• Emmanuel Todd et les anti-Charlie

    Les prises de position d’Emmanuel Todd et des autres débris du gauchisme en disent long sur la décomposition de la sphère intellectuelle. Cette manière agaçante de transformer une manifestation de solidarité envers des journalistes assassinés relève à la fois de la lâcheté et d’un certain conformisme. On appelait ça, dans le temps, le « confusionnisme intéressé ». 

      Emmanuel Todd et les anti-Charlie

    Les anti-Charlie relèvent la tête

    Les meurtres qui ont eu lieu à Charlie  hebdo avaient ému la France entière. Spontanément le peuple s’était mobilisé pour manifester son émotion et pour défendre un mode de vie et d’expression qui remet finalement la religion à sa place en la priant de ne pas se mêler des choses de la vie civile. Les manifestations, on s’en souvient, avaient été les plus nombreuses dans le pays depuis longtemps. Mieux encore, cette histoire avait eu des répercussions mondiales, dans de nombreux pays des manifestations de solidarité eurent lieu. 

      Emmanuel Todd et les anti-Charlie

    Et puis au bout de quelques mois la chanson a changé, les anti-Charlie sont sortis de leurs trous, non seulement pour critiquer Charlie hebdo, mais aussi pour faire de ceux qui défilaient le 10 et le 11 janvier 2015 des sortes de réactionnaires, des racistes, d’abord préoccupés de s’en prendre « aux musulmans ». Le coup est d’abord venu du côté des gauchistes qui, toujours en retard d’une bataille, ont abandonné la lutte des classes au profit de la lutte contre l’impérialisme israelo-américain et qui ont fait de l’islamophobie l’axe de leur positionnement politique du jour.

    Ces jours c’est au tour d’Emmanuel Todd de parader sur les plateaux télévisés, de tenir le crachoir dans des micros, de se faire remarquer avec des positions politiques que ne désavouerait pas le sinistre Alain Badiou. Je rappelle pour qu’on comprenne bien les ressorts de cette histoire que Todd répète à l’envie que si son père est d’origine juive, lui-même ne se reconnait pas dans ces racines car sa mère est une bonne catholique. Ce n’est donc pas un hasard s’il s’est intéressé de longue date aux systèmes familiaux qui structureraient l’ensemble des rapports sociaux.  

    Emmanuel Todd et les anti-Charlie

    Les arguments des anti-Charlie 

    Ils ont d’abord commencé par dire deux choses : la première est qu’ils ne voulaient pas défiler derrière des politicards comme Hollande, Merkel ou l’ignoble Sarkozy, feignant de ne pas comprendre qu’en réalité c’était ces mêmes politicards qui suivaient les masses et non l’inverse. La seconde était qu’au fond Charlie hebdo payait son arrogance, et qu’il n’était pas question de saluer celle-ci en défilant pour la liberté d’expression. Evidemment cette rhétorique était enrobée d’un discours lénifiant : « nous condamnons les meurtres, mais… », toujours ce « mais » qui tue et qui finalement classe ses locuteurs. En vérité derrière cette posture il y a de nombreux non-dits propres au gauchisme ordinaire : d’une part les gauchistes n’aiment pas les manifestations de masse qui les dépassent et qu’ils n’ont pas déclenchées, en somme si cette manifestation en faveur de Charlie ne leur plait pas c’est avant tout parce qu’elle a rassembler trop de monde : et d’autre part les principales victimes en dehors des journalistes de Charlie étant juives, ils reviennent vers cette idée aussi commune que débile selon laquelle les bons sont les « musulmans » et les mauvais les « juifs ». Cet antisémitisme ordinaire dénoncé par le philosophe marxiste Postone[1] comme un « fétiche » revient toujours d’une manière ou d’une autre.

    Et puis au fil des jours le discours s’est un peu mieux structuré, passant par le livre de Plenel intitulé Pour les musulmans. L’idée est que de soutenir Charlie et son droit à caricaturer le Prophète serait finalement une forme de racisme : l’Islam étant la religion des Arabes, les Arabes étant marginalisés dans la société française, lutter contre l’Islam serait faire preuve de racisme. Ce raisonnement frise la débilité. D’abord parce qu’il est stupide de dénier le droit à des Français d’origine arabe de n’être pas musulman, mais athée. C’est déjà une forme de condescendance que de penser que des « Arabes » par eux- mêmes ne peuvent pas s’extirper de la religion. Faire des « Arabes » une communauté unique est une seconde faute, et pour le coup c’est avoir une approche raciste. Sous ce vocable on range des individus d’origines géographiques très diverses – des Tunisiens, des Marocains, des Algériens et bien d’autres – mais aussi des populations qui sont en France depuis une, deux, trois générations ou plus. Et il est facile de comprendre – même si on s’appelle Todd – que le simple fait d’être en France depuis plusieurs générations n’amène pas les mêmes réflexes politiques et sociaux que lorsqu’on est immigré récent. Evidemment considéré les « musulmans » comme un tout est une autre imbécilité puisque l’approche de la religion musulmane est très diverse aussi et très divisée quant à ses buts et son positionnement dans la société française. C’est un peu la même figure inversée que celle que met en avant Ménard à Béziers en comptant ce qu’il croit être des musulmans.

    C’est sur cet ensemble de débilités que Todd s’est fait agrafé par Sophie Aram. Cette journaliste issue de l’immigration l’a attaquée fort justement sur cette espèce de paternalisme insupportable de ces intellectuels gauchistes qui veulent parler à la place d’une communauté qui serait privée de parole.

    L’autre argument de Todd a été d’essayer de démontrer que finalement les manifestants pro-Charlie n’étaient pas ce que l’on croit, que finalement ils n’étaient pas aussi nombreux que ça, et qu’en outre ils racistes qui trouvaient là une manière de martyriser un peu plus les « musulmans ». Evidemment, puisqu’il y avait des millions n’étaient qu’un ramassis de vieux réactionnaires, de de personnes dans les rues, on conviendra volontiers qu’il y en avait certainement qui poursuivaient le but obscur de lutter contre les « Arabes ». Mais je rappellerais à Todd que le FN et Marine Le Pen – qui sont la représentation du Diable pour les gauchistes – ne se sont pas joints à la manifestation pro-Charlie… comme les gauchistes et Alain Badiou !! Autre amalgame que Todd développe, les manifestations auraient été emmenées finalement par Hollande et Valls, deux représentants de la bourgeoisie catholique ! On sait le peu de sympathie que je ressens pour Hollande et Valls, mais en recherchant leurs origines religieuses familiales, Todd déchaîne des procès d’intention qui pourraient se retourner contre lui. On pourrait avancer que son approche est guidée justement par des origines juives refoulées, une manière de s’en démarquer en faisant un peu de zèle de l’autre côté.

    Pourtant, si on s’en tient aux faits, environ les deux tiers des Français seraient sans religion, ou athées. Un gros tiers se déclarant religieux. Est-il possible dans ces conditions de considérer que ceux qui réclament le respect de la laïcité sont seulement des « laïcards » idéologues ? La France est un des pays les plus athées qui soient. Cette spécificité est bien sûr liée à son histoire, cette histoire qui a engendré les ruptures révolutionnaires, notamment celle de 1789. C’est cette histoire très particulière qui fait que la Marseillaise était considéré il n’y a pas si longtemps encore comme un chant révolutionnaire et pas simplement comme un hymne national. Pourquoi ne pas penser que la voie est toute tracée de se démarquer du communautarisme, propre aux Etats-Unis, et s’appuyer sur le développement de la laïcité pour refonder la République ? Or c’est l’inverse que Todd propose. Mais il n’est pas le seul, les gauchistes ont cette même position, et en ce sens ils sont bel et bien anti-marxistes.

      Emmanuel Todd et les anti-Charlie 

    Un mauvais personnage d’Houellebecq 

    Emmanuel Todd et les anti-Charlie

    J’avais il y a quelques semaines critiqué le mauvais bouquin  d’Houellebecq, Soumission, aussi bien pour son manque de fond que pour son écriture aléatoire. Mais en regardant les gesticulation d’Emmanuel Todd, je me dis qu’il incarne à la perfection ce bourgeois lettré – né dans une famille d’intellectuels parisiens – qui finit par accepter les diktats d’une nouvelle donne idéologique. Sauf que dans le cas de Todd, il ne s’agit pas de « se soumettre », mais plutôt d’aider à diffuser une « bonne pensée ». En vérité Todd est un opportuniste qui joue très bien du jeu médiatique. Son style dans ce théâtre d’ombres est de parler à contre-courant. Que ne ferait-il pas pour parler dans un micro !  

    Mais ce n’est pas la première fois qu’il se plante dans les grandes largeurs. Son itinéraire politique est des plus confus. Il fut tour à tour chiraquien quand celui-ci pour se faire élire mettait en scène « la fracture sociale », puis sarkozyste, puis enfin il pensait qu’Hollande serait le Franklin Roosevelt dont la France et l’Europe avait besoin. Cette confusion repose sur des bases analytiques particulièrement faiblardes et erronées.

    Evidemment cette confusion entre hétérogénéité ethnique et religion amène à des simplifications abusives. C’est en fait la même figure inversée que celle qui se déploie sous la houlette du maire de Béziers qui se met à compter, comme d’autres les moutons, les musulmans chez les enfants, y compris ceux de la maternelle ! Il aurait d’ailleurs trouvé 64,6% d’enfants musulmans ! En comptant aussi ceux qui viennent juste de naître. Il va de soi que si un tel chiffre était juste, et la démocratie ne pouvant s’exercer à l’encontre d’une majorité, il n’y aurait plus qu’à construire des mosquées pour accueillir toute cette foule empreinte de religiosité exotique. 

    Conclusion 

    Dans cette sinistre affaire, la seule position tenable à mon sens est de continuer de lutter contre les obscurantismes religieux de tout bord. En revenir au vieux slogan de Marx : « La religion est l’opium du peuple » et à s’y tenir. On a mis beaucoup de temps à se débarrasser de l’emprise de la religion catholique sur la vie civile en France, ce n’est pas pour revenir en arrière et faire aujourd’hui des concessions à l’Islam militant. C’est pourquoi le combat contre l’islamophobie me parait particulièrement rétrograde. Bien entendu, il n’est pas question de revenir à une persécution de ceux qui pratiquent telle ou telle religion. Mais cela ne doit pas nous empêcher de combattre ces mêmes religions dans leurs principes rétrogrades. Si le combat socialiste est un combat pour l’émancipation du genre humain sur tous les plans, il n’y a aucune raison de considérer que le combat pour la laïcité est dépassé. On ne dira jamais assez combien le retour du religieux est le pendant du développement des formes de sociétés post-démocratiques, le dernier rejeton du capitalisme moderne.

    Pour ce qui concerne le massacre de Charlie et ses conséquences, il convient d’en rester à une condamnation simple et vigoureuse de la barbarie ordinaire et à reconnaître bien évidemment qui sont les victimes.

    Pour finir, je rappellerais à Todd qu’au moment de la Libération de la France, l’ensemble du peuple français communiait dans ce retour à des valeurs républicaines, sans être pour autant des suppôts d’une approche réactionnaire de la société. D’ailleurs Todd précise bien dans son opuscule que les manifestations des 10 et 11 janvier ont été les plus importantes en nombre depuis cette époque… mais il n’en tire aucune conséquence sérieuse.

     

    Liens 

    https://www.youtube.com/watch?v=R8Bw4GnYNhs http://www.marianne.net/sophia-aram-traitez-nous-adultes-c-est-meilleur-moyen-nous-respecter-monsieur-todd-100233226.html

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/05/07/une-grande-majorite-de-francais-ne-se-reclament-d-aucune-religion_4629612_4355770.html


    [1] Critique du fétiche capital : Le capitalisme, l'antisémitisme et la gauche, PUF,‎ 2013

    « Nouvelles de la GrèceRequiem pour une Europe défunte »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Homère d'Allore
    Vendredi 8 Mai 2015 à 18:20
    Je crois que vous n'avez rien compris aux positions de Marx sur la religion. Quant à citer "l'opium du peuple" interrogez vous comme lui sur les raisons qui pousse le peuple à vouloir moins souffrir plutôt que de vouloir lui enlever son seul analgésique.
    2
    Vendredi 8 Mai 2015 à 19:26

    Heureusement que je vous ai sous la main pour avoir la bonne interprétation de Marx !! Merci beaucoup. Mais plus sérieusement si vous voulez parler de l'Islam, cette religion maintien son emprise sur un peuple non seulement en justifiant les inégalités de revenus et de richesses mais aussi en encourageant les inégalités de genre. A ce niveau c'est bien plus qu'un analgésique. Que voulez vous dire qu'il y a des raisons économiques pour se jeter dans les bras d'une religion particulière ? Autrement dit les musulmans seraient musulmans parce que pauvres et dominés, et les catholiques catholiques parce que riches et dominants ? Peut-être au fond est-ce là la thèse de Todd qui m'a échappé.

    Mais je n'ai pas discuté de la religion dans mon billet. Je comprends bien que c'est un sujet dont on ne peut plus parler sans se faire lyncher à droite comme à gauche depuis que celle ci s'est convertie à la défense des religions. Mon but était plutôt de parler des amalgames douteux de Todd à travers son équations Musulmans=Arabes=Pauvres. Je pense qu'il faut revenir justement à une lecture de classes et non à déconner avec la religion. Egalement comme je suis un peu juste intellectuellement je ne comprends pas ce nouveau concept qu'on a sorti du chapeau depuis quelques mois : "l'islamophobie" qui serait le monstre premier à abattre. 

     

    Merci pour votre commentaire. Signez plutôt Omer Dallor comme le faisait dans le temps Léo Malet !!

    3
    Jetire Lachasse
    Samedi 9 Mai 2015 à 06:37

    Ben voilà.

    En plus tu te permets de censurer.

    Tu peux bien donner des leçons de haute morale.

    Méthodes staliniennes.

    Lamentable.

    4
    Samedi 9 Mai 2015 à 06:57

    Merci pour ce commentaire précieux, il est vrai que je suis stalinien et que j'envoie mes ennemis au Goulag quand je ne les fais pas abattre d'une balle dans la nuque ou d'un coup de piolet. J'aime beaucoup tes pseudos. 

    5
    Samedi 9 Mai 2015 à 10:03
    Tout à fait d'accord.
    6
    Aubert
    Samedi 9 Mai 2015 à 12:46

    Critiquer un ouvrage, n'est pas un homicide. Réné a souvent, selon moi, une lecture juste, critique, parfois acerbe, mais qui porte sur le fond des choses et par les temps qu courrent c'est rare. Je n'ai pas lu le livre dontil parle, mais je comprends les critiques qu'il porte. On ne peut tout mélanger et ce n'est pas parceque Hollande essaye de récupérer ce qu'il peut du mouvemnt du mouvement du 11 Janvier, que la manifestation était minoritaire et ne visait qu'à pourfendre l'islam.

    Sur Todd, je suis un peu déçu, car j'avais lu son livre "Après l'Empire" que j'avais trouvé remarquable et qui de fait se concrétise sous nos yeux.

    Tout intellectuel a une tendance, comme le pouvoir politique, à chercher à imposer son point de vue. La difficulté est d'accepter les analyses différentes et cela vaut pour tout le monde...Quand au Stalinisme, chacun l'ait un peu.  Mais Hollande et Merkel sont plus Stalinien que René.

     

     

    7
    grandmonde
    Mercredi 13 Mai 2015 à 01:04

    Je ne suis sans doute qu'un infâme gauchiste, mais bien que n'ayant pas lu le livre de Todd, je serais tenté de lui donner raison.
    Non pas que tous les "je suis Charlie" soient des réacs, mais qu'ils se sont fait dans une grande partie manipuler par la dictature de l'émotion.
    Quand j'ai appris dans un flash d'info l'odieux attentat, j'ai tout de suite soupçonné ce qui allait arriver.
    Je me suis donc coupé de toute source d'infos pendant 3 semaines, néanmoins, des bribes arrivaient forcément jusqu'à moi.

    Lorsque le lendemain j'ai allumé la télé pour voir un programme sur Arte et qu'il y avait incrusté dans l'écran le logo "je suis Charlie", j'ai trouvé que ça allait un peu loin.
    Je comprends l'émotion des gens, qu'ils aient eu le besoin de se rassembler pour montrer leur solidarité, mais il m'a semblé comme l'a remarqué Todd que c'était aussi un réflexe de peur par rapport à un ennemi de l'intérieur.
    Il me semble qu'à côté des pancartes "je suis Charlie" il y avait aussi des slogans "anti musulmans"
    Au boulot le lendemain j'ai vu des gars votant fn arborer le "je suis Charlie" en proférant qu'il fallait casser du musulman, comprendre casser de "l'arabe".

    Lorsque j'ai entendu sous mes fenêtres entonner la Marseillaise, ça m'a fait bizarre, je ne suis pas sûr que cet hymne patriotique soit très "esprit Charlie".

    Enfin, l'esprit Charlie était quand même bel et bien mort depuis que Val en avait pris la direction, et j'ai écrit il y a plusieurs années que ce journal a contribué avec entre autres Val et Fourest, à banaliser les idées du fn, qu'il dit pourtant combattre, en surfant sur l'islamophobie.
    Il faut quand même bien rappeler que l'affaire des premières caricatures avait bien boosté les ventes, et que c'est la première fois que j'ai vu des fachos acheter Charlie et même l'afficher dans leur bureau.
    Ces caricatures provenaient bien d'un journal danois d'extrême droite.
    Lorsque les locaux de Charlie ont été incendiés, je me rappelle de la récupération politique éhontée de Sarko et Guéant, mais les dessinateurs et journalistes du journal n'y trouvèrent rien à redire, il faut dire que depuis Val, Charlie était devenu un journal respectable, régulièrement cité dans les revues de presse.
    Rien à voir avec le journal satirique héritier du bête et méchant Hara-Kiri.
    Un journal qui n'intéressait plus personne et qui en appelait à  lecteurs de plus en plus rares pour survivre.

    Mais le pire après les attentats a bien sûr été cette récupération politique, et de voir Valls crier à la liberté d'expression m'a bien fait gerber.
    Quelques semaines plus tôt il envoyait des compagnies entières de crs pour interdire toute manifestation à la mémoire de Rémi Fraisse assassiné par l'Etat sur le barrage de Sivens.
    Quelques mois auparavant il avait interdit des manifestations de soutien à Gaza lors du dernier massacre perpétré par l'armée israélienne.

    Et que dire de la manifestation officielle, la première depuis 1968, organisée par le gouvernement avec des invités pourris jusqu'à la moelle. (n'y avait il pas aux côtés de démocrates tels que Orban, Erdogan, Bongo, Nethyiaou, son ministre Liberman qui déclare publiquement qu'il faut tuer tous les arabes ?)

    Et le coup de "l'union nationale" quand tous les coups sont portés par ce gouvernement contre les précaires et les salariés.
    Tous unis, oui pour nous la mettre bien profond.

     

    Alors, sur ce coup, avec Todd contre Valls, et je ne me suis pas du tout senti Charlie, pas plus que je ne me suis senti américain après le 11 septembre.
    Et Todd a raison de traiter l'infâme Valls de pétainiste.

    ça ne m'empêche pas de condamner avec la plus grande vigueur ces actes terroristes et cette barbarie.

    Mais il faudra aussi réfléchir à cette question, comment devient-on un Kouachi ou un Coulibaly ?
    On ne peut pas balayer d'un trait de plume le problème de l'islamophobie qui est bien réel et très ancré dans certaines couches de la société.
    "Islamophobie" au sens large, car au delà de la religion, il y a une vraie stigmatisation au faciès, qu'importe si l'individu est musulman ou non.
    Et pour finir avec Ménard, cet homme sait très bien ce qu'il dit, il tient des propos invérifiables, et pour cause, ce genre de statistiques étant interdites, il va se faire un peu taper sur les doigts, écopera peut être d'une amende, mais il a réussi son coup, n'oublions pas que c'est un grand connaisseur des médias et un as de la propagande, ce qui va rester dans l'inconscient collectif, c'est que dorénavant en France, ou du moins dans certaines régions, les deux tiers des élèves sont "d'origine musulmane" ce qui participe à faire avancer la thèse de l'invasion, de la colonisation inversée, de l'envahissement chère à la droite réactionnaire.

    8
    Mercredi 13 Mai 2015 à 06:01

    Merci de votre long commentaire.

    J'essaierai de répondre le plus brièvement possible. Le premier point est qu'il me semble qu'on ne peut pas approuver ou critiquer Todd sans l'avoir lu, ce que font la plupart des gens. Le second est que le 11 janvier n'est pas la première organisée par le gouvernement. Il y a eu aussi celle qui vit le président Mitterrand défiler à propos de l'affaire dite de Carpentras. C'était en 1990. "La Marseillaise" a longtemps été - notamment aux Etats-Unis - aussi un chant révolutionnaire, anticapitaliste, avant d'être récupéré par la droite bourgeoise. Pétain ne faisait pas chanter la Marseillaise. Il faut bien comprendre surtout que la manifestation du 11 janvier ce n'est pas le peuple qui a suivi Hollande et la canaille politicarde, mais bien l'inverse.

    Il est bien possible que dans la masse des "je suis Charlie" il y ait eu aussi des racistes qui aient pris ce prétexte pour déconner. Mais je ne crois pas que cela fut très général. En tous les cas moi je n'en ai pas vu. En mai 68 - je suis hélas suffisamment vieux pour m'en souvenir - on trouvait aussi dans les manifs des anti-gaullistes d'extrême-droite, des gens issus de l'OAS, mais cela ne rendait pas pour autant les manifs sans intérêt. 

    Je n'ai pas de sympathie pour Philippe Val... comme tout le monde. Mais il y a belle lurette qu'il s'était éloigné de "Charlie". De toute façon ce ne sont pas les positions politiques de "Charlie" qu'il s'agit ou non de soutenir, mais seulement du droit à écrire un peu ce que l'on veut sans se faire assassiner. En outre le combat contre les religions - et c'est ce qu'oublie Todd - est fondateur d'un esprit républicain mais aussi socialiste. C'est essentiellement pour cette raison que, si je suis d'accord pour mener un combat antiraciste, je ne me reconnais pas dans le combat contre l'islamophobie - terme des plus confus - l'Islam n'étant pas une race. Todd fait l'amalgame douteux, et c'est en ce sens qu'il se rapproche de l'horrible Ménard, entre Arabes, Musulmans et pauvres, donc s'en prendre à l'Islam serait participer de la lutte des classes du mauvais côté !! Bien évidemment il n'y a aucune raison de persécuter des gens à cause de leur religion, mais en quoi un dessin est-il une persécution ? On en arrive par un tour de passe passe à mettre sur le même plan des crimes de sang et des caricatures. 

    Bien évidemment je suis d'accord avec vous pour dire qu'il faut aussi comprendre l'itinéraire de cette chair à canon qui a été envoyée à l'abattoir contre "Charlie". Qui étaient les commanditaires ? Pourquoi y a t il autant de descendants d'immigrés qui ne se reconnaissent pas dans la République ? Etc. 

    Je crois aussi que c'est une erreur - une de plus de la part de Todd - que de qualifier Valls de Pétain au petit pied. C'est comme on dit contre-productif, et sans signification. 

    Je m'en prends souvent aux gauchistes. Par ces termes, je désigne cette mouvance anciennement trotskiste, maoïste, léniniste, qui se caractérise d'abord par cette idée de rester à l'écart de tout mouvement qu'elle n'impulse pas et qu'elle ne peut contrôler. Spécialistes de la fausse conscience, elle a largement abandonné la lutte des classes pour une délocalisation des conflits en Palestine, en Amérique latine, mais jamais sur le terrain où elle vit. En ce sens elle fait le jeu de la bourgeoisie qui a une grande facilité ainsi à dénoncer l'agitation stérile, coupée des préoccupation du peuple. C'est bien pour ça qu'on trouve - même si on le regrette - plus d'ouvriers au FN qu'à NPA !

    Bien amicalement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :