• L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Je ne voulais pas écrire encore un billet sur les pitreries de l’Elysée qui lassent un peu tout le monde, mais l’offensive médiatique de Macron et de ses sbires m’oblige à y revenir et à mettre l’accent sur de nouveaux mensonges. Certes nous savons depuis longtemps que les hommes politiques mentent, mais ici on est en train de battre des records à un train d’enfer. Il y a tellement de mensonges qu’on est incapable de tous les recenser dans un article sans se dire qu’on va lasser nos lecteurs. Mais si ce déferlement de mensonges nous trouble, il a pour contrepartie de détruire un peu plus les postures élyséennes et de rendre la parole du président de la République particulièrement inaudible. Reste évidemment la question la plus importante : pourquoi Macron a-t-il besoin de s’entourer d’une milice formée de racailles de bas quartiers ? Il n’est même pas certain que Macron possède la réponse.  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Ayant subi pendant des jours et des jours les crachats de la presse du monde entier et des internautes, Macron et Benalla sont passés à l’offensive en trois temps. D’abord des déclarations de Macron à la presse et à ses affidés, ensuite en verrouillant la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale, et enfin en faisant parler Benalla dans les médias. La manière dont Macron a remobilisé ses réseaux, allant jusqu'à chercher le vieux Bayrou, reprenant en main Le monde, investissant les télévisions, montre qu'il a toujours derrière lui l'oligarchie contrairement à ce que pensaient certains qui voyaient dans cette sinistre farce un lâchage.

    Macron, comme c’est son habitude maintenant, dès lors qu’il perd la main et qu’il se sent attaqué, crache son venin à qui veut l’entendre, y compris contre la presse qui pourtant l’a soutenu à bout de bras en 2017 quand il n’était encore rien, même pas un anonyme voyageur dans une gare de province. Après un silence assourdissant, il est sorti de sa réserve pour donner le spectacle bouffon d’un homme déstabilisé par une affaire dont manifestement il n’avait pas envisagé les conséquences. Le voilà donc qu’il s’en prend pêle-mêle à la presse et à l’opposition, avec le fameux couplet avançant qu’il est le seul responsable et même qu’il est fier d’avoir embauché cette petite frappe de Benalla : « il assume », ce qui est la marque non pas de la repentance, mais du mépris qu’il nous porte. « Le seul responsable c’est moi » dit-il[1]. Ça on le savait déjà, mais c’est pour ajouter peu après qu’il est très fier d’avoir embauché cette petite frappe de Benalla[2]. Il est donc quelqu’un qui est fier d’avoir embauché une personne qui usurpe la fonction de policier et ses signes distinctifs, fier d’avoir embauché un voyou de quartier. Ce n’est pas étonnant de la part d’un individu qui ne rêve que de privatiser la police. Au passage ce sinistre individu a fait le bouffon en disant devant ses députés-godillots : « Qu’ils viennent me chercher ! ». Cette arrogance a été analysée comme une cuistrerie de première, puisque par définition Macron, en tant que président en fonction, bénéficie d’une immunité très large. Moi je l’analyse plutôt comme une volonté capricieuse de se faire punir… enfin… par le peuple qu’il méprise et qui le méprose. Mais ces simples phrases qui manquent de dignité classent finalement le président comme un homme non pas affaibli, mais comme un homme faible au caractère pusillanime.  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron 

    Ce brassage d’air n’est pas destiné à convaincre les Français qui massivement trouvent que cette affaire est déplorable et révèle le caractère psychotique du président qui semble de plus en plus sous l’emprise de substances stupéfiantes, tant son allure est désordonnée et ses pupilles sont dilatées. Un sondage commandé par BFM, chaîne macronienne par excellence, montre que ce comportement est condamné par plus des trois-quart des Français. C’est encore plus l’attitude du président qui pose problème à l’opinion que sa politique proprement dite. Seule Marlène Schiappa fait semblant de croire que les Français ne s’intéressent pas à cette affaire[3], et elle est apparue à la télévision avec un décolleté provocant de façon à faire naitre les remarques sexistes pour mieux détourner l’attention des critiques qui l’assaillent depuis qu’elle a avancé bêtement qu’il n’y avait pas d’affaire Benalla[4]. C’était évidemment orchestré par la cellule de com plus que défaillante de l’Elysée.  Mais enfin on se dit que si les Français ne s’intéressaient pas à cette affaire, les plus hautes autorités de l’Etat ne prendrait pas la peine de peaufiner leur défense.  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Le deuxième volet de cette offensive médiatique est de mettre en scène Benalla lui-même, de le rendre présentable, de tenter de démontrer qu’il n’est pas le voyou de bas étage qu’on a décrit un peu partout. D’abord c’est une longue interview au Monde[5]. C’est en effet ce journal très macronien qui a lancé l’affaire, au grand dam de ses lecteurs qui ne supportent pas de voir leur idole attaquée. Les commentaires des lecteurs du Monde, le journal de Mathieu Pigasse un ami de Macron, sont à 90% très défavorables non pas à Macron auquel ils restent bêtement fidèles, mais à Ariane Chemin. Ce journal avait, avant de donner la parole à ce petit voyou de Benalla, commencé à faire œuvre de contrition. En effet, dans un éditorial daté du 24 juillet, Françoise Fressoz, lèche-botte en chef de ce canard, maintenant que Gérard Courtois est aux abonnés absents, commençait à mettre les embarras de Macron sur le compte de la méchanceté des parlementaires qui seraient jaloux, et donc d’une certaine manière à dédouaner le locataire de l’Elysée de ses turpitudes[6]. Soit Le monde est divisé et les différents clans de la rédaction sont en guerre, soit ce journal regrette d’avoir ennuyé Macron pour faire la démonstration de son émancipation. Mais revenons à l’interview mensongère de Benalla.

      L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Pour l’occasion Benalla – qui ne s’appelle peut-être pas Benalla – s’était rasé la barbe, histoire de ne pas apparaître comme un vulgaire barbu pro-islamiste de banlieue. Cette interview était conduite par trois journalistes faux-culs Gérard Davet, François Krug et Fabrice Lhomme qui se sont déjà fait remarquer par le passé par leur volonté de couler François Hollande qui avait eu la naïveté de leur faire confiance. Ces trois journalistes sont donc des amis très proches du président. Cette interview n’a pas été donnée à la légère. On l’a confiée à des professionnels de la propagande macronienne, avec poses et photographies destinées à crédibiliser le personnage. Or cet entretien fleuve – du jamais vu dans ce journal pour un modeste clampin comme Benalla – non seulement n’apporte rien de nouveau, mais il amène de nouveaux mensonges, bien sûr en ce qui concerne l’usage de l’article 73 répété ad libitum par Benalla, mais aussi en ce qui concerne les couvertures dont il aurait disposé du côté de la préfecture[7]. Gibelin affirme que personne n’était au courant de la venue de Benalla sur une manifestation, mais on sait aussi que Benalla, Crase et Mizerski avaient l’habitude de ce genre d’opération. Car l’interpellation illégale de la Contrescarpe n’est pas la seule à mettre à l’actif de ces apprentis-barbouzes. Libération a publié également une vidéo qui montre que ce trio était aussi actif du côté du Jardin des Plantes[8]. Ce n’était donc pas une action isolée et irréfléchie, mais plus probablement une opération commando suscitée par l’Elysée. Plus Benalla parle, plus il s’enfonce et plus il ridiculise son patron.  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Et après cette pantomime revoilà Benalla sur TFI, média de masse, représentant les intérêts de la droite affairiste et cosmopolite, et soutien ouvert de Macron. Il était manifestement en mission commandée. Cette fois on a voulu déguiser Benalla en homme responsable et réfléchi. Bien rasé, il a mis des petites lunettes cerclées sur son nez, histoire de faire croire qu’il n’est pas un vrai voyou. Longuement interviewé, il ment une nouvelle fois sur ce qu’il est, sur ce qu’il a fait, et en rajoute sur sa malheureuse mise à pied. On l’a même entendu dire qu’il n’avait pas porté de coup, ce que la vidéo qui passe en boucle sur les réseaux sociaux dément formellement. Le résultat de cette mise en scène est encore plus désastreux que l’interview plus ou moins réelle au Monde. En effet, maintenant tout le monde doute que sa mise à pied ait été effective. On sait par exemple qu’en mai il a touché l’intégralité de son salaire alors qu’il avait été sanctionné[9]. N’est-ce pas le président-menteur qui affirmait que la sanction avait été proportionnée à la faute[10] ? En réalité, cette sanction n’existait pas ainsi que Patrick Strzoda l’a confirmé face à la Commission d’enquête parlementaire, avançant d’une manière des plus alambiquée que cette retenue se ferait plus tard sur les jours de congés en retard[11]. En vérité l’offensive de Benalla sur TF1 est complètement ratée, il aurait dû faire profil bas, se faire oublier. Mais ce n’est pas dans sa nature, ni même dans celle de Macron. Il faut qu’ils aboient, il faut qu’ils mordent, qu’ils montrent qu’ils existent encore un peu avant que de finir dans les poubelles de l’histoire. Or tandis que Benalla fanfaronnait sur TF1, on apprenait qu’il avait le même jour retiré une voiture de l’Elysée de la fourrière ! Normalement ce personnage douteux est licencié, il ne devrait plus apparaître dans l’entourage du président, or il se comporte très exactement comme s’il avait encore des fonctions officielles[12]. Il apparait clairement que Macron ne l’a pas laissé tomber et qu’il se sert encore de lui. Cet épisode de la fourrière jette le doute sur la mise à pied de Benalla. Le point qui est passé d’un macronisme éhonté à l’offensive contre le petit président, met en doute lui aussi l’effectivité de ce licenciement ou de cette mise à pied, on ne sait plus très bien[13].  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    La dernière offensive de la Macronie a été de faire capoter la Commission d’enquête. En effet, la présidente de cette commission, l’ineffable Yaël Braun-Pivet, anciennement socialiste et porte-flingue de Macron à l’Assemblée nationale, a refusé un certain nombre d’auditions ce qui a entraîné la démission du vice-président, Guillaume Larrivé qui a dénoncé une mascarade et un déni de démocratie[14]. Les députés LR, mais aussi FI et le RN se sont retirés de ce carnaval. C’était le but recherché par la Macronie, car chaque fois qu’il y avait une audition, de nouvelles contradictions apparaissaient dans la défense de Benalla et de Macron : le nombre de faux témoins disant ne pas connaître Benalla devenant impressionnant, alors même qu’ils avaient été photographiés avec lui. Mais c’est une victoire à la Pyrrhus car en procédant ainsi, c’est-à-dire en sabotant la démocratie parlementaire, le clan Macron est en train de souder l’opposition, et il est probable que comme l’a annoncé Obono, ils voteront tous ensemble la motion de censure, qu’elle vienne de la droite, de l’extrême-droite ou de la gauche. Le slogan « Tout sauf Macron » pour 2022 est en marche !!  

    L’offensive médiatique et mensongère du couple Benalla-Macron

    Mais quoi qu’il en soit, la manière malheureuse dont Macron gère cette affaire, la façon dont Benalla se présente la bouche en cœur pour retirer une voiture de l’Elysée de la fourrière comme si de rien n’était et aussi le misérable comportement des députés macroniens, montre à quel degré d’amateurisme on en est arrivé à l’Elysée où plus rien ne semble fonctionner. Comme on le voit, loin de clore le débat l’offensive désordonnée de Macron et de ses sbires sur le plan médiatique la relance un peu plus. Le fait du reste qu’on n’arrive plus à dissocier Macron de Benalla qui forment maintenant un couple scandaleux, en dit long sur ce que le président a perdu dans cette affaire.

    Pour ne pas rester sur une note négative, regardons une nouvelle fois le but de Benjamin Pavard qui montre combien le football peut-être aussi magique.



    [1] https://www.lejdd.fr/politique/emmanuel-macron-devant-les-deputes-en-marche-le-seul-responsable-cest-moi-3718694

    [2] https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/25/fier-d-avoir-embauche-benalla-a-l-elysee-macron-estime-que-la-sanction-etait-proportionnee_a_23489544/

    [3] https://www.lesinrocks.com/2018/07/27/actualite/affaire-benalla-marlene-schiappa-detourne-les-conclusions-dun-article-le-journal-lui-repond-111109508/

    [4] https://www.neonmag.fr/en-pleine-affaire-benalla-marlene-schiappa-choque-avec-un-decollete-513279.html

    [5] https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/26/entretien-exclusif-alexandre-benalla-livre-ses-verites_5336090_823448.html

    [6] https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/24/les-parlementaires-font-payer-a-macron-son-insolente-audace-ils-ne-le-lacheront-plus_5335152_823448.html

    [7] https://www.20minutes.fr/politique/2313843-20180726-affaire-benalla-face-deputes-haut-grade-dement-version-alexandre-benalla-publiee-monde

    [8] http://www.liberation.fr/france/2018/07/27/1er-mai-benalla-et-crase-impliques-dans-une-autre-interpellation_1669273

    [9] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/07/25/97001-20180725FILWWW00226-benalla-a-touche-en-mai-l-integralite-de-son-salaire.php

    [10] https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/25/fier-d-avoir-embauche-benalla-a-l-elysee-macron-estime-que-la-sanction-etait-proportionnee_a_23489544/

    [11] https://www.lci.fr/politique/pourquoi-alexandre-benalla-a-bien-touche-l-integralite-de-son-salaire-du-mois-de-mai-malgre-sa-mise-a-pied-2094216.html

    [12] http://www.liberation.fr/direct/element/normalement-mis-a-pied-benalla-a-retire-une-voiture-presidentielle-a-la-fourriere_85433/

    [13] http://www.lepoint.fr/politique/exclusif-alexandre-benalla-a-t-il-vraiment-ete-mis-a-pied-27-07-2018-2239696_20.php

    [14] https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/27/affaire-benalla-a-l-assemblee-nationale-la-commission-d-enquete-implose_5336588_823448.html

    « L’amateurisme de Monsieur MacronDe quoi l’immigration de masse est-elle le nom ? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :