• Le Caligula de Washington a encore frappé

     La Caligula de Washington a encore frappé

    Pour un non-événement, c’est un non-événement ! Donald Trump l’ubuesque président des Etats-Unis – j’aurais pu dire le Père Ubu de Washington – vient de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël. Comme cela ne change rien dans les faits, puisque c’est déjà le cas, on peut se poser deux questions :

    - Pourquoi fait-il cela ?

    - Pourquoi les musulmans du monde entier font semblant de s’offusquer de cette décision qui ne change strictement rien à la situation concrète des Palestiniens ?

    Il n’est pas très simple de répondre à la première question[1]. Pour les commentateurs hâtifs, il sera de bon ton de souligner un axe du mal représenté par Israël et les Etats-Unis. Soit en disant que Trump et donc l’Amérique se trouvent sous l’influence du lobby sioniste, ce qui contentera les gauchistes et les néo-nazis, soit en disant que Trump veut contrôler le Moyen Orient en contrôlant Israël et les pays pétroliers alentours. Certains ont aussi émis l’hypothèse que Trump était lui-même sous l’influence des Evangélistes qui soutiennent Israël et qui sont encore plus sionistes que les Juifs. Mais cette hypothèse semble ténue, tant il apparait que les Evangélistes se sont éloignés de Trump depuis son élection[2]. Mais sa cote de confiance est presqu’aussi basse que celle de Macron dans toutes les fractions de l’électorat américain. En tous les cas, il est à peu près certain que ce geste désordonné n’a pas été demandé par Israël, ni par le lobby juif américain.

    On pourrait dire que Trump est fou et puis s’arrêter là et dire qu’il fait n’importe quoi, sans trop savoir. Mais, bien que de nombreux spécialistes cautionnent cette idée[3], cela ne me parait pas suffisant. Trump est entouré de conseillers, notamment de conseillers militaires. Il n’a pas pris cette décision à la légère. Cette posture de Trump qui ne change absolument rien sur le fond est une tentative pour les Etats-Unis de revenir dans le jeu au Moyen-Orient. En effet la guerre en Syrie, puis l’éradication de Daech s’est réalisée en dehors de l’intervention américaine. Autrement dit, il s’est mis en place au Moyen-Orient un axe puissant : Arabie Saoudite-Israël-Russie qui est en train de mettre en place un nouvel ordre. En intervenant bruyamment Trump rappelle qu’il peut mettre la merde à tout moment et qu’il faut encore compter avec les Etats-Unis.

    Tout le monde sait bien que les musulmans vont démarrer au quart de tour. Ils ne vont pas manifester seulement en Israël et dans les Territoire palestiniens, ils vont le faire dans le monde entier. Ainsi dans un pays très sensible comme la Suède, les musulmans ont commencé à s’attaquer à la synagogue de Göteborg et à Malmö les manifestants ont scandé des slogans antisémites et des menaces de mort contre les Juifs[4]. On n’est plus dans la distinction entre l’antisionisme et l’antisémitisme comme veulent le faire croire les bien-pensants, on est clairement dans l’idée de chasser les juifs de partout où ils se trouvent.

    Ces réactions étaient très prévisibles. Et l’administration américaine le savait très bien. Curieusement c’est dans les Territoires palestiniens que la mobilisation reste assez faible, sans doute parce que pour les Palestiniens, que l’ambassade des Etats-Unis soit à Tel Aviv ou à Jérusalem, cela ne change rien. Cependant, Trump en agissant ainsi met l’Europe dans l’embarras, comme il met dans l’embarras l’Arabie saoudite qui tente de se rapprocher depuis plusieurs années d’Israël pour contrer l’expansionnisme iranien. Or on sait que l’Arabie saoudite n’est pas seulement en opposition frontale avec l’Iran ; elle l’est aussi avec le Qatar. Au sein de la Ligue arabe, Trump torpille sa position. Il est en effet impossible dans cette situation pour l’Arabie saoudite de continuer à se rapprocher d’Israël. 

    La Caligula de Washington a encore frappé 

    Tout va dépendre maintenant de la mobilisation des Palestiniens, mais aussi des musulmans dans le monde. Pour l’instant les Territoires palestiniens sont relativement calmes, malgré quelques heurts violents à Jérusalem et en Cisjordanie[5]. Le Hamas a appelé à une nouvelle Intifada, mais la population n’a pour l’instant pas suivi. La situation est plus confuse en Europe, où les dirigeants craignent des démonstrations de force des musulmans. Ils pourraient profiter de l’aubaine pour continuer à se rassembler dans leur hostilité à l’Occident, n’importe quel prétexte leur sert en ce sens, notamment celui de la cause palestinienne qui permet d’obtenir le soutien des organisations gauchistes. Mais en intervenant Trump va se couper un peu plus des Européens dont la frilosité sur ces questions moyen-orientales n’est plus à démontrer. Dimanche Macron a reçu Netanyahou à Paris. Il a répété les sempiternels propos lénifiants, sur la nécessité d’arrêter la colonisation, de faire « un geste généreux » vers les Palestiniens, bref il n’avait rien à dire. Netanyahou prétend que se sont les Palestiniens qui ne veulent pas négocier[6]. Il est possible que dans cette situation Macron pense qu’il peut supplanter les Etats-Unis comme médiateur dans le conflit israélo-palestinien, si c’est le cas, il se trompe lourdement. En effet, les Européens n’ont plus aucun crédit auprès d’Israël, et si les Américains depuis les frasques de Trump sont détestés par les Palestiniens, il est clair que ce sont encore eux qui ont les clés des négociations, tout simplement parce que si la solution des deux Etats devait avancer – ce à quoi plus personne ne semble croire – cela aurait un coût que seuls les Américains pourraient soutenir. Macron s’est par ailleurs rapproché d’Erdogan, le dictateur turc, en avançant que cette doublette improbable allait mettre la pression pour faire renoncer Trump à son projet[7]. Vu le crédit d’Erdogan au Moyen-Orient, en Europe et aux Etats-Unis, il semble que la démarche macronienne n’ait peu de chance de passer l’année.

    Plus préoccupante est la situation au Liban. Suite à l’annonce de Trump, des manifestants ont attaqué l’ambassade des Etats-Unis dans ce pays[8]. Or on sait que le Liban est maintenant la base avancée de l’Iran dans une guerre potentielle avec Israël. Tout le monde pense qu’il va y avoir une guerre entre l’Iran et Israël via le Liban. D’autant que dans ce pays il y a un grand nombre de réfugiés palestiniens qui entretiennent l’idée qu’un jour on mettra les Juifs à la mer.  

    La Caligula de Washington a encore frappé

    Ce rapide tour d’horizon montre que l’annonce de Trump était inappropriée d’autant que dans les faits elle ne modifie en rien la situation sur le terrain. La solution à deux Etats viables et sécurisés est la seule alternative raisonnable, avec Jérusalem comme capitale des deux entités. Mais elle paraît avoir du plomb dans l’aile. C’est pourtant celle qui serait privilégiée aussi bien par les Palestiniens que par les Israéliens. Mais depuis l’échec des négociations de 2000, les dirigeants palestiniens comme les dirigeants israéliens ne semblent plus vouloir faire d’effort en ce sens. Trump en intervenant brutalement veut rompre avec la passivité de la présidence d’Obama. Mais est-ce la bonne méthode ? Ne confond-il pas les intérêts des Américains dans la région avec ceux des intéressés ? Il est trop tôt pour le dire. Il y a peut-être une possibilité pour que son attitude grotesque mette les dirigeants palestiniens et israéliens face à leur responsabilité. Après tout, Netanyahou vient de dire à Paris qu’il était ouvert à une réouverture des discussions avec ses partenaires palestiniens.

     


    [1] http://www.huffingtonpost.fr/jean-eric-branaa/les-8-raisons-qui-ont-pousse-donald-trump-a-reconnaitre-jerusalem-comme-capitale-disrael_a_23301204/

    [2] http://www.people-press.org/2017/11/02/declining-confidence-in-trump-lower-job-ratings-for-congressional-leaders/

    [3] http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/12/09/ces-specialistes-de-la-sante-mentale-qui-diagnostiquent-donald-trump_5227041_3232.html

    [4] http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/10/jerusalem-des-debordements-antisemites-en-suede_5227366_3214.html

    [5] http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/08/cisjordanie-les-images-des-violents-affrontements-entre-police-israelienne-et-palestiniens_a_23301408/?utm_hp_ref=fr-palestine

    [6] http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/12/10/macron-exhorte-netanyahou-a-des-gestes-courageux-envers-les-palestiniens_5227562_3218.html

    [7] http://www.europe1.fr/international/jerusalem-erdogan-et-macron-vont-pousser-trump-a-renoncer-3516104

    [8] http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/10/trump-reconnait-jerusalem-comme-capitale-disrael-des-manifestants-anti-trump-sen-prennent-a-lambassade-au-liban_a_23302818/?utm_hp_ref=fr-homepage

    « Des hommages d’un degré d’importance nulle !L’islamisation de l’Europe est-elle en marche ? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :