• La Macronie est en train de sombrer

     La Macronie est en train de sombrer

    Franchement je suis épaté ! Evidemment on pourra toujours me dire que je suis partial, vu que j’ai critiqué Macron dès la première heure, dès que l’oligarchie en a fait son champion. ET c’est vrai, je l’avoue, sa tête ne me revient pas, et au second tour des élections présidentielles, je me suis abstenu, plutôt me couper la main que de voter pour un banquier ! Mais là on est entré depuis la révolte des gilets jaunes dans une autre dimension : il n’y a plus de pilote à l’Elysée ! C’est au-delà de ce qu’on peut même penser de sa politique, il faut le reconnaître, Macron est incompétent et son entourage également. Ces jours derniers on vient d’en avoir plusieurs exemples. Alors que la mesure était présentée comme une mesure de justice fiscale et une possible hausse du pouvoir d’achat, voilà maintenant que Bruno Le Maire nous dit qu’il va peut-être la rétablir pour les 20% les plus riches[1]. Ces allers-retours sont des plus mauvais effets et désignent clairement que ce sont les classes moyennes qui vont régler l’addition. Ça sent l’improvisation de dernière minute. 

    La Macronie est en train de sombrer

    Lundi soir sur TF1 l’impayable Edouard Philippe annonçait sans rire qu’il allait promouvoir une loi anti-casseur histoire d’en finir avec ces gilets jaunes qui lui pourrissent la vie. Ça se discute évidemment, mais oublions le fonds, en vérité Philippe voulait faire voter une loi qui existe déjà ! Même Le monde, journal macaronien de référence, s’en est aperçu[2].  On se demande qui sont les branleurs qui lui écrivent ses discours et qui le conseillent ! Un tel niveau d’incompétence, c’est du jamais vu sous la Vème République. Cette super-fermeté affichée masquait mal une nouvelle improvisation à côté de la plaque. Je rappelle tout de même qu’en novembre et en décembre ce grand sifflet a été infichu de réunir quatre gilets jaunes autour de lui pour entamer un dialogue. Quand on voit ce niveau d’incompétence, on se dit que les critiques du RIC selon lesquelles tout de même les hommes politiques de profession avaient des compétences que le commun ne possédait pas, tombent à plat. La France semble prise de folie ces derniers temps, voilà Luc Ferry, bon à rien, mauvais à tout qui réclame maintenant que les policiers aient le droit d’abattre les gilets jaunes ! Il cet ignorant devrait tout de même savoir que s’il y a eu des violences, non seulement elles ont été assez contenues depuis deux mois que dure le mouvement des gilets jaunes, mais en outre, elles ont été plutôt le fait d’une police suréquipée, voilà ce qui se passe quand un petit bourgeois prend peur, il tourne facilement fasciste[3]. Luc Ferry réincarnation de la droite vichyste a ensuite dit qu’il n’avait pas dit ça, mais ses propos sont attestés. En bon macronien, ce faux philosophe, mais vrai imbécile nous dit qu’on ne l’a pas bien compris. Luc Ferry est un chroniqueur régulier de Radio classique, elle appartient au groupe Les Echos, Le Parisien, soit en fait à Bernard Arnault qui lui-même est un grand ami de Macron. Le monde est petit. L’esprit des Versaillais n’est pas mort avec Adolphe Thiers, il reprend des couleurs avec Philippe et Ferry.   

    La Macronie est en train de sombrer

    Malheureusement on n’en a pas encore fini avec la décomposition de la Macronie – Juan Braco parle de crépuscule – voilà maintenant qu’il ne va pas y avoir de Grand Débat, probablement même pas de petit débat. Chantal Jouanno qui devait le piloter, s’est désister, malgré le salaire mirobolant qu’on lui offrait[4]. Officiellement c’est parce qu’elle ne voulait pas alimenter la polémique sur son salaire. Mais il ne fait guère de doute que les raisons sont autres. Et en effet il est confirmé qu’elle renonce au Grand Débat, mais qu’elle garde le salaire[5]. Les gilets jaunes dans leur ensemble, à l’exception de Jacline Mouraud, ne veulent pas y aller, et l’encadrement des sujets laisse perplexe. Elle a par exemple dit qu’elle ne voulait pas parler de l’immigration, puis ensuite elle s’est contredite, parce qu’on lui avait sans doute suggérer que ce serait un bon dérivatif pour plomber le débat. Le plus probable c’est qu’elle ait senti l’enlisement venir, et donc elle préfère se réserver pour un autre gouvernement, quand la Macronie sera dissoute.  

    La Macronie est en train de sombrer

    En coulisse on dit également que Macron est très en colère contre le préfet de police Delpuech qu’il considère responsable des frayeurs de Griveaux lorsque les gilets jaunes ont pénétré dans son ministère. Il veut sa peau. Il est vrai que Delpuech n’a pas brillé dans le maintien de l’ordre à Paris, il a été constamment débordé, mais ce fut aussi le cas du tandem Castaner-Nuñez qui avait complètement sous-estimé la mobilisation du 5 décembre dernier. Dans le même temps on annonce la démission de Sylvain Fort, proche conseiller de Macron et celui tout à fait probable d’Alexis Kohler[6]. Cet ensemble de fait montre que le pouvoir aux abois est complètement désorganisé. On comprend mieux pourquoi Gérard Collomb a tenu à démissionner au début de l’automne. Comme on le voit l’Elysée, c’est le bateau ivre. On se demande quand il va finir par couler définitivement. Dans un pays grand comme la France, l’amateurisme macronien n’a pas sa place.



    [1] https://www.lejdd.fr/Politique/taxe-dhabitation-le-gouvernement-envisage-finalement-de-la-maintenir-pour-les-plus-riches-3834071

    [2] https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/07/gilets-jaunes-philippe-annonce-une-nouvelle-loi-durcissant-les-sanctions-contre-les-casseurs-et-les-manifestations-non-declarees_5406049_823448.html

    [3] https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/08/les-propos-de-luc-ferry-sur-les-armes-des-policiers-et-les-gilets-jaunes-indignent_a_23637392/

    [4] https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/08/gilets-jaunes-chantal-jouanno-se-retire-du-pilotage-du-grand-debat-national_5406440_823448.html

    [5] https://www.bfmtv.com/politique/chantal-jouanno-jette-l-eponge-du-grand-debat-national-mais-garde-son-salaire-de-presidente-de-la-cndp-1607203.html?fbclid=IwAR20t5C5eGjXoxBWlGdQ5fnAVh9fyLSuw5-wP1fd9hOUOG_4eh37DNEu8Xo

    [6] https://www.lexpress.fr/actualite/apres-le-depart-de-sylvain-fort-celui-d-alexis-kohler_2056213.html

    « Acte VIII mobilisation des gilets jaunes en forte hausse, le gouvernement humiliéMacron toujours dans la provocation. Est-il fasciste ? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    sergio
    Mercredi 9 Janvier à 18:31

    bon, puisqu'il faut s'y coller: réponse à un exégète qui sur un autre site (LGS pour ne pas le nommer), écrivait des contre-vérités flagrantes concernant les Gilets jaunes et leur soi-disant non organisation (tout ceci sans compter avec l'ami Dillinger (le soi-disant ennemi n°1) qui avec ses seuls poings, et face à des barbares sur-armés, est devenu notre ami N°1!)   

    *SILENCE écrit : « … Les moments de crise ne sont pas seulement des *rélévateurs, ils sont aussi des accélérateurs. Le temps social se contracte, et des évolutions qui prennent d’ordinaire des années, voire des décennies se produisent en quelques semaines, parfois même en quelques jours. Des mouvements improbables s’opèrent, dont la suggestion avant la crise aurait fait se tordre de rire même l’observateur le plus avisé. Des gens qui hibernaient politiquement se réveillent soudain, la politisation se répand à la vitesse de l’éclair, les mensonges que l’on gobait encore la veille sont rejetés avec véhémence. Frappées de désuétude, un certain nombre de clôtures mentales tombent. … »

    Sauf que comme "accélérateurs "… il y a d’abord eu Chirac (escroc à 82%),  puis il y a eu Sarkozy (qui a gouverné la France aussi bien, sinon mieux !, qu’un chef de clan. Sa devise (en bon  mafioso qu’il était) se résumerait  à : « Moi et mon clan d’abord ! » Qui a beaucoup de sang sur les mains… sang indélébile, bien sûr !, mais à ce jour, il court toujours, et conseillerait même Macron, et ce, malgré les crimes qu’on lui impute…, ensuite il y a eu Hollande, le menteur des menteurs (dit : Pépère pervers, qui a fait bombarder la Syrie (et a donc fait tuer des civiles : des femmes, des enfants, etc.) pour se venger des attentats commis en France, en false flag bien entendu!, et pour terminer (j’espère qu’il en sera ainsi !) Macron, totalement déconnectez de tout, et en même temps, de lui-même… c’est tout dire ! Le stakhanoviste du capitalisme financier (parce qu’il y croit dur comme fer à son système à l’agonie), un peu psychopathe sur les bords, près à toutes les vilenies quand il s’agit de sauver (d’abord lui-même) un système et un pouvoir en pleine décomposition.

    "accélérateurs ?", non,  pas trop…, car il a fallut mettre le paquet,  pour qu’enfin la colère gronde ! Beaucoup d’humiliations, d’insultes, de mépris,  de mensonges et de bassesses, d’arnaques et de magouilles (notamment électorales) pour en arriver là. Maintenant que nous en sommes presque au dénouement (et ce n’est pas Macron et sa bande (des lâches qui ne s’attaquent qu’aux faibles, dont  Castaner, Ferrand, Philippe, Darmanin (vous savez celui qui s’empiffre dans des cantines de luxe pour 200 euros à chaque repas, et qui trouve ça tout à fait normal!) et consorts, mais pas que…) qui vont l’emporter, ah non! Les Italiens et bien d’autres peuples européens ont pris faits et causes pour le mouvement des Gilets jaunes, sans doute parce qu’ils sentent  que les carottes sont cuites pour Macron et sa bande) on en est à savoir comment ils vont pouvoir s’esbigner en douce et sans rendre de compte à la justice (pas celle manipulée par le pouvoir en place (malgré la soi-disant séparation des pouvoirs ! Quelle farce !),  mais LA justice rendue par (et pour)  le peuple français. L’heure des comptes a bientôt sonnée !, et c’est bien ainsi…     

    PS : *révélateurs sans doute ?

    SILENCE écrit : « …  Aussi désastreuses soient les politiques confédérales, les syndicats demeurent indispensables. Selon toute vraisemblance, les gilets jaunes ne l’emporteront pas simplement avec des manifestations hebdomadaires, ou des blocages aisément levés les uns après les autres par la police ; la grève est incontournable. Et qui dit grève dit syndicats. Puisque l’on sent bien que les directions resteront frileuses ou hostiles, les jonctions doivent se faire au niveau local, où la dégénerescence bureaucratique est généralement moindre. Au niveau de l’organisation, le plus simple serait de multiplier les comités populaires autogérés sur une base locale, en pratiquant la démocratie directe (pas de chef, pas de porte-parole permanent, mandats impératifs et révocables, correspondance entre la décision et l’action, etc.) dans des assemblées ouvertes à toutes celles et ceux qui souhaitent lutter, dans un strict esprit d’égalité. En la matière, les gilets jaunes de Commercy tracent une voie réjouissante… »

    Comment pouvez imaginer un seul instant que les Gilets jaunes ne l’emporteront pas simplement avec des manifestations hebdomadaires… etc., etc., etc. ?

    D’abord sur les ronds points et autres lieux publiques, il ne s’agit absolument pas d’occupations hebdomadaires, mais d’occupations permanentes, et les forces « du désordre national », débloquent un rond point par ci par là, ce qui ne l’empêche pas de se réformer aussi sec à quelques centaines de mètres plus loin (quand ce n’est pas au même emplacement…) quelques temps plus tard.  

    Les Gilets jaunes de Commercy dans leur second appel, préconisent une forme d’organisation à des lieues de celles usitées et imposées (pluriel, bien que celles-ci soient si semblables les unes des autres, et unanimement auxiliaires du pouvoir) par le pouvoir et leurs complices : partis institutionnels (ou ceux qui souhaitent si ardemment le devenir, (qui ne remettront évidemment pas le « système pyramidale », UN chef, décidant de tout pour tout le monde, etc.) et qui préconisent même la « révolution par les urnes »... absurde !) et centrales syndicales en tête !

    Les Gilets jaunes ne vous ont pas attendu pour penser ni même réfléchir (incroyable, non ?) en ce qui concerne la pérennité de leur  mouvement ainsi que les organisations… (multiples puisqu’il s’agit d’un mouvement protéiforme).

    Ils ont le temps long pour eux, au contraire de leurs ennemis déclarés (voir à ce sujet, les nombreux appels (de moins en moins voilés) « à la guerre civile » de certains membres du gouvernement Macron… tellement ils sont pressé par le temps, et qu’ils ont de comptes à rendre (et très rapidement) à leurs mentors). Macron espère (il espérera encore longtemps) qu’avec son soi-disant « grand débat national », il pourra « reprendre la main », tout en déclarant (en même temps) que cela ne changera en rien le calendrier des ses réformes ! Tout est dit… ou presque, car il y aura un temps pour tout.

    hé oui il y aura un temps pour tout..., alors patience chers camarades!

    et en tant que situ (bien dans sa peau merci) , je suis à fond pour la lutte FINALE! (n'en déplaise à Luc Ferry et au traître Cohn  Bendit , la victoire est proche, et même très proche, ne lâchons rien!...)

    2
    Jeudi 10 Janvier à 09:18

    Ne dites pas que Cohn-Bendit est un traitre, il a toujours été ce qu'il est même en 68 on se méfiait de lui et de ses accointances bourgeoises. Pour le reste la chance des gilets jaunes est sans doute que Macron est un vrai crétin. Pompidou en d'autres temps avait réglé globalement la question en 3 semaines. Macron et Philippe ne sont même pas arrivés à faire asseoir 3 gilets jaunes en face d'eux. Et pourtant les syndicats les aident bien. Rien que le "Grand" débat est une pantalonnade indigne d'un homme d'Etat fut-il bourgeois. Ce qui est fascinant avec Macron c'est qu'il est le représentant d'une classe politique sans foi ni loi, complètement dégénérée qui ne se pense même pas. L'autre point important est qu'en effet les gilets jaunes n'ont pas de chef, et ne sont inféodés à aucun parti, Macron peut en acheter un ou deux, mais les autres continueront, voir la déconfiture de l'opportuniste jacline mouraud. On va bien voir, en ce moment la police déloge un à un les ronds points et distribue des amendes à tour de bras. C'est d'ailleurs un des grands mérites des gilets jaunes que d'avoir mis au grand jour la collusion entre le pouvoir mis en place par les milliardaires, la presse qui leur appartient et la justice qui leur est soumise. J'ai été étonné par contre de la puissance du soutien à Dettinger ! C'est un signe qui ne trompe pas. 

    Vive la sociale !!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :