• Gallimard et la publication « des pamphlets » de Céline

    « …il faut rendre la honte plus

    Honteuse  en la livrant à la publicité »

    Karl Marx, Contribution à la critique

    de la philosophie du droit de Hegel

      Gallimard va republier « les pamphlets » de Céline

    Il se murmure que les écrits pro-nazis de Céline vont être republiés par Gallimard. La veuve de Céline qui va avoir 105 ans vient de donner son accord, et c’est François Gibault, ancien avocat d’extrême-droite, mais aussi exécuteur testamentaire de Céline, qui s’en occupe. C’est presqu’un non-événement parce qu’en réalité ces textes sont depuis longtemps disponibles sur Internet, et même en version papier. Se sont souvent des éditions pirates, les originales se vendant au prix de l’or, mais depuis peu, depuis 2012, il existe une édition canadienne dite « critique », parue aux Editions 8. Il est donc un peu tard pour s’en indigner. Tous ceux qui s’intéressent à cet écrivain, y compris comme moi en le considérant comme un ennemi du genre humain, ont lu ces textes.  On prétend que ces textes ne sont pas interdits à la publication, ce serait seulement la volonté de Lucette de ne pas les publier pour ne pas faire de polémique – en vérité pour ne pas gêner le statut de grand-homme de lettre de son mari. Pour quiconque les a lus, il est évident pourtant que ces textes orduriers, racistes et nazis tombent directement sous la loi Gayssot. Et donc s’ils n’ont pas été interdits, c’est parce que personne n’avait ouvertement manifester la volonté de les interdire.  Il se pourrait d’ailleurs qu’une telle republication tombe sous le coup de la loi, si quelqu’un s’avisait de porter plainte. Essayez d’écrire ce genre de truc aujourd’hui, et vous irez en taule.

    Gallimard va republier « les pamphlets » de Céline  

    Il y a les imbéciles de profession comme Sollers qui considèrent que si l’on excepte le sujet développé dans les « pamphlets » de Céline – la haine des Juifs et la demande de leur éradication – ces textes sont les plus beaux qu’il ait écrit. L’imbécilité décadente de cet histrion des lettres modernes va tellement loin qu’il avance que Céline n’aurait pas été un propagandiste de l’Allemagne nazie[1]. C’est pourtant un secret de Polichinelle : Céline était comme on dit cul et chemise avec l’Occupant, il faisait tout pour leur plaire ainsi que l’ont montré Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff dans Céline, la race, le Juif, et de cette position il en tirait des avantages importants[2]. Mais déjà en 1937 dans Bagatelles pour un massacre, il se rangeait sous la bannière hitlérienne et demandait ouvertement l’extermination des Juifs[3]. Il faut savoir avant d’aller plus loin, que de son vivant, c’est bien Bagatelles pour un massacre qui est l’ouvrage qui s’est le mieux vendu, très loin devant Voyage au bout de la nuit. Cet ouvrage lui a rapporté une petite fortune qu’il a convertie en pièces d’or qu’il a planqué au Danemark. Et c’est ce succès de librairie qui l’a encouragé à continuer dans cette voie. Car Céline écrivait d’abord pour faire de l’argent, c’est lui-même qui le disait, et quoi qu’il soit aussi menteur qu’avare, on n’a aucune raison de ne pas le croire. Or dans cette époque troublée, c’était l’écrit antisémite et pronazi qui rapportait[4]. Céline savait pertinemment qu’il avait été un agent de propagande nazi, c’est pourquoi il est parti en courant, « la merde au cul » pour se réfugier au Danemark, là où il avait planqué son or. Sans cette fuite éperdue, facilitée d’ailleurs par les Allemands qui le connaissaient comme un éminent collaborateur, un idiot utile de leur sombre cause, il aurait été fusillé, et sans doute qu’on n’en causerait pas aujourd’hui.

    Un texte vient d’être publié sur les conditions qui devraient présider à une réédition des « pamphlets », texte signé entre autres par Pierre-André Taguieff, Annick Durrafour et Serge Karsfeld[5]. Je me sens en désaccord cependant avec ce texte sur plusieurs points :

    - d’abord parce que s’il est bon de publier une édition critique, ce n’est pas ça qui fera changer d’avis les imbéciles. On n’a pas à protéger les lecteurs de leur interprétation malsaine de textes idiots à tendance criminelle. Il faut rappeler un peu plus souvent que cela n’est fait que Céline s’est inscrit dans cette mouvance intellectuelle qui visait d’abord à justifier le génocide des Juifs.

    - ensuite parce que dans ce texte il est dit que Céline a un grand talent, un style si vous voulez, et donc qu’il se sert de ce merveilleux outil pour faire passer des idées répugnantes et condamnables par les tribunaux. Cette fable du talent de Céline qu’on se traîne depuis cinquante ans, c’est le même Céline qui l’a mise en scène depuis son retour d’exil. A travers ses gémissements, bien orchestrés par les pétainistes recyclés, il est arrivé à faire croire qu’il était un grand écrivain persécuté. Il n’a jamais été persécuté et pour son élargissement à son retour du Danemark, il le doit bel et bien à des réseaux d’extrême droite qui se sont mis en quatre pour lui sauver la peau. Mais il n’a jamais été non plus un grand écrivain. Quand on lit les ordures qu’on appelle pudiquement pamphlets, c’est du Dieudonné en pire.

     Gallimard va republier « les pamphlets » de Céline 

    Extraits de Bagatelles pour un massacre, pris au hasard : 

    « Je dois dire qu’avec le Popol on est tout de même tombé d’accord, on a conclu : C’est des vampires ! Des saloperies phénoménales, faut les renvoyer chez Hitler ! En Palestine ! En Pologne ! Ils nous font un tort immense ! On ne peut plus les garder ici !... Surtout que Popol, en parenthèses, il venait de subir un dur échec, son chef-d’œuvre refusé tout net par la Ville, un magnifique paysage, pour l’Exposition, tous les Juifs avaient fait florès, lui seul restant sur le sable... »

     

    « Mais si Hitler me disait : " Ferdinand ! C’est le grand partage ! On partage tout ! " Il serait mon pote ! Les Juifs ont promis de partager, ils ont menti comme toujours... Hitler il me ment pas comme les Juifs, il me dit pas je suis ton frère, il me dit " le droit c’est la force " : Voilà qui est net, je sais où je vais mettre les pieds, Je me fais miser, ou je me tire... Avec les Juifs c’est tout sirop... tout manigances...insinuances... gonzesseries... cancans, frotti-frotta... boomerang, harach-loucoums... On sait plus ce qu’on prend dans la bouche, si c’est une bite ou une chandelle... » 

    « Il aime pas les Juifs Hitler, moi non plus !... Y a pas de quoi se frapper pour si peu... C’est pas un crime qu’ils vous répugnent... Je les répugne bien moi, intouchable !... Les Juifs à Jérusalem, un peu plus bas sur le Niger, ils ne me gênent pas ! Ils me gênent pas du tout !... Je leur rends moi tout leur Congo ! Toute leur Afrique !... »

     

    Comme on le voit c’est d’une médiocrité affligeante, geignard et sans style. C’est une offre de service honteuse à l’Allemagne hitlérienne, obséquieux à vomir. Mais laisser croire qu’il y a du talent là-dedans, c’est faire une double erreur, d’abord en justifiant par le talent littéraire la publication de n’importe quelle ordure graffitée par le clochard de Meudon, et ce d’autant que personne ne peut définir réellement ce qu’est le talent. Ensuite c’est consolider l’idée convenue que Céline soit un écrivain de grand talent. Sur ce dernier point je suis en désaccord total avec ceux qui comme Taguieff montrent que dans sa vie réelle Céline était une crapule, veule et lâche, mais que malgré tout il avait du talent. Il est temps de se débarrasser de cette idée reçue et de remettre Céline à sa place, dans les poubelles de l’histoire.

    Personnellement je ne pense pas qu’il faille interdire quoi que ce soit en matière de publication, sauf qu’en laissant passer des écrits de Céline qui tombent pourtant sous le coup de la loi, on établit une sorte de jurisprudence qui ouvre la porte à une réhabilitation de Dieudonné et autres. Il est clair qu’une réédition des ordures céliniens qui font rire ce crétin de Sollers sera l’occasion de s’en prendre encore plus aux Juifs, à un moment où de partout en Europe dans les manifestations pour la Palestine ou pour l’implantation de coutumes musulmanes on entend de plus en plus souvent des « Mort aux Juifs »[6]. Ce que j’aimerais en revanche c’est que des soi-disant intellectuels s’interrogent un peu sur ce qui les fait jouir à la lecture des gémissements de l’avare Céline. En quoi se sentent-ils proches de cette forme particulière de victimisation ? Pourquoi ce style gémisseur les touche-t-il autant ?  

    Gallimard va republier « les pamphlets » de Céline

    A l’heure où on fait semblant de voir et de traquer du fascisme un peu de partout, il est étonnant qu’on soit aussi complaisant avec le nazi Céline. Brasillach qui était moins virulent que lui a été fusillé. Car Céline était un vrai raciste, et il se présentait comme d’ailleurs le chef de file de la pensée racialiste en France. Camoufler cela derrière des blagues de garçons de bains, c’est tout simplement déplacé. Céline est le héros de la vraie extrême-droite, pas celle du FN, mais celle de Radio Courtoisie et du ridicule Henry de Lesquen. On pourra d’ailleurs utilement rapprocher les idées de de Lesquen sur la musique de celles de son maître Céline.

     

    « Cela concerne le Jazz, le Blues, le rock'n roll et bien sûr l'immonde rap. La musique nègre s'adresse à notre cerveau reptilien et provoque un ensauvagement de la culture occidentale. »

    « Le lundi, c'est variété française, le mardi c'est Valse, le jeudi c'est la musique militaire etc... Nous passons même de la gigue écossaise ! C'est une programmation variée qui permet de libérer la jeunesse de la musique nègre. »

    Henri de Lesquen[7] 

    « La seule défense, le seul recours du blanc contre le robotisme, et sans doute contre la guerre, la régression à "pire que cavernes" bien pire, c’est le retour à son rythme émotif propre. Les Juifs circoncis sont en train de châtrer l’Aryen de son rythme émotif naturel. Le nègre juif est en train de faire dégringoler l’Aryen dans le communisme et l’art robot, à la mentalité objectiviste de parfaits esclaves pour Juifs. »

    Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pout un massacre

     On espère que si une édition des « pamphlets » a lieu, elle servira à mettre en lumière toutes les facettes de ce répugnant personnage. Reste à savoir comment on doit appeler ces immondices. L’édition canadienne avance le tire d’Ecrits polémiques. Je crois que ce n’est pas approprié parce que le mot « polémique » renvoie à l’idée de débat certes virulent, mais contradictoire. Or dans les écrits orduriers de Céline, il coupe court à tout débat. Il assène des vérités qu’il ne tient que de lui-même et qui ne se discutent pas. La violence de son discours, le type de fausses preuves qu’il apporte ne peuvent être discutées. C’est du niveau du faux et de l’usage de faux. De nombreux passages sont d’ailleurs inspiré du Protocole des sages de Sion.

    Pamphlet semblerait mieux convenir dans la mesure où ces textes sont plutôt de simples brochures de propagande, sauf que Bagatelles pour un massacre fait presque 400 pages. Les beaux draps, bien que manquant un peu de souffle et ressassant les délires de Bagatelles pour un massacre, dépasse encore 200 pages. Dès qu’on parle de pamphlets, cela fait allusion à une liberté d’expression un peu outrancière, mais à une liberté d’expression. Le mieux serait de les publier sous le titre plus juste de Ecrits de propagande racistes et nazis, de cette façon les lecteurs sauraient très précisément ce qu’ils achètent. 

     

     Gallimard va republier « les pamphlets » de Céline

    « Pour devenir collaborationniste, j’ai pas attendu que la Kommandatur pavoise au Crillon... On n’y pense pas assez à cette protection de la race blanche. C’est maintenant qu’il faut agir, parce que demain il sera trop tard. […] Doriot s’est comporté comme il l’a toujours fait. C’est un homme… il faut travailler, militer avec Doriot. […] Cette légion (la L.V.F.) si calomniée, si critiquée, c'est la preuve de la vie. […] Moi, je vous le dis, la Légion, c'est très bien, c'est tout ce qu'il y a de bien. »

    L'émancipation nationale, 21 novembre 1941

     

    Mais Gallimard a par avance opposé une fin de non-recevoir à ceux qui lui demande de traiter ces textes comme autre chose que de la littérature[8]. C’est peut-être là que se situe le véritable scandale, plutôt que dans la réédition de textes que tous les nazis possèdent déjà.

     

    Pour le reste,  et quoi qu'en ai dit les célinolâtres béats, Céline était bien un agent stipendié des nazis, ainsi que le montre Annick Durrafour dans le reportage suivant. Quand les communistes et Sartre accusaient Céline d'être un agent de propagande nazi, il était de bon ton d'hausser les épaules. On voulait bien admettre qu'il était un peu timbré, quoique génie littéraire, mais pas qu'il était vendu et collaborateur. Des imbéciles comme Henri Godard avançait toujours la même chanson qu'il était aussi anti-juif qu'anti-allemand. C'est totalement faux, il n'a échappé à l'exécution que de justesse et parce qu'on a caché pendant longtemps les preuves de son ignominie, de son avarice et de sa lâcheté.

    Céline en plus d'avoir écrit ce qui certainement fait partie des pires horreurs qui aient été écrites sur les Juifs, a collaboré avec l'ennemi nazi en tant qu'agent du SD, service de sécurité de la SS.

     

    PS : Aux dernières nouvelles Gallimard renoncerait à publier les écrits nazis de Céline : http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/01/11/gallimard-suspend-son-projet-de-reedition-des-pamphlets-antisemites-de-celine_5240448_3260.html Sans doute manquaient ils de motivation dans cette triste boutique.

     

     


    [1] http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article1821

    [2] Fayard, 2017. Voir mon compte rendu, http://in-girum-imus.blogg.org/annick-duraffour-et-pierre-andre-taguieff-celine-la-race-le-juif-fayar-a129787492

    [3] Denoël, 1937

    [4] Voir l’ouvrage d’André Rossen-Kirschen, Céline et le grand mensonge, Mille et une nuits, 2004.

    [5] https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20171226.OBS9796/voici-les-conditions-pour-reediter-les-pamphlets-antisemites-de-celine.html

    [6] https://www.dreuz.info/2017/10/25/crier-mort-aux-juifs-lors-dune-manifestation-antisemite-nest-pas-condamnable-dit-la-justice/

    [8] http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/01/04/petites-et-grandes-man-uvres-autour-des-pamphlets-de-celine_5237371_3260.html

    « Le monde musulman bouge, l’Iran en première ligneLa popularité de Macron ne décolle pas »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :