• La manifestation anti-Macron du 12 septembre 2017

     La manifestation anti-Macron du 12 septembre 2017 

    Manifestation unitaire à Nantes 

    La contestation divisée 

    La première manifestation contre la politique ultra-droitière de Macron a été un demi-succès pour les travailleurs. Malgré les comptes-rendus très hostiles des journaux préposés à la propagande macronienne comme Le monde par exemple qui essaie de mettre en lumière les divisions du Front syndical[1], ou qui par l’intermédiaire du sinistre Michel Noblecourt tente de faire croire que la CGT est isolée, la mobilisation a été au rendez-vous. Les manifestations du 12 septembre ont été moins nombreuses que celles contre la loi El Khomri. Mais elles ont été très suivies comme par exemple à Nantes ou à Marseille. Il est évident que les hiérarques de FO ou de la CFDT qui ont été vendus au gouvernement pour peser contre le mouvement social ont eu un poids certain dans la démobilisation. Mailly et Berger ont entretenu une confusion qui profite manifestement à Macron qui s’annonce comme le président le plus anti-social de toute la Vème République. La division ne vient pas seulement de Mailly et de Berger, elle vient aussi de l’incapacité de la CGT et de la France Insoumise à s’entendre, les passes d’arme entre Martinez et Mélenchon ont trop alimenté la chronique. En effet ces deux boutiques tentent de s’approprier le leadership du mouvement, et cela se voit. Le succès d’un mouvement anti-macron ne peut venir que d’un front syndical élargi. Comme toujours la base a des problèmes avec ses dirigeants 

    La manifestation anti-Macron du 12 septembre 2017 

    Mais ces éléments de division ne doivent pas masquer le fait que dans de nombreuses villes non seulement Force Ouvrière a défilé avec la CGT, mais aussi que certaines sections de la CFDT ont fait de même[2] ! Plus de la moitié des sections FO ont appelé à la manifestation. Et de nombreux syndicalistes de la CFDT ont mêlé les drapeaux orange aux drapeaux rouges de la CGT. C’est la bonne nouvelle. On a même vu Benoît Hamon le candidat malheureux du P « S » venir soutenir le mouvement, dans l’indifférence générale. Le P « S » a été remarqué pour sa valse-hésitation. Olivier Faure qui fait office de porte-parole de ce petit parti croupion avait critiqué violemment les ordonnances – qui pourtant sont dans la lignée de ce que Hollande et le P « S » avaient imposé l’an dernier – a refusé de rejoindre la manifestation[3]. C’est assez pathétique de voir un parti politique qui fut important couler toujours plus profond. Si c’est comme ça qu’il compte se refaire une santé, c’est raté. 

    La manifestation anti-Macron du 12 septembre 2017 

    L’avenir du mouvement 

    Un tel mouvement ne peut avoir de sens – c’est-à-dire faire reculer le gouvernement – que s’il s’installe dans la durée. Et donc ce qui va compter c’est plus encore que le nombre des manifestants d’hier, c’est la détermination des travailleurs. On sait qu’une ou deux manifestations, quelque massives qu’elles soient ne suffiront pas à faire reculer l’arrogant président français déterminer à faire appliquer les directives de Bruxelles. Les semaines à venir vont nous faire savoir si le mouvement s’enracine ou s’effrite. Mais il est évident que ce mouvement encore timide doit être appuyé par toutes les autres victimes de la politique anti-sociale macronienne : les retraités qui sont loin d’être tous des nantis, les étudiants qui travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles, et plus généralement tous les Français qui commencent à en avoir assez de se faire injurier par un jeune cuistre qui doit au hasard conjugué au soutien du grand capital de se trouver à la tête du pays.  J’ajoute que les projets de Macron, concernant les privatisations et le démantèlement des systèmes de retraite des fonctionnaires devraient apporter encore de l’eau à notre moulin.

    Deux manifestations sont prévues, celle du 21 septembre à l’initiative de la CGT et celle du 23 septembre à l’initiative de la France Insoumise. Il me paraît évident que, même si on considère que cette dispersion est néfaste, il faille participer aux deux pour donner une unité au mouvement social par-delà les querelles d’appareils.

     

     


    [1] http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/09/12/manifestation-contre-la-reforme-du-code-du-travail-les-opposants-en-ordre-disperses_5184170_823448.html

    [2] http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170912.OBS4554/code-du-travail-une-premiere-manifestation-qui-rassemble-cgt-et-invites-surprise.html

     

    [3] http://www.liberation.fr/france/2017/09/03/manifestations-contre-les-ordonnances-le-ps-encore-et-toujours-divise_1593899

    « De quoi l’ouragan est-il le nom ?Macron, la mise en scène permanente »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :