• L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger

     L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger

    Qui soutient les Catalans ? 

    Quand il y a un mouvement politique qui échappe à notre entendement, en général on commence par accuser « la main de l’étranger ». C’est une manière comme une autre de dénier toute fondement sérieux à ces mouvements. Récemment c’est devenu une manie que de voir la main de la Russie derrière tout ce qui contrarie le raisonnement libéral qui nous mènerait vers un avenir radieux. On a ainsi dénoncé les manœuvres de la Russie derrière l’élection de Trump, on ne se contente pas de dire que Poutine souhaiterait qu’Hillary Clinton soit battue comme Le monde[1], on avance que les Russes auraient manipulé l’opinion américaine par l’infiltration des réseaux qui l’opinion[2]. Mais aussi qu’ils seraient intervenus pour infléchir le référendum britannique dans le sens d’un Brexit qui les favoriserait[3]. On a vu également la main de Moscou dans la montée du Front National[4]. Avançant même que c’était Poutine qui le finançait. L’humanité, journal officiellement communiste, longtemps financé par Moscou, semblait jaloux de cette sollicitude[5]. Voilà maintenant que le site très peu sérieux Atlantico nous explique aussi que la Russie est derrière le mouvement d’indépendance catalan[6]. 

    L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger 

    Pour soutenir ce raisonnement, l’auteur – l’obscur Laurent Chalard qui travaille pour un think tank européen, mondialiste et européiste European Center for International Affairs – exhibe une carte qui a été produite par le site Suptnik & pogrom. Ce site est ouvertement anti-poutinien, mais Chalard suppose que les sbires de Poutine utilisent cette carte pour comprendre et accentuer la confusion en Europe. L’intérêt de la Russie serait de diviser l’Europe dans un morcellement de régions ingouvernables pour éviter que les sanctions économiques continuent de peser sur elle. On retrouve la même idée dans le journal espagnol El pais qui laisse entendre que sans l’ingérence russe le mouvement indépendantiste catalan n’existerait pas[7] ! Les Russes qui sont des experts en informatiques diffuseraient des fausses informations sur les réseaux sociaux et fausseraient les résultats électoraux. Je passe sur le fait que Chalard croit que tous ces mouvements indépendantistes sont d’une importance plus ou moins égale. Le mouvement occitan en France n’a aucune prise sur le sud de la France et n’a aucune chance de devenir un parti important dans le futur.

    Plus récemment c’est Israël qui est dénoncé comme à l’origine des désordres politiques de la planète. Certes les Juifs ont l’habitude d’être dans cette position, mais là ils le sont à propos de la Catalogne. Cette thèse est développée par Alain Soral toujours à la recherche d’un complot juif[8], et aussi par des mouvements pro-palestiniens[9]. L’extrême droite dure avance que c’est le milliardaire George Soros qui est derrière le mouvement d’indépendance catalan[10]. Etant juif et financier, il a évidemment tout le profil d’un bouc émissaire. Mais ceux qui le dénoncent oublient qu’auparavant Soros soutenait Hillary Clinton, on le dénonçait comme un financier du mouvement anti-Trump[11] ! On ne voit pas très bien la logique géopolitique dans tout cela. Puisque s’il y a une alliance entre les Catalans, les Juifs, Trump et Poutine, on ne voit pas pourquoi elle fonctionnerait en Catalogne et pas pendant les présidentielles aux Etats-Unis, d’autant qu’Israël est en même temps accusée de soutenir Trump[12].  

    L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger

    Certains souverainistes comme François Asselineau considèrent que le mouvement indépendantiste catalan est au contraire mené de longue main par l’Union européenne pour affaiblir les Etats nationaux et avancer vers la constitution d’une Europe des régions où les nations n’existeraient plus[13]. C’est attribué plus d’intelligence à la Commission européenne qu’elle n’en a. L’Europe n’a pas besoin d’une Europe des régions, elle préfère certainement une Europe des Etats, à condition que ceux-ci soient vidés de leur substance et que les vraies décisions économiques et politiques soient prises par Bruxelles ou par Berlin. C’est d’ailleurs le sens des propositions de Macron[14] que les Allemands ont déjà rejetées. Mais la bureaucratie européiste s’est déjà rangée derrière Madrid, contre Barcelone et l’a fait savoir. Le terne Moscovici a relayé les propos de Macron[15], s’il a fait l’impasse sur les violences du gouvernement de Rajoy, il ne s’est pas privé de reprendre l’idée que la Catalogne n’existait pas. Du reste dans la logique pos-démocratique de l’Union européenne, les référendums ne servent à rien. 

    Paresse intellectuelle 

    En vérité, si on va chercher des explications aussi contradictoires à un mouvement populaire, c‘est à la fois parce qu’on veut en minimiser la portée, et parce qu’on ne sait pas l’analyser. L’analyse politique commande d’abord de comprendre les motivations d’un mouvement. Si le séparatisme semble l’emporter en Catalogne, c’est d’abord la conséquence d’une crise économique mondiale qui n’a jamais été résolue. En effet, si la situation économique de l’Espagne était très prospère le « vivre ensemble » serait plus facile à construire, même si je n’ignore pas que la culture, la langue catalane et l’histoire sont aussi des facteurs qui poussent vers la dissolution de l’Espagne. C’est bien parce que la situation économique s’est aussi détériorée en Catalogne que d’être rattaché à l’Espagne est considéré aussi comme un boulet. C’est ce qu’on appelle hâtivement « l’égoïsme catalan »[16]. Pourtant cet égoïsme catalan ne saurait être comparé à l’égoïsme allemand qui refuse toutes les formes de transferts quelles qu’elles soient, aussi bien vers les Landers de l’Est que vers les pays du sud de l’Europe et qui s’appuie au contraire sur une croissance solide et un faible chômage.

    L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger 

    La question de l’indépendance catalane met le doigt d’abord sur la faillite de l’Union européenne et son projet libéral. Et cela pour deux raisons. La première est anecdotique. Juncker en tant que président de la Commission européenne a annoncé qu’il reconnaitrait les résultats du référendum quels qu’ils soient[17]. Mais quelques jours après la Commission par la voix de Moscovici semblait indiquer le contraire[18]. Au-delà de cette cacophonie, finalement assez habituelle quand il s’agit des institutions européennes, il y a quelque chose de bien plus grave. C’est qu’elles ont, par leur action, déconsidéré les Etats membres en les dépossédant de toute autorité réelle. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que la Catalogne s’engouffre dans cette brèche. Et c’est sans doute aussi ce défaut d’autorité qui encline l’Etat espagnol à user de la violence pour masquer son impuissance à gouverner pour le bien des Espagnols. Au fond les tendances indépendantistes qu’on rencontre un peu partout en Europe sont la conséquence de l’échec de la politique intégrationniste qui a conduit à la décomposition des économies européennes et de leur tissu social.

    Mais l’Union européenne ne va pas pouvoir toujours jouer les Ponce Pilate en s’abritant derrière un juridisme pointilleux qui pour l’instant la fait se ranger derrière Rajoy. En effet, non seulement il va bien falloir qu’elle dise quelques choses si la violence gouvernementale continue de l’appliquer, soit en envoyant la Guardia civile, soit en asphyxiant la région sur le plan financier, ou encore en procédant à la dissolution du parlement catalan. Car au juridisme de Madrid s’oppose un autre principe juridique, celui définit par la Charte des Nations Unies qui définit clairement le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais qui ne dit pas ce qui se passe si ce principe une puissance tutélaire refuse de l’appliquer.  Si on ne veut pas subir de nouveau une dictature en Europe, il

      

    Mais l’Union européenne est défaillante aussi quand elle dit refuser de s’immiscer dans les affaires espagnoles, alors même que la Catalogne demandait une médiation de l’Union européenne. Elle entérine de ce fait sa détestation des consultations populaires et particulièrement des référendums. En persistance dans la voie d’un modèle libéral qui ne profite finalement qu’à la seule Allemagne, l’Union européenne continue de se vautrer dans la crise économique, mais la double d’une crise institutionnelle sans précédent. Il n’y a finalement que des mauvaises solutions : si la Catalogne gagne son indépendance, les difficultés commenceront pour l’Europe qui devra examiner sa demande d’adhésion, si au contraire elle n’aboutit pas à fonder sa république et qu’elle doive subir le joug de la monarchie de Madrid, ce sera pire encore car les Catalans n’auront plus rien à attendre de l’Europe et risquent d’être tentés par l’aventure à laquelle Madrid cherche manifestement à les pousser.

    L’indépendance de la Catalogne et la main de l’étranger

     

     


    [1] http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/11/05/les-russes-choisissent-donald-trump-candidat-de-la-paix_5025991_829254.html

    [2] http://www.huffingtonpost.fr/2016/12/10/la-russie-a-aide-donald-trump-a-gagner-lelection-avec-laide-de-wikileaks_a_21624762/

    [3] http://www.lejdd.fr/International/Europe/Brexit-Moscou-se-frotte-les-mains-793145

    [4] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/24/marine-le-pen-recue-par-vladimir-poutine-a-moscou_5100247_4854003.html

    [5] https://www.humanite.fr/les-dessous-de-largent-russe-du-front-national-570375

    [7] https://politica.elpais.com/politica/2017/09/22/actualidad/1506101626_670033.html

    [8] https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Catalogne-se-tourne-vers-Israel-pour-preparer-son-independance-47925.html

    [9] http://soutien-palestine.blogspot.fr/2017/10/israel-va-t-il-aider-la-catalogne.html

    [10] http://reseauinternational.net/george-soros-finance-lindependantisme-catalan/

    [11] https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-tactique-de-George-Soros-pour-contrer-Trump-38320.html

    [12] http://www.lepoint.fr/monde/pour-israel-l-election-de-donald-trump-est-une-bonne-nouvelle-10-11-2016-2082160_24.php

    [13] https://www.upr.fr/actualite/entretien-n49-partie-2-referendum-lindependance-de-catalogne-questions-diverses

    [14] http://in-girum-imus.blogg.org/les-propositions-de-macron-pour-relancer-l-europe-a131937298

    [15] http://www.francetvinfo.fr/monde/espagne/referendum-en-catalogne/catalogne-l-union-europeenne-ne-connait-qu-un-etat-membre-qui-est-l-espagne-rappelle-pierre-moscovici_2404364.html et aussi http://www.leparisien.fr/politique/referendum-en-catalogne-macron-soutient-le-gouvernement-espagnol-02-10-2017-7302768.php

    [16] https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Catalogne-legoisme-economique-sajoute-lenvie-liberte-2017-10-02-1200881373

    [17] https://www.euractiv.fr/section/politique/news/catalonian-independence-juncker-ventures-into-unchartered-waters/

    [18] http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/05/pierre-moscovici-la-catalogne-independante-ne-serait-pas-membre-de-l-union-europeenne_5196695_823448.html

    « Macron injurie les chômeursMacron aggrave son cas »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :