• L’affaire De Rugy et ce qu'elle révèle de la corruption en France

     L’affaire De Rugy et ce qu’il révèle de la corruption en France

    On savait depuis longtemps que François De Rugy, écolo en peau de lapin, et petit magouilleur, était une canaille. Peut-être pas plus pourri que les autres ministres de la Macronie, mais enfin, certainement pas moins. On serait bien en peine de trouver une action positive de sa part pour la défense de l’environnement, ce qui normalement est du ressort de son métier de ministre. Nous apprenons grâce à Médiapart que cet antipathique et sa femme – « journaliste » à Gala – organisaient des dîners fins avec leurs amis sur le compte des contribuables[1]. Tout le monde joue la carte de l’indignation et les journaux détaillent à qui-mieux-mieux la somptuosité des dîners que cet aristocrate fin de race – il est un descendant de la famille Goullet de Rugy ce genre de famille qui a acheté sa particule il y a quelques siècles, en solde. Et donc il y avait du homard, des vins fins, et des tas de domestiques pour servir cette canaille qui se gobergeait sur notre compte. Evidemment tout le monde est indigné – sauf les macroniens bien sûr – mais cependant ces dîners soulèvent bien des questions. La première est celle-ci pourquoi est-ce Médiapart qui dénonce cette ahurissante gabegie, et pas Le monde ? En effet les journalistes du Monde qui sont très bien introduits auprès des macroniens, savaient parfaitement de qui se passait sous les ors du palais de Lassay. Autrement dit, Le monde, Le Parisien, Le Figaro et les autres ne sortent l’information qu’une fois que Médiapart l’a révélée, lorsqu’ils ne peuvent plus faire autrement[2]. Ce retard signifie simplement qu’ils n’ont pas voulu faire de la peine à Macron le président-fou et à son entourage. Le rôle douteux des « journalistes » est révélé par le sinistre Aphatie qui justement s’est retrouvé à la table du soi-disant ministre de l’écologie. Voilà ce que dit ce « journaliste » qui n’aguère n’avait pas de mots assez durs pour attaquer les gilets jaunes : « J’ai hésité à y aller parce que si le déjeuner est un espace de travail, le dîner est un espace ambigu. (…) J’ai vite compris que cela n’avait pas beaucoup de sens d’être là pour moi. Ce n’est pas un dîner de travail. Et si c’était à refaire, non, je ne le referais pas. » Il reconnait ainsi qui ces dîners ne servaient strictement à rien d’autre qu’à se faire plaisir dans l’entre-soi d’une bourgeoisie arrogante et sans morale. Ce faisant Apathie montre que De Rugy est un menteur. En effet celui-ci pour se défendre à repris l’antienne macronienne du « j’assume ». Avançant que certes il s’agissait de dîners somptueux, mais que c’était aussi des sortes de réunions de travail, une manière de prendre le pouls de la France d’en bas ! « J’assume que ma femme ait pu participer, je défendrai ma femme. Nous n’avons rien à nous reprocher (…). [Quant aux invités], ce ne sont pas des amis, certains nous les connaissions, d’autres pas (…), c’est ça le propre d’avoir des relations de travail. ». On dirait Fillon défendant les emplois fictifs de Pénélope.  

    L’affaire De Rugy et ce qu’il révèle de la corruption en France

    En vérité on apprend que ces dîners avec des bouteilles de grands crus à 500 ou 1000 € étaient organisés par sa femme – « journaliste » à Gala, on est prié de ne pas rire. Celle-ci se prenant pour Brigitte Trogneux avait décidé d’exister en dépensant sur le compte des plus pauvres dans un luxe de parvenus. Mais que De Rugy soit une canaille sans principe et sans honneur, on le savait déjà. Et nous savons que le politicien honnête est une espèce très rare dont tout le monde parle, mais que personne n’a vue ! Peut-être bien que ça existe au fond, mais on n’en sait rien. Mais en termes de gabegie, De Rugy ne fait que suivre l’exemple des Macron. Non seulement on connait les goûts dispendieux de Brigitte Trogneux en matière de vaisselle et de moquette – elle nous coût un pognon de dingue alors qu’elle n’est rien, même pas mal élue comme son petit mari – mais on connait aussi que le ministre de l’économie Emmanuel Macron dépensait sans compter en dîners d’apparat pour faire sa promotion pour les présidentielles[3]. L’exemple vient donc de haut, et si De Rugy se fait virer, il pourra toujours évoquer le précédent du président-fou. Les ors de la République font rêver les cons, et bien sûr ces rêves moisis ne passent pas auprès du peuple à qui on enjoint jour après jour de se serrer la ceinture pour rembourser la dette, pour protéger la planète. Mais en vérité on se serre la ceinture pour permettre à cette caste de rats d’égouts de se goberger. ?  

    L’affaire De Rugy et ce qu’il révèle de la corruption en France

    Mais le scandale de De Rugy ne s’arrête pas là. Il touche directement une autre canaille : sa directrice de cabinet – dircab en macronien moderne – bénéficiait d’un logement HLM à Paris alors qu’elle ne l’habitait pas ! Nous apprenons que cette farce a duré 12 ans, entre 2006 et 2018[4]. Ce nouveau tolé après celui des dîners à l’hôtel de Lassay a contraint De Rugy a demander la démission de Nicole Klein. Que ce soit De Rugy ou Nicole Klein, nous voyons que ceux qui sont sensés servir le bien public sont plutôt dans la situation de se servir. Ce n’est pas le premier scandale de ce type qu’on rencontre dans la gestion du parc des HLM de Paris. On avait eu par exemple le cas d’Alain Juppé qui avait non seulement demandé et obtenu un HLM pour son fils Laurent, pilote de ligne, mais qui en plus avait réclamé un rabais de 1000 francs sur le loyer, c’était du temps où Alain Juppé, qui n’en est pas à une casserole près, était secrétaire général de la mairie de Paris[5]. Alain Juppé avait par ailleurs ordonné de faire pour plus de 380 000 francs de travaux dans le logement destiné à son fils. Il y a donc une vieille manie chez les politicards d’utiliser comme bon leur semble l’argent public. Mais revenons à De Rugy, il y a encore une troisième affaire : De Rugy a commandé pour 63 000 € de travaux dans ses appartements de fonction, argant qu’on n’avait pas refait la salle de bains depuis une quinzaine d’années[6]. Pour ma part je n’ai pas d’argent pour refaire ma salle de bains tous les quinze ans. De Rugy souligne d’ailleurs que ce qu’il a fait est légal. On n’en doute pas, comme ce que fait Macron quand il change la vaisselle de l’Elysée pour 500 000 €. Mais est-ce légitime, au moment où on serre la vis de tous les côtés, notamment aux chômeurs qui sont désignés à la vindicte publique ?

      L’affaire De Rugy et ce qu’il révèle de la corruption en France 

    La préfète Nicole Klein contrainte de démissionner 

    Certes la Macronerie n’a pas inventé le détournement des fonds publics. Ils ne sont pas assez intelligents pour inventer quoi que ce soit, ni même pour imaginer qu’ils vont se faire coincer. Seulement, en tombant en même temps que la crise des gilets jaunes qui joue les prolongations, il apparaît que cet usage des fonds publics est la contrepartie de la lutte des classes : c’est leur butin, leur rémunération en quelque sorte pour les services qu’ils rendent avec zèle à l’oligarchie. Ces gens n’ont pas d’idéologie à part celle de profiter le plus possible du temps qu’ils passeront dans les hautes sphères du pouvoir. La différence d’avec les temps jadis, c’est que ça se voit plus. Si Médiapart n’avait pas sorti cette affaire, on peut douter que les autres journaux l’ait dévoilée, tant les complicités entre la sphère médiatique et les politicards est évidente. On comprend mieux pourquoi la Macronie a hâte de mettre en place un contrôle encore plus strict des journalistes, car si ce genre d’affaires se multiplie, l’idée qu’on peut se débarrasser des politicards va faire encore un peu plus son chemin et par contrecoup celle d’une démocratie directe. L’idée du retour de la guillotine fait son chemin.



    « Pauvre Grèce, la honte de Tsípras, la victoire des abstentionnistesActe XXXV, les gilets jaunes sont toujours là ! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    leodafra
    Dimanche 21 Juillet à 19:02

    Merci pour ce moment de vérité et de drôlerie cinglante pour le pouvoir en place. J'ai presque honte d'avoir ri. Tant le fond de l'affaire est grave et intolérable. Que l'on revive la nuit du 5 aout!

    Danielle G.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :