• François Ruffin à Aix-en-Provence, le 25 juillet 2013

     

    François Ruffin a écrit quelques ouvrages sur la crise économique qui balaye tout sur son passage, et c'est également l'animateur du journal Fakir. Il s'inscrit dans la mouvance anticapitaliste inorganisée, et milite pour faire avancer les analyses sur la crise et les moyens de s'en sortir. C'est pourquoi il multiplie les conférences et se déplace de ville en ville, pensant que si la pensée se réforme et s'améliore, les solutions politiques suivront. Il a ainsi porté la bonne parole à Marseille, Aubagne et Aix-en-Provence. Il y avait pas mal de monde pour l'écouter malgré la chaleur ambiante.

    Contrairement à ce qu'on pourrait penser devant la morosité ambiante en Europe et en France, les choses évoluent rapidement. Il y a encore quelques années, on gardait encore quelques illusions sur l'Europe et sur la nécessité de rembourser la dette. Aujourd'hui on n'en est plus là, on a compris que le remboursement de la dette tuait rapidement, l'économie, la société et s'opposait à toute discussion politique.

    On commence à voir un peu plus clair. François Ruffin est avec Jacques Sapir, Frédéric Lordon, Emmanuel Todd, de ceux qui pensent que le plus urgent est de sortir de l'euro et de l'Europe. Il a donc une vision "nationaliste" de l'avenir. Au fond, son idée est assez simple : c'est seulement dans le cadre national qu'on peut retrouver le goût de faire de la politique, c'est seulement dans ce cadre qu'on retrouve la possibilité de décider de notre destin. Je pense également que c'est la priorité, presque la seule, non pas parce que la nation serait un fétiche indépassable, mais parce qu'elle est une communauté, fondée historiquement, culturelle, à partir de laquelle il est possible de prendre des mesures fortes.

    Evidemment, parmi les questions naïves qui furent posées à François Ruffin, il y a celle de sa proximité de pensée qu'il pourrait avoir avec Marine Le Pen et le Front National. C'est un point important car c'est sous cet angle que sont attaqués tous ceux qui prônent une sortie de l'euro. C'est le chantage courant des social-traitres qui tentent ainsi de faire croire qu'ils suivent une politique de gauche. Mais, il fut répondu fort justement que ce n'est pas parce que Marine Le Pen analyse justement les raisons de sortir de l'euro qu'on doit se priver de le penser aussi. Il ajouta bien entendu, quoi que ce soit assez peu clair finalement, que si sur certains points de l'analyse il rejoint Marine Le Pen, les solutions qu'il propose sont différentes.

    En vérité, il aurait pu plus simplement répondre que le discours de Marine le Pen n'était pas son problème et qu'il était simplement là pour affirmer ce qu'il croyait juste. Emmanuel Todd, justement dans un des récents numéros de Fakir, considérait que la question de l'opposition entre droite et gauche n'avait pas de sens au niveau des problèmes et des solutions qu'on peut avancer. En effet, François Hollande applique une politique de social-traître encore plus à droite que l'abominable Sarkozy. Mais on trouve pas mal de personnes issues du courant gaulliste comme François Asselineau par exemple qui proposent des analyses de sortie de crise finalement assez proches. Il n'y a pas de raison de les rejeter a priori puisque si nous voulons que les choses changent, il faut bien que les idées de changement soient partagées par le plus grand nombre.

    Il reste évidemment du chemin à parcourir, parce que je me suis bien rendu compte que les idées simples de François Ruffin de sortie de l'Europe heurtent encore un public qui se voudrait bien anticapitaliste, mais qui au nom peut-être de l'internationalisme hésite encore à reprendre à son compte l'idée de "nation". Et puis on est à Aix-en-Provence...

    On peut penser ce qu'on veut de l'idée européenne, mais il est tellement évident aujourd'hui que la construction européenne est un enfer pour le plus grand nombre  qu'il faut bien trouver un cadre institutionnel dans lequel œuvrer, à moins de rester sur son Aventin comme les gens d'ATTAC et d'attendre que la prise de conscience des peuples européens amènera un changement progressiste de grande ampleur.

     

    quelques liens franchement antieuropéens

     

    http://www.francoisasselineau.fr/

    http://www.lalettrevolee.net/

    http://russeurope.hypotheses.org/

    Paul Jorion, Le capitalisme à l’agonie, Fayard 2011 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :