• Le cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire

     Le cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire

    Le gouvernement Philippe en voie de fillonisation accélérée

     

    Dans un billet récent, j’ai détaillé les tares cumulées du gouvernement Macron-Philippe[1]. Mais les choses vont très vite, on constate beaucoup de flottement d’ailleurs chez les journalistes de L’obs ou du Monde qui semble vouloir briser ce consensus plus ou moins imposé par leurs patrons de chanter jour après jour les louanges et l’intelligence de Macron et de son gouvernement. Comme s’ils avaient cru un temps à leurs propres mensonges. Il n’était pourtant pas difficile de prévoir que ce gouvernement d’affairistes n’existerait que dans l’apparence de la rénovation politique. Macron a poussé jusqu’à l’absurde la mise en spectacle de la politique, tout est dans la posture et cette capacité de se servir de la presse. Et donc pour passer pour un ennemi du système, Macron avait même signé un livre intitulé Révolution. Intoxiquant les électeurs de messages sur la moralisation de la vie politique, prétendant à l’efficacité et au pragmatisme, la déception des électeurs ne peut être que très grande. Le gouvernement dirigé par le lobbyiste du nucléaire, le discret Edouard Philippe, commence à accumuler les casseroles. Un jour c’est Ferrand qui s’englue dans ses affaires immobilières et qui redouble de mensonges – alors que l’exemple du malheureux Fillon aurait dû le dissuader – pour tenter de s’en sortir. L’autre jour c’est Marielle de Sarnez qui se retrouve piégée par des emplois plus ou moins fictifs d’assistant parlementaire de Philippine Laniesse. 

    Le cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire 

    Richard Ferrand lui est soupçonné d’avoir facilité un montage financier entant que Directeur général des Mutuelles de Bretagne. Ce montage aurait permis à sa compagne Sandrine Doucen de mettre en place sans un seul centime avancé une SCI, d’obtenir un prêt immobilier à un taux avantageux et d’obtenir ainsi un marché locatif juteux pour un bien dont elle comptait rembourser le prêt avec les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne. Il y a un parfum de conflit d’intérêts. Pour sa défense le social-traître Ferrand avance qu’il n’avait aucun lien avec la bénéficiaire de ce montage scabreux. Mais rapidement on s’est aperçu qu’il mentait et qu’en réalité il était pacsé avec celle-ci[2]. Si on a avancé pour la défense de ce cupide personnage qu’il ne s’agissait que d’argent privé et qu’il n’était pas intervenu, il est clair que Ferrand était tout à fait à l’origine de la manœuvre. D’autant que les parts que Ferrand détenait dans cette SCI ont été cédées à sa fille de 13 ans à l’époque ! C’est tout simplement fillonnesque !

    Mais la malhonnêteté de Ferrand, soutien de la première de Macron, ne s’arrête pas là. Comme Fillon il a embauché son fils, puis il a fait embaucher sa première femme par la SCI de sa concubine. Ça commence à faire beaucoup, peut-être pas encore pour s’acheter un manoir, mais tout de même à une époque où le sinistre macron prépare des tours de vis sur les salaires, sur les retraites et la protection sociale, c’est assez répugnant. 

    Le cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire 

    Marielle de Sarnez, encore une vieille compagne de route de Bayrou qui prétend à la moralisation de la vie politique, est prise dans la nasse d’une enquête sur les emplois fictifs au parlement européen. On se souvient que durant la campagne présidentielle Marine le Pen avait été attaqué durement sur ce thème. Mais en réalité l’enquête du parlement européen vise une vingtaine de députés européens, et pas seulement la candidate du Front National[3]. C’est un thème sur lequel les Français sont très sensibles été qui a déjà coûté sa carrière politique à François Fillon. Massivement ils réclament la démission de ces deux ministres manifestement corrompus. 73% sont pour une démission de Ferrand et 62% pour une démission de de Sarnez[4]. La différence entre les deux ministres ne provient pas d’une plus grande mansuétude vis-à-vis de Marielle de Sarnez, mais tient plutôt au fait que son affaire est apparue un peu plus tardivement. C’est Sophie Montel, elle-même élue au parlement européen et poursuivie pour des emplois fictifs, qui a révélé la question de l’emploi fictif, et du moins l’enquête qui était en cours envers Marielle de Sarnez[5]. J’en profite au passage pour rappeler que le Parlement européen ne sert à rien, n’ayant strictement aucun pouvoir face à la Commission européenne, et coûte très cher. C’est essentiellement un lieu de farniente et de petites combines[6].

    Marielle de Sarnez a réagi à la manière de Fillon en avançant qu’elle allait porter plainte pour dénonciation calomnieuse. C’est un misérable contre-feu qui ne fait pas illusion[7].

     

    Les craintes du gouvernement Philippe

     

    Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir le gouvernement Philippe coincé dans ses contradictions. Il est vrai que de vouloir rénover la vie politique avec de tels vieux chevaux de retour était une sacrée gageure. Edouard Philippe est donc venu à la télévision[8] raconté à qui voulait bien l’écouter qu’il avait tout à fait confiance en Ferrand – il est bien le seul ! L’antipathique premier ministre qui pratique couramment la langue de bois s’est prêté à un exercice délicat. S’il ne défend pas Ferrand, il passe pour un imbécile parce qu’on lui reprochera de ne pas avoir été assez malin pour deviner que ce ministre aurait des problèmes, et s’il le défend il passe pour un politicard à l’ancienne qui couvre les canailleries de ses ministres. Il a donc répété les éléments de langage de la défense de Ferrand, c’est légal, c’est de l’argent privé. Cuistres parmi les cuistres, il a ajouté hypocritement que les électeurs trancheront aux législatives. On ne sait pas très bien s’il souhaite la victoire ou la défaite de son ministre. 

    Le cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire 

    Déjà un nouveau sondage indique clairement que les Français se méfient de Macron et de Philippe et ne souhaitent pas que LREM ait la majorité à l’Assemblée nationale. Seulement 45% voudraient que Macron ait la majorité parlementaire. Il va falloir attendre les sondages de ces prochains jours, mais ça risque de décevoir Macron et Philippe. D’autant que les nouvelles circulent rapidement sur les intentions de Macron pour mettre en place une baisse des retraites, via une hausse de la CSG, mais aussi sur le gel programmée – en fait une baisse – des salaires, notamment du SMIC pour les trois prochaines années[9].

    On remarque que Macron qui pourtant a bénéficié jusqu’ici de la bienveillance, pour ne pas dire plus, des journalistes, commence à se plaindre d’eux ! Il reprend exactement les accents de Fillon pour dire que les journalistes ne doivent pas juger[10]. Autrement dit qu’ils doivent un peu mettre la pédale douce à leur velléité d’indépendance même si celle-ci n’est pas dans la tradition journalistique française.

     

    Conclusion 

    Toutes ces affaires pourries montrent que faute de mieux Macron a synthétisé une fois pour toutes l’UMPS, LREM se voudrait le nouveau parti unique qui réunisse dans une même béatitude la droite, la vraie, et la fausse droite, la droite honteuse celle qui se dissimule encore pour un petit moment dans les résidus du P « S ». Mais pour le coup l’élection de Macron apparaît pour ce qu’il est, à peine une nouvelle couche de peinture sur des vieux meubles, une couche de peinture de mauvaise qualité qui se craquèle déjà. Toutes ces turpitudes ne peuvent s’effacer par les singeries de madame Macron qui exhibe à tout propos et hors de propos un sourire niais et des jambes bien maigres !

     

     


    [1] http://in-girum-imus.blogg.org/le-gouvernement-macron-philippe-une-ethique-politique-douteuse-a130259298

    [2] http://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/richard-ferrand-serait-bel-et-bien-pacse-contrairement-ce-qu-il-dit-5027853

    [3] http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/soupcons-d-emplois-fictifs-enquete-sur-une-vingtaine-d-eurodeputes-dont-marielle-de-sarnez-30-05-2017-6998769.php

    [4] http://www.sudouest.fr/2017/05/31/richard-ferrand-et-marielle-de-sarnez-doivent-demissionner-pour-une-majorite-de-francais-3492231-710.php

    [5] http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/politiquefranchecomte/2017/05/30/assistants-parlementaires-sophie-montel-fn-denonce-une-ministre-la-justice-ouvre-une-enquete.html

    [6] http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/28/nouvelle-accusation-de-corruption-au-parlement-europeen_1499824_3214.html

    [7] http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/05/29/assistants-parlementaires-marielle-de-sarnez-visee-par-un-enquete

    [8] http://www.lefigaro.fr/elections/legislatives/2017/05/30/38001-20170530ARTFIG00349-l-executif-affronte-ses-premieres-difficultes.php

    [10] http://www.ouest-france.fr/politique/affaires/affaire-ferrand-la-presse-ne-doit-pas-devenir-juge-selon-macron-5030116

    « La macromania et la liberté de la presseVoter contre Macron est une nécessité absolue »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :