• L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

     L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

    Henry de Lesquen du Plessis-Casso se dit comte et représentant de la « vraie France » quoique par sa mère il soit un peu espagnol[1]. En tous les cas, c’est un bon vieux pétainiste, ouvertement raciste[2], le genre a trouvé qu’on a été injuste avec le Maréchal Pétain. Il pense que la France décline depuis 1789, notamment parce qu’elle a donné bien trop de droits aux prolétaires. C’est donc un vrai facho qui a la prétention loufoque de devenir président de la république en 2017 et qui serait un vrai danger s’il arrivait par malheur au pouvoir. Lesquen est une telle caricature de pétainiste moisi qu’il est facile de le critiquer et de le stigmatiser pour le coup. Quel que soit le sujet il raconte toujours les mêmes fadaises datant d’avant-guerre. Membre du club de l’horloge, énarque et polytechnicien, il fut un temps proche de Philippe de Villiers.  

    Mais pourtant quand on regarde bien les propos de Lesquen et ceux de Houria Bouteldja, on se dit qu’ils représentent finalement le même parti du racisme militant et ordurier. On voit ci-dessous une photo de l’icône du PIR, Houria Bouteldja, qui propose d’expédier les « sionistes » dans des camps de concentration.

      L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

    Exemples 

    Prenons juste quelques exemples de la proximité argumentaire entre Lesquen fasciste bon teint, tout blanc si on veut, et les islamistes radicaux. Ces derniers qui n’aiment rien, ni les femmes, ni les chiens, ni les juifs, ni les chrétiens, n’aiment pas la musique, ni les homosexuels, dénoncent d’ailleurs aussi l’avortement comme un crime. Et comme Lesquen ils vont utiliser des comparaisons avec des animaux pour justifier en quoi la musique est mauvaise en soi et pour soi. Et donc pour cela il va s’ériger en critique musical. 

    "Cela concerne le Jazz, le Blues, le rock'n roll et bien sûr l'immonde rap. La musique nègre s'adresse à notre cerveau reptilien et provoque un ensauvagement de la culture occidentale." Henry de Lesquen 

    Il propose d’ailleurs que sa huitième mesure lorsqu’il sera élu président de la République, sera de « bannir la musique de nègre de l’espace public ». Notez que cette 8ème mesure intervient juste avant celle qui interdira l’avortement, comme si les deux étaient liés !

    L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen ! 

    Mais les islamistes radicaux ne sont pas très loin des propos de Lesquen. A se demander même s’ils ne sont pas interchangeables ! 

    "Ceux qui aiment la musique écoutent le diable. Videz vos téléphones et vos MP3!" Confortablement installé dans un fauteuil, le prédicateur s'adresse à une foule de jeunes enfants dont l'âge ne semble pas dépasser les 12-13 ans. Ces derniers l'écoutent attentivement et boivent chacune de ses paroles, en dépit de l'invraisemblance du discours. "Ceux qui aiment la musique, c'est ceux qui voudraient être transformés en singe ou en porc! Ils seront engloutis par la terre", insiste l'homme à la longue barbe, suscitant un "Oh!" de dégoût de l'assistance ». L'imam de Brest, Rachid Abou Houdeyfa[3] 

     

     L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

    D’autres Imams vont s’en prendre explicitement aux homosexuels : 

    «Le mariage pour tous, ça ne veut rien dire, et c’est une arnaque. C’est le mariage pour les homos. Mais comme ils sont assez malins et intelligents, que ce sont des pros de la com, ils n’ont pas dit "le mariage pour les homos" parce qu’on n’a pas encore bien avalé la pilule.» Il poursuit : «Il est évident qu’en tant que musulman, je condamne l’homosexualité, parce que nous la considérons comme un péché. Comme je condamne la consommation d’alcool, comme je condamne le vol, et le viol.» Hassan Iquioussen explique la marche à suivre pour les musulmans pieux mais gays : «Tu peux très bien avoir un musulman pieux qui craint Allah et qui commet un grand pêché. Mais il est musulman, on ne va pas aider le diable. On doit l’aider à sortir de leur faiblesse. Ça peut durer un an ou dix ans.»[4]

     

     L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

    Lesquen est moins radical que les Imams, mais outre qu’il a défini dans sa 9ème mesure la nécessité de revenir sur la loi dite Taubira, il passe aussi son temps à critiquer le FN new-look drivé par Florian Philippot comme « un lupanar pédérastique » ![5] 

    Evidemment la question des juifs et des « sionistes » est toujours un argument fort de la propagande des fascistes de type pétainiste, aussi bien que des défenseurs de l’islam radical et du burkini. Laissons de côté l’idée du « détail » lancée avec succès par Jean-Marie Le Pen et qui appartient maintenant au passé. Lesquen lui aussi remet en question la Shoah, laissant planer le doute sur son existence-même[6], mais insinuant aussi qu’il s’agit là d’un business dont seuls les juifs – commerçants dans l’âme – ont la science et l’exclusivité[7] 

     

    L’islamo-fascisme existe bel et bien, la preuve par Lesquen !

    Le PIR dont une des militantes félicite les auteurs d’attentats terroristes[8], emboîte également le pas à Lesquen ! Voilà le type de conférence que le PIR met en place : 

    Présentation de la conférence :

    Depuis deux décennies, la notion d’« unicité de la Shoah » est au centre de la guerre idéologique que mène l’Etat d’Israël pour assoir la légitimité de la domination coloniale qu’il exerce sur le peuple palestinien. Elle est au centre également des recompositions mémorielles et identitaires initiées par les puissances impérialistes dans le cadre des guerres menées au Moyen-Orient. En France, plus particulièrement, le couple antisémitisme/Shoah est instrumentalisé pour stigmatiser et mettre au pas les populations issues de l’immigration, ainsi que pour jeter la suspicion sur tout le mouvement pro-palestinien. Comment accepter que le génocide massif dont les juifs ont été les victimes au cours de la Seconde guerre mondiale soit ignoblement exploité tant du point de vue des victimes juives que de celui des Palestiniens qui en subissent les retombées ? Pourtant, dès l’effondrement du nazisme, certains philosophes de gauche ont vu dans ce génocide une condamnation de la Modernité. Des anticolonialistes comme Aimé Césaire à travers cette réflexion « où Hitler a-t-il appris le racisme ? » ont quant à eux établi une filiation nette entre la traite atlantique, le colonialisme occidental et le nazisme. Ces deux pistes de réflexion nous paraissent devoir être prolongées et approfondies dans le cadre de l’effort nécessaire pour déconstruire la Shoah comme « religion civile du monde occidental » (Enzo Traverso) et replacer la dénonciation du génocide nazi dans le cadre d’un projet décolonial, critique de la Modernité. PIR 17 janvier 2012.

     

    On n’ira pas jusqu’à dire que la proximité langagière du PIR et des fachos « old fashioned » est une proximité politique, ni qu’elle est une résurgence de l’alliance passée autrefois entre Hitler le mufti de Jérusalem. Et il est probable que s’ils en avaient les moyens ils s’extermineraient l’un, l’autre. Leurs points communs vont au-delà du langage, ce sont deux courants ultra minoritaires qui n’existent que par la complaisance qu’ils trouvent d’un côté ou de l’autre pour faire la démonstration de leur existence. A l’heure actuelle les provocations de Lesquen ne trouvent plus guère de clients, ni dans les médias, ni dans la société civile. Par contre les provocations des Imams radicaux ou les provocations du PIR au contraire ont des relais nombreux et variés. Houria Bouteldja qui ne représente rien est invité en permanence à déverser sa haine dans les médias. Le Parti Communiste Français en totale décomposition donne aussi une résonnance au PIR. Plus sophistiqués les réseaux de Tariq Ramadan qui a réussi à se faire passer pour un universitaire, lui permettent de donner une version soft des discours de haine qui sont tous les jours déversés dans les mosquées salafistes radicalisées. C’est cette question qui a mon avis est la plus préoccupante et qui fait d’un certain nombre de sociologues comme Fassin, Liogier, ou des personnages comme Plenel, des intellectuels sans envergure et sans public véritable, des personnages caricaturaux  sortis tout droit du livre de Houellebecq, Soumission. Si nous devons lutter contre le fascisme, il ne s’agit pas de circonscrire celui-ci qu’au cercle des fascistes blancs et vieillis sous le harnais, mais d’y inclure aussi les islamistes radicaux et leurs soutiens.  

     



    [1] On dit qu’elle serait origine guatémaltèque. En tous les cas question de pureté de la race, on repassera. Nous on s’en fout, bien sûr, mais enfin, on note que ça fait un peu désordre tout de même.

    [2] Il milite pour un racisme républicain

     https://lesquen2017.com/2016/03/24/racisme-republicain/

    [3] http://www.lexpress.fr/actualite/societe/aimer-la-musique-c-est-le-diable-la-fachosphere-deterre-une-video-d-un-imam-salafiste_1719228.html

    [4] http://www.liberation.fr/france/2016/02/08/pourquoi-ces-5-imams-cartonnent-sur-youtube_1429862

    [5] http://www.liberation.fr/france/2015/05/13/jean-marie-le-pen-florian-philippot-et-le-lobby-gay_1308576

    [6] On fait remarquer que les négationnistes du type Faurisson ou Garaudy ont un grand succès dans les pays musulmans où est enseigné la haine du juif et d’Israël.

    [7] Cette idée est appuyé d’ailleurs par des personnages extravagants qui ont des origines juives ce qui est toujours du pain béni pour les fascistes et les islamo-fascistes. Eric Hazan a publié ainsi en 2001 l’ouvrage de Norman Finkelstein, L’industrie de la Shoah. C’est lui aussi qui a publié le livre de Houria Bouteldja, Les Blancs, les Juifs et nous : vers une politique de l'amour révolutionnaire, La Fabrique, 2016. Houria Bouteldja a inventé aussi le terme de « souchien » jeu de mots puisque par homophonie on peut entendre « sous chien ». Si le terme souchien renvoie péjorativement au « Français de souche », il faut rappeler que dans la culture musulmane, le chien est tellement méprisé et maltraité qu’on traite souvent les juifs de « moins qu’un chien » - soit de sous chien. C’est évidemment un terme à connotation raciste, seul Eric Hazan semble ne pas s’en être aperçu !

    [8] http://www.marianne.net/militante-du-parti-indigenes-republique-felicite-les-auteurs-attentat-tel-aviv-100243503.html

    « Scénarios pour 2017Retour sur le bilan de François Hollande (I) : l’économie de la France »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :