• La lourde faute de Mélenchon

     La lourde faute de Mélenchon

    C’est le vendredi 7 septembre 2018 que Mélenchon, pourtant un politicien chevronné, s’est ridiculisé définitivement. En effet, Macron est complètement dans le trou, incapable de dire quelque chose de positif, le voilà qu’il cherche à redorer son blason. Pour cela il vient à Marseille où il rencontre d’abord Angela Merkel &au Palais du Pharo. Le but étant de scénariser une entente franco-allemande qui n’existe pas, alors que lui-même et la chancelière allemande sont rejetés dans leur pays respectif et n’ont plus aucun crédit[1]. Le but était de montrer à leurs opinions publiques respectives qu’ils étaient tous les deux les partisans d’une Europe ouverte et généreuse face aux migrations, et dans le même de lancer la campagne des élections au Parlement européen pour 2019.

    Après ce premier temps, Macron a organisé, avec ses équipes, un bain de foule sur le Vieux Port. Certes il n’y avait pas grand-monde, et les personnes qui ont pu l’approcher étaient évidemment triées sur le volet. Mais l’important était de montrer à la France que Macron n’est pas encore complètement détesté. Là-dessus, Mélenchon qui se trouvait à Marseille dans un restaurant envoie ses équipes contacter celles de Macron pour organiser une rencontre impromptue. Le piège dans lequel s’engouffre Mélenchon se referme. Face au président, il bafouille, et c’est tout juste s’il ne s’excuse pas. Accusé d’avoir dénoncé la xénophobie de Macron, Mélenchon avance qu’il a exagéré[2]. Ce qui permet à Macron de jouer les présidents bon-enfant qui vient tirer l’oreille à un petit garnement.

    On peut se poser des questions sur les raisons d’une telle comédie montée manifestement par Mélenchon. Si on est de bonne composition, on dira que Mélenchon a voulu se montrer avec Macron pour faire la preuve qu’il était bien son seul opposant. Mais dans ce cas pourquoi l’a-t-il laissé mener l’échange ? Pourquoi lui a-t-il serré la main longuement, ce qui ressemble à de la connivence et qui ne sera guère apprécié de ses électeurs ?  

    La lourde faute de Mélenchon

    Au-delà de cette mise en spectacle d’une fausse opposition, il y a aussi le sujet sur lequel Mélenchon s’est excusé : c’est celui de l’immigration. En effet, la position de Mélenchon n’est jamais claire, ni sur l’Europe, ni sur les migrations. D’un côté il avance que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, et de l’autre il accuse la politique de Macron d’être xénophobe et restrictive. Or s’il y a un point qui est assez clair, c’est que Macron, en tant qu’européiste et mondialiste, est pro-migrants et que s’il ne va pas plus loin en ce sens, c’est parce qu’il sait que l’opinion est inflammable sur ce sujet. On ne compte plus les déclarations fracassantes de Macron sur ce thème, même si depuis qu’il a été élu il s’est un peu calmé.

    Mélenchon apparait ainsi comme s’alignant sur les positions libérales de Macron en matière de migrations, alors qu’auparavant il tentait de défendre un souverainisme tempéré. Certes on comprend bien que la France Insoumise est traversée par des courants assez divers, les uns férocement immigrationnistes et très conciliants avec l’Islam comme Clémentine Autain par exemple, les autres se méfiant du communautarisme et comprenant que l’immigration de masse n’est pas favorable à une évolution sociale positive pour les plus défavorisés. Mélenchon n’a pas pris le tournant de Sarah Wagenknecht et de son nouveau parti Aufstehen qui a tiré les conclusions sur l’éloignement du SPD et même de Die Linke des aspirations populaires[3]. La gauche n’a de chance de retrouver le chemin du pouvoir que si elle écoute finalement le peuple plutôt que de vouloir lui faire la leçon.

    En agissant bêtement ainsi, Mélenchon et la gauche laissent face à face le RN et Macron. Si pendant un long moment Mélenchon est apparu comme l’opposant numéro 1 à la politique anti-sociale de Macron, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le grand gagnant de cet épisode peu glorieux de la politique-spectacle est bien Macron : en dévalorisant ainsi Mélenchon, il divise un peu plus l’opposition entre les supporters de Marine Le Pen et ceux de Mélenchon. Or l’alternance politique véritable ne pourra venir que d’une opposition souverainiste qui s’éloigne de la farce d’une complaisance envers les mouvements et associations pro-migrants dont les Français ne veulent pas.

    Toujours dans la magouille politicienne, Mélenchon en a rajouté dimanche sur les relations avec les débris pro européistes du PS. Le voilà qu’il réclame sans le dire un renouveau de l’Union de la gauche. Certes on comprend bien que les élections européennes sont en ligne de mire, mais non seulement sur le plan tactique le PS, aile gauche et aile droite confondues, est complètement dévalorisé, mais sur le plan stratégique c’est une erreur d’accorder de l’importance aux élections européennes qui sont, plus encore que les autres élections, une palinodie. Cette manière de faire tend à montrer que Mélenchon n’est pas capable de trancher le débat sur l’Union européenne, et donc il est probable que cet opportunisme serve d’abord à masquer le retour programmé de L’Europe sociale ou d’autre fadaises du genre qui endorment les électeurs de gauche depuis quarante années[4]. C’est d’autant plus idiot que le PCF n’attend que ça pour se requinquer en se démarquant de cette démarche sinueuse.

    Si la rentrée de Macron est complètement ratée, celle de Mélenchon est carrément catastrophique.



    [1] https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Emmanuel-Macron-recu-Angela-Merkel-Marseille-2018-09-08-1200967229

    [2] https://www.closermag.fr/politique/coulisses-comment-emmanuel-macron-et-jean-luc-melenchon-ont-totalement-mis-en-sc-868853

    [3] https://www.lopinion.fr/edition/international/en-allemagne-debout-se-veut-gauche-anti-immigration-a-fois-159889

    [4] http://www.liberation.fr/amphtml/france/2018/09/09/melenchon-aux-socialistes-que-finisse-cette-longue-solitude-pour-moi-d-avoir-ete-separe-de-ma-famill_1677563

    « La bible aux racines du discours de l’économieMélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, 2018 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :