• Des primaires aux Etats Unis

     Des primaires aux Etats Unis

    Les primaires du New Hampshire ont placé en tête Donald Trump chez les Républicains et Bernie Sanders chez les démocrates. Les jeux ne sont pas encore faits aux Etats-Unis, et il n’est pas encore possible de savoir qui sera élu président à la fin de l’année 2016. Personnellement je pense que ce sera Hillary Clinton qui sortira finalement gagnante de cette course de longue haleine. Les primaires devraient in fine désigner Hillary Clinton du côté démocrate et Donald Trump du côté républicain. Tous les deux sont promis à de grandes souffrances avant d’en arriver au sprint final : Hillary Clinton étant trop connotée comme la représentante d’une oligarchie proche de Wall Street, et Donald Trump étant décidément trop abruti  pour rallier un électorat moins ignare que ce qu’on croit. D’autant que son discours s’il passe bien auprès d’analphabètes un peu perdus, semble oublier que les moins instruits sont aussi ceux qui votent le moins

    Le grand vainqueur sera quoi qu’il arrive Bernie Sanders. Depuis le début de la Guerre froide et de la seconde Chasse aux sorcières, plus personne n’osait dire ouvertement qu’il était socialiste et qu’il fallait impérativement limiter la concentration du capital et le pouvoir des banques. Sanders ose même le mot de socialisme, alors qu’au même moment les guignols du P « S » envisagent ouvertement de changer le nom de leur parti, car le mot de socialisme ne leur plait pas du tout. Ce succès massif de Sanders montre tout ce qui sépare les Etats-Unis de la vieille Europe. Les jeunes sont massivement mobilisés aux côtés de Sanders, en Europe ils désertent les meetings et les partis politiques sont tous vus comme inefficaces et corrompus. Sans doute cette différence provient aussi du fait que l’Europe est vieille et âgée et que son économie est stagnante. J’ajoute que Sanders n’est pas du tout dans une position anti-patriotique vis-à-vis de son pays comme le sont par exemple les gauchistes et généralement les gens de gauche en Europe.

    Des primaires aux Etats Unis  

    Le second point est que Trump, escroc à la petite semaine, une sorte de Tapie qui aurait réussi dans l’immobilier – secteur peuplés d’aigrefins en tous genres – doit une partie de son succès à sa capacité à dénigrer l’establishment, à dénoncer l’oligarchie, faisant comme si lui, milliardaire pourtant, appartenait au petit peuple et qu’il ait gagné sa fortune d’une manière honnête. Orateur de talent il a pour lui cette capacité à caresser le peuple dans le sens du poil, lui vendant un discours tout autant raciste que machiste, se vautrant dans les clichés les plus éculés en ce qui concerne le socialisme ou la Russie. Ce qui le perdra est sans doute qu’au-delà de se prendre pour Ronald Reagan, il a une drôle de tête surmontée d’une coiffure excentrique et ridicule.

     

    Mais au-delà des analyses qu’on peut faire, Trump et Sanders donnent deux images radicalement opposées des Etats-Unis, tandis que Clinton, Rubio et quelques autres montrent que par-delà quelques différences ces candidats bien propres sur eux partagent un fond commun en ce qui concerne la politique te sa manière de la faire. A l’inverse Trump et Sanders représentent une Amérique peu consensuelle et vouée à l’affrontement civilisationnel à brève échéance. L’irruption de candidats aussi tranchés qu’opposés dans l’arène politique marque déjà un tournant important qui ouvre la voie à une Amérique peu consensuelle, ce qui rapidement pourrait ramener un retour de la lutte des classes.

    « Jean Robinet, Compagnons de labours, Flammarion, 1946Remaniement ministériel, Mélenchon et les présidentielles de 2017 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :