• La rentrée râtée de monsieur Macron

     La rentrée râtée de monsieur Macron

    Travailleurs détachés et diplomatie 

    Le président de la République est parti en tournée en Europe de l’Est. Officiellement il s’agissait de s’assurer le soutien des petits pays, anciennement membres du pacte de Varsovie et maintenant plus ou moins bien intégré dans l’Union européenne. Dans un premier temps, les journalistes, et Le monde en particulier, trouvaient que Macron avait réussi son baptême diplomatique en recevant Trump, puis Poutine, puis encore Trump. Nous avions souligné que le président était plutôt dans la représentation permanente vis-à-vis des Français que dans le cadre d’une diplomatie à long terme construite et bien menée dans la recherche de relations stables avec le reste du monde. Cette fois Macron, après des vacances très médiatisées à Marseille, est parti en tournée, apparemment sans avoir trop préparé son voyage. Le but affiché était de rediscuter des conditions d’emploi des travailleurs détachés.  Bien qu’il soit très difficile d’avoir un décompte exact, ils doivent être aujourd’hui aux alentours de 300 000. Il est évident que dans un pays qui compte plus de 5 millions de chômeurs, c’est presqu’une insulte au peuple français. Notez que ce chiffre évolue très vite et qu’il est très probable que les 300 000 travailleurs détachés soient bien plus nombreux. En outre, selon un rapport du Sénat, il y aurait deux fois plus de travailleurs détachés que ce que disent les statistiques officielles[1].

    Les Français sont massivement contre ce système imposé par Bruxelles, aussi bien parce qu’il y a pénurie d’emploi, malgré la petite reprise qu’on connait depuis 1 an et demi, que parce que les travailleurs détachés ne sont pas payés comme des travailleurs français, que ce soit pour les salaires ou pour les cotisations sociales. 

    La rentrée râtée de monsieur Macron 

    Sachant cela Macron nous dit qu’il va essayer de faire en sorte que les conditions d’emploi de ces travailleurs étrangers ressemblent moins à un dumping social. Evidemment pour que quelque chose bouge en la matière, il faudrait que la plupart des pays de l’Union européenne s’alignent sur les positions de la France. On retrouve ici les difficultés récurrentes de l’Union européenne de faire bouger les lignes pour peu que les points de vue soient divergents. Or ils le sont parce que les salaires sont tellement faibles dans les pays de l’Est, et les cotisations salariales aussi, qu’il est très avantageux d’employer des salariés étrangers venant de ces pays, et ce d’autant que ces travailleurs étrangers ne connaissant ni la langue, ni les mœurs, ni la loi des pays dans lesquels ils travaillent, ils sont plus facilement exploitables.

    Il est donc évident que de poser cette question est légitime. En réalité dans cette affaire c’est la méthode de Monsieur Macron qui est problématique. D’abord on ne sait pas très bien ce qu’il veut obtenir – une révision, mais en quel sens ? Ensuite il démarche quelques pays de l’Est et l’Autriche en supposant qu’ainsi il va contourner les oppositions de l’Allemagne, de la Pologne ou encore de l’Espagne. La démarche est déjà scabreuse et mal assurée, d’ailleurs la Roumanie a déjà répondu par la négative aux sollicitations du président français[2]. Mais ne connaissant manifestement aucun des principes élémentaires de la diplomatie, voilà Macron qui depuis Bucarest se met à injurier les Polonais et leur gouvernement[3] ! C’est quelque chose d’inédit dans l’histoire récente de la diplomatie. On avait déjà remarqué que le président français avait traité avec beaucoup de désinvolture Poutine, mais là il nous explique que la Pologne c’est rien, et qu’elle ferait bien de se ranger à ses idées. Supposant qu’il est lui-même le garant de l’orthodoxie européiste, il avance que la Pologne s’est mise en marge de l’Union européenne ! Ce qui est extravagant, quoiqu’on pense par ailleurs du gouvernement polonais. Macron agit comme s’il était le président non pas de la France, mais de l’Union européenne. Evidemment les Polonais ont répliqué par la voix de leur premier ministre, en mettant ironiquement sur le compte de l’inexpérience la cuistrerie et l’arrogance de Monsieur Macron[4].

    Mais ce n’est pas tout, l’inintelligence du présidence français qui n’a pas compris qu’on ne critiquait pas un pays étranger dans un autre pays étranger, s’est encore plus révélée quand il a commencé d’avancer dans la foulée, non seulement les Polonais étaient de mauvais européens, mais que les Français étaient allergiques aux réformes et donc que la France était irréformable[5] ! Critiquer les Français surtout à l’étranger est déjà la preuve non seulement d’un mépris impardonnable, mais aussi l’aveu d’une défaite anticipée quant à ces dites réformes. Il était déjà malvenu d’insulter le peuple qu’on représente à l’étranger, mais on ne comprend pas le sens de cette diatribe. Si les Français ne veulent pas des réformes c’est que peut-être elles sont vues comme néfastes. Mais en outre cela veut dire aussi que Macron s’apprête bel et bien à gouverner contre le peuple ! Certes il suggère qu’il va nous expliquer, mais comme on est un peu limité sa « pensée complexe » risque de nous rester hermétique. Il suppose évidemment qu’il est plus intelligent que nous et qu’il sait ce qui est bon pour nous, quitte à nous l’imposer par la force.

    Même Le monde qui pourtant trouvait jusqu’ici la diplomatie macronienne très efficace, s’en est aperçu, la tournée diplomatique du président français tourne à la débandade. Le journal parle même de crise diplomatique. D’une pierre deux coups : non seulement il a créé un nouveau facteur de division en Europe, mais en outre il a augmenté la détestation des Français à son endroit. La médiocrité et l’amateurisme de sa gestion nous paraissent encore plus fortes que celles de ses deux prédécesseurs. 

    De l’art de se refaire une beauté 

    La rentrée râtée de monsieur Macron

    Décidemment la rentrée de Macron est ratée. En dehors de cette crise diplomatique qu’il a engendré par son comportement irresponsable, le voilà mis au centre d’une histoire ubuesque. Il se maquille beaucoup trop !! Il a dépensé 26 000 € en trois mois[6]. Cette gabegie est révélée au moment où le gouvernement du sinistre Philippe annonce qu’il va falloir qu’on redresse les comptes de la nation notamment en diminuant le montant des APL, en augmentant la CSG sur les retraites ou encore en diminuant de 300 millions d’euros les sommes que l’Etat central alloue aux collectivités locales[7].  

    Rien n’est trop beau pour le président Macron quia ime comme on le sait se transformer en se déguisant en joueur de l’OM, en sous-marinier ou encore en pilote de chasse. Déjà que la rumeur publique lui prête des mœurs « antiphysiques » comme on disait dans le temps, le voilà qui apparaît comme une grande coquette. L’Elysée a justifié ces dépenses d’une façon encore plus ubuesque : ces dépenses extravagantes auraient été le résultat d’une urgence, mais qu’il allait finalement dépenser un peu moins[8]. Ces excès de maquillage ne lui suffiront pas cependant à se refaire une santé dans les sondages. Bien au contraire, sa position est décrite comme autoritaire en même temps qu’aventureuse et fleurant l’amateurisme. Les réseaux sociaux se sont déchainés, multipliant les caricatures, dénonçant en creux un personnage sans envergure qui multiplie les impairs et braque tout le monde contre lui, à la fois tenté par l’autoritarisme et l’irrésolution. 

    La rentrée râtée de monsieur Macron

    Des records d’impopularité à venir 

    Le couple de l’Elysée est très impopulaire, et surtout il atteint ces records à peine trois après leur arrivée, alors même que les réformes antisociale n’ont pas encore été votées. Brigitte Macron est très souvent moquée, aussi bien pour ses relations antérieurement pédophiles avec Emmanuel que ses tenues extravagantes. Il est en effet difficile de se donner l’allure d’unee adolescente de 14 ans quand on a 64 ans. La dernière nouvelle sur ce point est que probablement cette femme porte une perruque pour masquer la perte de densité de sa chevelure. Il est en effet improbable qu’une femme blonde à trente ans sze retrouve avec des racines brunes à 64 ans[9] ! Mais tout cela ne serait rien, si son mari ne voulait pas à tout prix lui donner un statut. Or ce projet de statut a été très attaqué aussitôt qu’il a été dévoilé, d’abord parce qu’elle n’a pas été élue etd onc on ne voit pas pourquoi elle aurait droit à un statut spécial, on sait combien les Français détestent ces amalgames, Fillon a été bien payé pour le savoir, mais ensuite parce que sous le couvert d’une non-rémunération de ses activités, première dame de la République serait donc un travail ?, elle sera défrayée sur la caisse de la présidence d’une manière très hypocrite pour un volume financier qui avoisinerait 200 000 € dans l’année[10]. En vérité ce statut très vague au demeurant loin d’éclaircir les choses, les rend encore plus opaques. Il est vrai qu’entre temps il y a eu une pétition qui a eu un vrai succès puisqu’en plein milieu de l’été elle a recueilli plus de 300 000 signatures[11], ce qui est la manifestation d’une détestation très large, alors que les médias continuent de faire la promotion de Brigittee Macron d’une manière éhontée.

    Plus encore que la politique du président Macron, en elle-même, ce qui est très critiqué c’est cette forme d’hypocrisie qui confine au mépris du peuple. La présidence de Macron confirme s’il en était besoin le divorce entre le peuple et ses dirigeants. Ce n’est pas la France et les Français qui sont irréformables, mais leurs élites qui ne retiennent jamais aucune leçon.

     



    [1] https://www.publicsenat.fr/article/politique/check-point-les-travailleurs-detaches-volent-ils-nos-emplois-54040

    [2] https://www.challenges.fr/monde/europe/la-roumanie-resiste-a-macron-sur-le-travail-detache_494815

    [3] http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/08/25/emmanuel-macron-condamne-les-choix-de-la-pologne-qui-se-met-en-marge-de-l-ue_5176498_3214.html

    [4] http://www.europe1.fr/international/la-premiere-ministre-polonaise-qualifie-darrogants-les-propos-demmanuel-macron-3418979

    [5] http://www.lepoint.fr/politique/macron-les-francais-detestent-les-reformes-24-08-2017-2152007_20.php

    [6] https://francais.rt.com/france/42442-frais-maquillage-macron-sont-dus-urgence-moment-elysee

    [7] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/08/04/20002-20170804ARTFIG00193-baisse-de-dotations-aux-collectivites-a-quoi-devait-servir-l-argent.php

    [8] https://francais.rt.com/france/42442-frais-maquillage-macron-sont-dus-urgence-moment-elysee

    [9] https://www.delitdimages.org/puisque-brigitte-aurait-perruque-veux-meme/

    [10] http://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/tribune-brigitte-macron-la-charte-de-la-premiere-dame-une-regression-5203212

    [11] https://www.change.org/p/contre-le-statut-de-premi%C3%A8re-dame-%C3%A0-brigitte-macron

    « La révolte contre le tourismeEric Berr, L’intégrisme économique, Les Liens qui libèrent, 2017 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :