• L’abstention, sinon rien !

     L’abstention, sinon rien !

    La chasse aux abstentionnistes 

    Depuis plusieurs jours les médias et les réseaux sociaux sont partis à la chasse des abstentionnistes, nous rejouant la partition qui a si bien marché en 2002. L’idée est de nous menacer de mille maux si nous ne votons pas bien, c’est-à-dire pour le petit banquier représentant de la finance internationale et de l’abominable docteur Schaüble en France. Il ne leur suffit pas que leur candidat soit arrivé en tête et que les sondages le donnent largement gagnant pour le second tour, dans une fourchette 60-40, voire un peu plus, ils voudraient encore qu’on vote pour lui, pour lui donner un peu de légitimité alors que nous savons qu’il s’apprète à entreprendre une casse sociale de grande ampleur dès cet été en gouvernant par ordonnances aussi bien pour détruire le droit social, qu’en finir avec le CDI et les trente cinq heures[1]. C’est comme si on nous demandait de voter pour Goldman & Sachs directement ! On remarque d’ailleurs que ce n’est pas le premier banquier que l’oligarchie financière est arrivée à placer au pouvoir : il succède à Mario Monti en Italie et à Loukas Papdimos en Grèce. Ce sont d’ailleurs des hommes qui ont mis en œuvre des réformes structurelles qui se sont révélées désastreuses. L’échec de la politique économique de Macron est déjà programmé. Mais ce n’est pas la question du jour. Parlons de l’abstention.  

    L’abstention, sinon rien !

    Mimer l’antifascisme 

    Ce qu’on nous vend, à travers les médias contrôlés par des milliardaires qui se réjouissent à l’avance de l’arrivée au pouvoir de leur homme lige, c’est que le danger facsiste existe et donc que, même si on ne partage pas les idées de Macron, il garantirait la démocratie et la liberté, contrairement à Marine Le Pen qui s’appliquerait, une fois au pouvoir, à supprimer les libertés fondamentales. La parodie de la lutte antifasciste fait suite à la  parodie de fascisme portée par le Front National.

    Dans cette atmosphère complètement hystérique, les insultes volent bas. On a reproché à Mélenchon de ne pas aller à Canossa suffisamment rapidement, de ne pas donner de consignes de vote à ses troupes, bref de réactivé une ligne brun-rouge. Macron qui voudrait bien récupérer quelques voix de mélenchonistes joue sur cette corde et insulte directement le représentant de la France insoumise[2]. Il ajoute ainsi à l’amertume de la défaite, l’humiliation de tous ceux qui ne croient pas que Macron soit un démocrate grand teint. On a également injurier de la même manière Nicolas Dupont-Aignan parce qu’en bon souverainiste de droite, il rejoint Marine Le Pen[3]. « Répugnant » est le mot que la presse aux ordres a mis en avant pour désigner ce ralliement qui pourtant est dans la logique de la droite souverainiste, et sans doute moins contre nature que le ralliement de la gauche à un vague politicien de la droite la plus réactionnaire qu’on a ripoliné aux couleurs du dynamisme et de la jeunesse.

    Mélenchon qui parfois manque de caractèren, a finalement cédé et annoncé qu’il irait bien voter contre Marine Le Pen, il n’a toutefois pas donné des consignes de vote à ses troupes, sans doute parce qu’il sait que celles-ci ne le suivront pas sur ce terrain[4]. Dans cette farce électorale, on a même vu tous les traîtres patentés du P « S », comme Valls, Delanoë et quelques autres qui ont lâché en plein vol le malheureux Hamon, faire la leçon en avançant que de ne pas appeler à voter pour le banquier de Bolloré et d’Arnault serait une véritable trahison. 

    L’abstention, sinon rien ! 

    Mais au nom de quoi peut on soutenir qu’il est urgent de voter Macron ? L’idée qui est le plus souvent avancée est que Marine Le Pen serait à la tête d’un parti fasciste et liberticide. Même si on peut critiquer violemment ce parti pour ses errements en matière d’antisémitisme et de racisme, et donc même si on ne vote pas pour lui, ce n’est pas un parti fasciste, ni nazi. C’est déjà ce que disait Lionel Jospin du temps du père de Marine Le Pen, personnage pourtant bien plus virulent qu’elle ! Il y a au moins deux raisons à cela :

    - dans son programme il n’y a rien qui annonce une atteinte aux libertés fondamentales ou une sélection racialiste. Hitler avait Mein kampf  qui par exemple annonçait le génocide des juifs.

    - ensuite, le FN n’a aucune milice, fut elle embryonnaire qui pourrait l’appuyer dans un coup d’Etat. Ce n’était évidemment pas le cas d’Hitler. Par exemple, Hitler en 1921 avait créé les SA (sections d’assaut), milice paramilitaire qui comptait en 1933, au moment de sa nomination comme chancelier, 400 000 membres, milices qui lui ont permis de faire avancer son projet de coup d’Etat. Et evidemment ce ne sont pas des membres du Front National qui ont commis des attentats criminels contre les Juifs à l’Hyper cacher. Ceux qui dénoncent à tue tête le fascisme de Marine Le Pen sont bien moins empressés pour dénoncer l’islamo-fascisme qui pourtant a fait pas mal de morts ces derniers temps.

    L’abstention, sinon rien !

    Défilé des SA à Dortmund au moment de la prise du pouvoir par Hitler

    Ce crétin de Delanoë qui ne perd jamais une occasion de se taire a comparé Marine Le Pen à Hitler, allant jusqu’à utiliser des arguments fallacieux pour faire avancer ses idées : il a ainsi ennoncé que l’extrême gauche n’ayant pas voullu voter en 1933[5], cela a profité à Hitler qui a été élu. La ficelle est grossière, d’une part parce qu’Hitler n’a pas été élu par le peuple, son parti est seulement arrivé en tête des élections législatives – comme Marine Le Pen est arrivée en tête au régionales – et ensuite il a fait un coup d’Etat. Je le répêtes une nouvelle fois, je ne protège pas Marine Le Pen et son parti, je ne les soutiens en rien, et je n’ignore pas qu’en son sein il y a de vrais fachos et de vrais nazillons ; mais si les mots on un sens, le parralèle entre Hitler et Marine Le Pen est non seulement faux, mais seulement destiné à donner bonne conscience à ceux qui vont voter pour un valet du grand capital. Macron dans une de ses envolées douteuses dont il a le secret a affirmé que le Front National avait préparé des attentats contre le général De Gaulle. Or le général est mort en 1970 et le Front National a été créé en 1972[6]. Ce type d’amalgame montre le peu de sérieux de cet individu qui s’annonce pour les cinq années à venir comme un nouveau Sarkozy. Ce qui est logique finalement puisque Bolloré après avoir soutenu et adoubé Sarkozy a changé de cheval de bataille et choisi Macron. Tout cela ne veut pas dire bien entendu que le FN est un parti respectable, ce n’est pas mon idée, mais je le répètes encore une fois pour qu’on ne vienne pas me faire un nouveau procès en sorcellerie en me disant que je suis trop doux avec ce parti et que cette mollesse cache des tendances fasciscantes innavouées. Ce dont il s’agit ici c’est de recuser des approximations qui visent à nous faire rentrer dans les clous du bon vote, pour la bonne personne, en nous traitant d’irresponsables. 

    La cause et l’effet 

    La chasse aux abstentionnistes a pris de telles proportions que même des esprits avertis comme François Ruffin se sont laissés prendre à cette propagande douteuse qui attise la peur et ne vit plus que d’elle. Il a renoncé à s’abstenir et va voter pour Macron, tout en promettant d’être un bon opposant. Voilà qui est plus que paradoxal : en effet Macron est aussi le candidat de Bernard Arnault, ce même Bernard Arnault que Ruffin brocardait dans son très bon film Merci patron. Sans doute Ruffin qui veut être élu député dans la Somme veut-il ménager ses arrières et ne pas se couper des électeurs les plus impressionnables qui se seront laissés aller à la peur. Mais la cohérence n’est pas de son côté. En effet, on ne peut pas dire d’un côté que la montée du FN est la conséquence des politiques libérales prônées par Bruxelles et mises en musique par Sarkozy, Hollande ou encore Macron, et de l’autre légitimer ces mêmes politiques en votant pour son représentant le plus zélé. Combattre prioritairement le FN en arguant de sa dangerosité, c’est confondre la cause avec l’effet : en soutenant Macron on soutient indirectement les arguments qui ont détourné la colère du peuple vers le FN. L’idée des gens de gauche qui renoncent à s’abstenir est que d’abord on élimine Marine Le Pen et ensuite on s’occupera d’Emmanuel Macron. Cette idée est fausse parce que dès cet été le jeune banquier va mettre en place une politique antisociale qui nous fera regretter à la fois Sarkozy et Hollande ! Comment peut on penser sérieusement qu’en votant pour Macron on supprimera les causes de la montée du FN ? C’est exactement l’inverse, on voudrait pousser les ouvriers dans les bras de Marine Le Pen qu’on ne sy prendrait pas autrement ! 

    L’abstention, sinon rien ! 

    Il est cocasse de voir ceux qui ont voté pour Hamon et qui ont donc empêché Mélenchon de figurer au deuxième tour, venir donner des leçons d’éthique politique ! Dans cette conjuration des imbéciles, on a vu ressortir tout le ban et l’arrière ban de la marchandise culturelle pour nous culpabiliser d’aller bien voter. Les injures ont volé bien bas. Mais que vaut la parole de crétins patentés comme Luc Besson, Mathieu Kassowitz, Benjamin Biolay, ou d’autres peoples de cet acabit face à ce que peuvent penser et ressentir les classes pauvres, les exclus, ceux d’en bas qui vont se faire tondre dans les grandes largeurs par Macron et sa clique ? Cette posture morale de la France d’en haut ne leur coûte rien après tout Macron n’a-t-il pas promis de supprimer l’ISF[7] ?

    Ce mauvais positionnement des personnalités de gauche indique clairement pourquoi les ouvriers ne votent plus pour elles. Et ensuite on se plaint que la gauche disparaîtrait : non la gauche et ses idées de base ne disparait pas, ce sont les partis de gauche et les personnalités politiques de gauche qui ne sont plus à l’écoute depuis longtemps de la France d’en bas. 

    L’abstention, sinon rien ! 

    On a vu aussi le journal Marianne se lâcher pour Macron, oubliant le peu d’indépendance d’esprit qui lui restait : comme Marine Le Pen et le FN attaque Macron en rappelant qu’il est banquier, le journaliste très dévoué à la cause macronienne suggère qu’il s’agit là d’un racisme larvé[8] ! Mais non, il faut arrétez de déconner, les banquiers ne représentent pas une race, mais non, la banque n’est pas un métier comme un autre, et il serait temps de revenir à un contrôle étatique sur ce métier curieux, tandis qu’aujourd’hui c’est bien la banque qui contrôle l’Etat ! Je glisse pudiquement sur la récupération de la Shoah à des fins électorales, Macron posant gravement devant les photographes pour confirmer qu’il est concerné par le fascisme et qu’il lui fera barrage de ses petits poings s’il le faut[9]. La ficelle est grossière, la démarche répugnante[10].

     

    Conclusion, Le mot d’ordre reste l’abstention. 

    Je reste sur mes positions antérieures, je ne voterais ni pour Le Pen, ni pour Macron. Je persiste à dire que Macron n’est pas plus démocrate que Marine Le Pen, son idée de gouverner par ordonnances pour détruire ce qu’il reste du droit du travail me le confirme. Thomas Piketty qui est un bon statisticien, mais rien de plus, est mal armé intellectuellement. Lui qui a appelé à voter Hamon au premier tour et qui a donc contribué à l’élimination de Mélenchon, appelle maintenant à voter Macron[11], avec l’argument stupide selon lequel plus le score du petit banquier sera élevé et moins il aura de liberté pour agir. Cet argument est archi-faux et l’élection triomphale de Jacques Chirac avec plus de 82% des suffrages exprimés le démontre, contrairement à ce qu’on avait dit à l’époque, ce score fleuve l’a encouragé à mener sa politique pourrie qui a été poursuivie ensuite par Sarkozy et Hollande. Je pense pour ma part que c’est l’inverse, une victoire étriquée de Macron et un fort taux d’abstention, non seulement signifierit clairement que nous ne voulons ni de l’un, ni de l’autre, mais nous préparerait à la lutte sociale qui va s’annoncer difficile dans les mois qui viennent. Comme mot de la fin j’ajouterais qu’on ne peut pas être mélenchoniste et viser à plus ou moins long terme la transformation du système politique et valider celui-ci à court terme en entrant dans la logique d’un choix qui n’en est pas un ! Restons optimiste car Macron est le dernier choix d’un système à bout de souffle qui a épuisé les charmes de la fausse alternance, et mobilisons nous pour les luttes à venir ! 

    L’abstention, sinon rien !

     

     

     


    [1] http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-pour-macron-la-loi-travail-est-arrivee-trop-tard-dans-le-quinquennat-7788318508

    [2] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/28/pour-emmanuel-macron-jean-luc-melenchon-a-trahi-les-siens_5119786_4854003.html

    [3] http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170429.OBS8734/trahison-repugnant-le-ralliement-de-nicolas-dupont-aignan-vivement-critique.html

    [4] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/29/jean-luc-melenchon-sort-du-silence-mais-ne-donne-pas-de-consigne-de-vote_5119846_4854003.html

    [5] http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/28/delanoe-fait-un-parallele-entre-la-presidentielle-et-la-victoire-nazie_a_22059500/

    [6] http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/27/emmanuel-macron-accuse-marine-le-pen-de-diriger-un-parti-qui-a_a_22058840/

    [7] http://www.atlantico.fr/decryptage/christophe-guilluy-posture-anti-fasciste-superiorite-morale-france-en-haut-permet-en-realite-disqualifier-tout-diagnostic-social-3031677.html

    [8] https://www.marianne.net/politique/le-banquier-d-affaires-insensible-ce-vieux-cliche-antisemite-que-marine-le-pen-recycle

    [9] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/30/au-memorial-de-la-shoah-emmanuel-macron-fustige-le-negationnisme-dans-lequel-certains-trouvent-refuge_5120380_4854003.html

    [10] http://www.lemondejuif.info/2017/04/finkielkraut-a-propos-de-macron-memorial-de-shoah-cette-visite-mis-colere-cest-fils-de-deporte-moi-hurlait/

    [11] http://www.liberation.fr/debats/2017/04/28/thomas-piketty-plus-le-score-de-macron-sera-fort-plus-il-sera-clair-que-ce-n-est-pas-son-programme-q_1566141

    « L’élection présidentielle et le cas Marine Le PenLes élections et la défense des libertés des travailleurs »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :