n’a que très peu d’influence sur les orientations politiques des gouvernements successifs, elle se révèle d’abord comme une entreprise prospère surfant sur les angoisses des Français face à la dégradation continue de l’environnement.

     

    Conclusion 

    Le gouvernement Philippe c'est une collection d'antipathiques qui combine toutes les tares des derniers gouvernements, sous Sarkozy et sous Hollande. Sa proximité avec le grand capital en fait un ennemi de classe : ce gouvernement ne peut pas prétendre à parler dans l’intérêt général. Il ne représente que la ploutocratie. Mais ses multiples liaisons affairistes avec le grand capital en fait un gouvernement tout aussi immoral si ce n’est plus que les précédents gouvernements. D’une manière ou d’une autre, les ministres du gouvernement Philippe sont tous impliqués dans des combines louches.

     

     


    [1] http://ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_244896/lang--fr/index.htm

    [2] http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hollande-et-sa-clique-de-young-138241

    [3] http://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-ses-nebuleuses-declarations-de-patrimoine-et-interets-7788544879

    [4] http://www.sortirdunucleaire.org/Le-lobbying-d-Areva-pour-l-uranium

    [5] https://reporterre.net/Le-Premier-ministre-Edouard-Philippe-vient-d-Areva-et-n-a-pas-la-fibre-ecolo

    [6] http://www.la-croix.com/France/Politique/Agnes-Buzyn-nouvelle-ministre-sante-conflit-dinterets-mari-2017-05-18-1200848216

    [7] https://www.mediapart.fr/journal/france/070316/les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente-de-la-haute-autorite-de-sante

    [8] http://www.lelibrepenseur.org/quand-la-nouvelle-ministre-de-la-sante-agnes-buzyn-justifiait-les-conflits-dinterets-entre-medecins-experts-et-laboratoires-pharmaceutiques/

    [9] http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/jean-claude-mailly-la-nomination-de-muriel-penicaud-au-ministere-du-travail-est-plutot-rassurante_2195258.html

    [10] http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/05/18/97002-20170518FILWWW00157-travail-penicaud-dans-la-droite-ligne-des-politiques-antisociales-federation-cgt.php

    [11] https://www.politis.fr/articles/2017/05/un-ancien-cadre-du-medef-nomme-directeur-de-cabinet-du-ministere-du-travail-36983/

    [12] http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/mailly-fo-apprecie-le-directeur-de-cabinet-ex-medef-de-muriel-penicaud-1167966.html

    [13] http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/emploi-du-fils-richard-ferrand-tres-maladroite-justification-du-cabinet-du-ministre-1260419.html

    [14] http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/emmanuel-macron-traite-les-ouvriers-de-lusine-gad-dillettres/

    [15] http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/05/27/25001-20160527ARTFIG00392-emmanuel-macron-le-meilleur-moyen-de-se-payer-un-costard-c-est-de-travailler.php

    [16] http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/petits-arrangements-de-richard-ferrand-quelle-est-la-saga-immobiliere-du-ministre-de-la-cohesion-des-territoires_2204230.html

    [17] Ce n’est pas seulement un crétin, c’est aussi un lobbyiste pour l’immobilier des hyper-marchés. http://transports.blog.lemonde.fr/2017/05/22/lettre-ouverte-griveaux/

    [18] http://www.valeursactuelles.com/politique/quand-francois-bayrou-se-payait-pour-42-566-euros-de-costumes-en-2002-74166

    [19] http://www.sudouest.fr/2017/05/22/el-sistema-pas-une-mais-deux-plaintes-en-diffamation-3466582-4344.php

    [20] http://etudiant.lefigaro.fr/article/a-arles-dans-l-ecole-creee-par-francoise-nuyssen-la-ministre-de-la-culture_b66ef26c-3cb5-11e7-8018-1134ab7dd4db/

    [21] https://veritesteiner.wordpress.com/2017/05/17/francoise-nyssen-les-anthroposophes-entrent-au-gouvernement/

    [22] http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nicolas-hulot-la-finance-au-193384

    [23] http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i3142.asp#P390_135935

    « Retour à la politique ordinaireLa macromania et la liberté de la presse »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :