• La macromania et la liberté de la presse

     La macromania et la liberté de la presse

    J’ai eu plusieurs fois l’occasion de signaler le grotesque soutien de l’ensemble de la presse à la personne de Macron et à la mise en scène de son couple ridicule. Je ne suis pas le seul à m’en être indigné. Mais il semble que ces derniers temps il y ait encore eu une accélération de ce côté-là. Sans doute cela provient il du fait que les législatives à l’issue incertaine sont la ligne de mire.

    Le couple Macron s’est déjà largement mis en scène dans les magazines people, Closer, Gala, Ici Paris. J’en passe été des meilleures. Cette campagne de presse agressive qui ne cesse pas depuis plus d’un an est à la fois indécente et vulgaire. Même Sarkozy n’avait pas été si loin. C’est ce qui explique d’ailleurs que Brigitte Trogneux épouse Macron est prise pour cible à cause de son âge et donc de son physique.

    Mais en attendant l’exposition médiatique de Macron fait qu’on ne parle que de lui. Ça vaut des millions d’euros en termes de publicité. Depuis plus d’un an Macron est sur tous les murs de nos villes via la publicité pour les magazines qui en font la promotion. Malgré cela le résultat n’est pas très bon, 23% au premier tour des présidentielles et 66% au second, alors que 100% des médias ont fait campagne pour lui pour faire barrage au fascisme, et que Marine Le Pen avait été jugée mauvaise lors du débat du 3 mai dernier. Je rappelle qu’en 2002 Chirac avait obtenu 82% des voix et un taux d’abstention bien moindre. 

    La macromania et la liberté de la presse 

    En vérité cette campagne médiatique qui tourne à la monomanie organisée est organisée de manière systématique, de façon professionnelle pour lasser tous les opposants aux réformes à venir. Il y a une raison à cela c’est que derrière les images promotionnées, il y a la même politique antisociale de Hollande et de Sarkozy, sans doute encore plus à droite dans les semaines à venir. Il est de plus en plus évident que la presse française n’est pas indépendante. Le constat a été fait par d’autres : en France la presse et les médias sont largement sous contrôle[1]. Cela devient de plus en plus visible avec l’élection de Macron qui est un pur produit d’une campagne de presse massive et orientée. Marianne s’est aussi laissé convertir à la macromania. Si au départ ce journal qui passait encore il n’y a guère pour irrévérencieux affichait une nette méfiance pour Macron, le voyant à juste titre comme un continuateur de Hollande, voilà que maintenant il souhaite son succès, sans trop se poser de questions sur ce que serait justement son succès. 

    La macromania et la liberté de la presse 

    Vous remarquerez que tous ces magazines qui sont soi-disant là pour commenter l’actualité politique semaine après semaine, recycle tous les mêmes éléments de langage, sans doute fournis par les mêmes attachées de presse du clan Macron. On parle de bombe, de dynamite, de fusée, de jeune homme pressé. Derrière ces clichés et les sourires artificiels du nouveau président, il y a en fait un matraquage pour une idéologie bien particulière, celle des vainqueurs, de la concurrence, comme si devenir riche était une question d’énergie et de talent. Evidemment ce n’est pas une telle attitude qui va ramener les lecteurs vers cette presse soumise à l’impératif politique de ceux qui la possède.

    Challenges qui est un des torchons appartenant à Claude Perdriel, déjà propriétaire de L’Obs, a fait l’objet d’une analyse plus poussée de la façon dont les communicants de Macron sont intervenus pour modérer un article critique (un peu, pas beaucoup) sur Macron[2]. Cela a entraîné un article embarrassé de Maurice Szafran – anciennement journaliste à Marianne – pour expliquer pourquoi ils en faisaient autant sur Macron, l’idée générale est qu’en quelque sorte si Macron a une aussi large couverture de presse, ce serait parce que le peuple le réclame ! C’est la preuve par le pudding. On pourrait ajouter si on était aussi cuistre que ce malheureux Maurice Szafran que la preuve que le peuple réclame Macron, c’est qu’il a été élu avec 66% des voix ! 

    La macromania et la liberté de la presse 

    La macromania touche aussi un journal qui avait dans le temps – mais c’était il y a longtemps – une certaine réputation de sérieux. En effet, si on savait que Le monde était un journal bourgeois modéré, il ne pratiquait pas le bourrage de crâne tout azimut. Sans doute cela est-il la conséquence de sa perte régulière d’audience. En quelque sorte il vend son indépendance financière en donnant des gages aux puissants. Il est facile de rappeler que les principaux actionnaires du Monde, Bergé, Niel et Pigasse, sont des soutiens sans complexe de Macron. Le programme libéral et européiste de Macron convient très bien à ce journal, et il le fait savoir. On ne compte plus les articles sans queue ni tête qui dans Le monde flatte les bas instincts ce ceux qui lisent encore ce canard sans tête. Par exemple ce journal s’obstine à faire comme si la droite était encore représentée par Les Républicains et donc que En Marche c’était quelque chose de différent été de nouveau. Pourquoi ? On ne le saura pas[3]. 

    La macromania et la liberté de la presse 

    Voilà ce qu’on a pu lire sur Macron le 27 mai dernier. Il aurait fait un sans-faute en allant au G7 se faire serrer la main par Trump. L’article est on ne peut plus creux, il nous apprend que Macron aurait résisté à la pression de la main de Trump, qu’il s’y était préparé. La preuve ? C’est lui qui le dit[4]. En fait il faudra attendre les autres articles du Monde pour apprendre que le G7 a été complètement inutile et que l’opposition de Trump sur la question climatique a provoqué un fiasco de ce raout[5]. L’article de Bastien Bonnefous nous dit que le succès de Macron ne tient pas à ce qu’il a obtenu, il n’a en effet rien obtenu, mais au fait que ses semblables, Juncker, Merkel et autres ont été contents de lui !! En somme ce qu’on loue, ce ne sont pas les résultats, mais la mise en scène de la poignée de main ! La encore nous sommes en pleine politique spectacle, avec des journalistes sans recul, complètement vendus qui mettent en scène des détails insignifiants. Le monde avait eu quelques velléités de faire des articles (2 en tout) critiques sur le gouvernement Philippe en le désignant comme un lobbyiste du nucléaire[6] et comme un député peu préoccupé par son travail de député[7]. Cela m’avait un peu étonné tout de même un tel désir d’indépendance. Mais cela a été vite étouffé et Le monde a repris très vite son rôle de propagandiste macronien.  Je rappelle tout de même que Le monde a réussi cet exploit de nous dire qu’il fallait voter au deuxième tour pour Macron même si on n’était pas d’accord avec lui pour faire barrages aux hordes fascistes emmenées par Marine Le Pen, pour ensuite nous expliquer que puisque les deux tiers des Français avaient voter pour Macron c’est bien qu’ils approuvaient son programme[8] ! 

    La macromania et la liberté de la presse 

    Macron a cette manie de s’immiscer de partout, même si on ne veut pas de lui. Cette présence encombrante est pourtant louangée. Ainsi on retrouve une publicité gratuite pour Macron, et donc indirectement pour son parti La République En Marche, dans le journal L’Equipe du 29 mai 2017. Le samedi précédent Macron avait assisté à la piètre finale de la Coupe de France entre Angers et le Paris Saint-Germain. Mais deux jours après L’Equipe va chercher un vague plumitif pour en faire un article centré sur Macron. On nous a épargné cette fois sa bonne femme, c’est déjà ça. Une page entière est consacrée à l’événement, pour dire que Macron a été charmant, que Macron a plu à tout le monde. Mais l’article passe sous silence que le nouveau président a été copieusement sifflé par le public dès qu’il s’est montré.

     

    Conclusion

     

    Il y a donc bien un culte de la personnalité qui se met en place autour du nouveau président, avec de gros moyens financiers. Personne avant Macron n’avait eu une telle unanimité de la presse. Sa grande réussite est donc d’avoir su faire l’unanimité auprès des milliardaires français qui possèdent la quasi-totalité des médias. Certes il reste encore un peu de presse libre et d’opinion Le canard enchaîné, Politis, L’Humanité. C’est peu de chose en termes de tirages. En outre 100% des chaînes de télévision sont aux mains des amis de Macron.

    Comment se défendre contre cet envahissement au quotidien, contre cette promotion du culte de la personnalité ? Il n’y a pas trente-six façons de s’y prendre, il faut répondre en développant un Macron bashing quotidien qui mette l’accent sur le programme rétrograde du nouveau président, mais aussi en dénigrant et en dévalorisant les images obscènes de son couple. L’anti-macronisme primaire doit être la prière du matin de l’homme moderne, jusqu’à ce qu’on s’en débarrasse.

     

     


    [1] http://www.20minutes.fr/medias/2057319-20170426-liberte-presse-france-situation-jamais-aussi-mauvaise-depuis-2013

    [2] https://francais.rt.com/france/36167-challenges-roule-t-il-pour-macron-sdj

    [3] http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/29/decapitee-et-divisee-la-droite-traverse-une-crise-profonde_5135223_823448.html

    [4] http://television.telerama.fr/television/la-fatale-erreur-de-l-incroyable-emmanuel-macron,158775.php

    [5] http://www.lemonde.fr/climat/article/2017/05/29/apres-un-g7-houleux-bataille-climatique-entre-les-etats-unis-et-leurs-allies-occidentaux_5135386_1652612.html

    [7] http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/16/votes-assiduite-qui-etait-le-depute-edouard-philippe-nouveau-premier-ministre_5128601_4355770.html

    [8] http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/10/l-etrange-proces-fait-a-emmanuel-macron_5125432_3232.html

    « Le gouvernement Macron-Philippe, une éthique politique douteuseLe cas Ferrand, contribution à l’anti-macronisme primaire »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    NEBOUT-BEY
    Mardi 30 Mai à 17:11

    Excellent article... et rassurant, le premier et le seul à mettre le doigt sur le phénomène.

    Cela vire à l'hystérie collective.

    Allez voir sur les commentaires de la presse affidée, c'est d'un risible désopilant, c'est la noce chez les petits-bourgeois et chez les actionnaires,.. C'est débridé, on se lâche !!!

    C'est l'extase tous les jours sur Libération, L'Obs, Le Monde, Huff. Post, etc...

    Échantillons (authentiques) pris au hasard (Le Monde.fr | 29.05.2017 à 20h41) :

     

     

    Bernard P. 29/05/2017 - 23h04

    Bravo, Monsieur Macron pour votre réponse cinglante et très juste. Les Français(e)s sont fier(e)s de vous. Ne changez rien mais restez humble., [défense de rire !!!!] 

    C'est comme si... 29/05/2017 - 23h47

    Enfin, nous pouvons être très fiers de notre Président, qui a une parfaite maîtrise de l'expression, le ton juste, l'attitude appropriée ... Au creux de l'hiver nous pensions le printemps....Celui que nous vivons comble nos espérances et conforte notre confiance. 

    Bernard P. 29/05/2017 - 23h04

    Bravo, Monsieur Macron pour votre réponse cinglante et très juste. Les Français(e)s sont fier(e)s de vous. 

    JEAN-MICHEL LEVY 29/05/2017 - 21h41

    Bravo monsieur le président. 

    Pierre D 29/05/2017 - 21h38

     

    Bravo. Comme quoi, on peut être "jeune" (il a tout de même 39 ans) mais courageux et adroit. [béatitude extrême, voire épectase d’un macronien…]

    Etc...Etc...

     

    2
    Mardi 30 Mai à 17:44

    ce doit être un robot qui balance ce genre de commentaires ! On se croirait en Chine sous Mao !

      • NEBOUT-BEY
        Mardi 30 Mai à 21:38

        Non, pas des robots des zombies... les Homo Macronicus, stade final de l'involution !

        Ne pas oublier que les électeurs de Macron sont à 80 % des retraités qui flippent pour leurs économies, ayant assez de moyens nénmoinspour être abonnés à Canal +, on en connait tous... C'est la pègre., 

    3
    Mercredi 31 Mai à 06:14

    Les retraités ne sont pas tous riches, et loin de là d'être pour Macron. Quand il va faire sa réforme des retraites, ils vont descendre dans la rue

      • NEBOUT-BEY
        Mercredi 31 Mai à 18:21

        C’est d’accord que les retraités ne sont pas tous fortunés, mais c’est un fait qu’ils ont voté massivement Macron (les analyses des résultats des élections sont fiables, environ 75 %) alors que les jeunes, exposés pour beaucoup à la précarité, ont voté protestataire.

        Faut-il montrer du doigt les retraités comme une catégorie sociale infâme ? (En novlangue on dirait stigmatiser). Bien sûr que non. Mais le vote plébiscitaire des retraités pour Macron pose problème, il y a les 20 % de retraités aisés qui ont leur portefeuille d’actions, de l’augmentation de la CSG ils s’en tamponnent -les cours de la Bourse sont au beau fixe, en sens inverse de la courbe du chômage et ça continuera- mais il y les 80 % de retraités du type Lucette. Lucette, c’est l’infirmière retraitée de Nancy qui avait reçu Hollande et qui s’est fait humilier par les apparatchiks PS du coin, sûr qu’elle a voté Macron dès le premier tour pour faire barrage à la Bête Immonde (sortie de sa boîte comme à chaque élection). Elle était pourtant perdante en toute dans la société à la Hollande. Les 10 millions de Lucette ont voté aussi Macron par adhésion, parce que bien encadrées par les médias qu’on voit faire ces temps-ci, par panurgisme, par misère intellectuelle, par intimidation (Mélenchon est encore quotidiennement insulté pour avoir levé la crosse en l’air).

        Mais ces Lucette –et leurs équivalents mâles- sont-elles innocentes dans leurs aveuglements ? Non. Tous ces gens-là ont voté aussi, de fait, pour plus de guerre en Syrie, plus de guerre en Libye, plus de guerre au Yémen, plus de guerre partout, toujours plus de justice aux ordres, toujours plus de presse aux ordres, toujours plus de ségrégations sociales, toujours plus de privilèges pour le capital et toujours plus de souffrances pour qui triment à la dure pour des clopinettes (hôpitaux, entreprises etc… ), toujours plus de mépris des riches pour les sans-dents…   

        Et maintenant reprenons un peu d’adulation macromaniaque, ça vient de sortir, une perle à ne pas négliger :

        « C'est avec brio que Brigitte Macron a revêtu son habit de première dame. Depuis que son époux Emmanuel Macron a pris les commandes de l'Élysée un peu plus tôt ce mois-ci, la femme du président de la République multiplie les sans-faute vestimentaires.

        L'ensemble Louis Vuitton qu'elle arborait lors de la passation de pouvoir a fait l'unanimité, de même que sa garde-robe résolument moderne et féminine lors de son séjour en Sicile, où elle a accompagné son mari dans le cadre du G7. En Italie, la pétillante blonde est apparue toujours très lookée mais jamais dans l'excès.

         

        Souriante, élégante et toujours parfaitement apprêtée, l'atout-coeur du président français a fait un sans-faute. Un avis partagé par l'impitoyable Cristina Cordula, star de l'émission Les Reines du Shopping, diffusée sur M6. "C'est une femme moderne, élégante, dans l'air du temps", s'est enthousiasmée la relookeuse vedette du petit écran lors d'un entretien pour le magazine Gala. »  (http://www.purepeople.com).

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :