• Défendons Kamel Daoud !!

     Défendons Kamel Daoud !!

    Kamel Daoud n’est pas seulement un journaliste et un écrivain de talent salué en tant que tel, il a aussi déjà sur sa tête une fatwa lancé par Abdelfattah Hamadache Zeraoui, imam salafiste et donc aussi borné que criminel. En effet il pense sincèrement que les pays arabes ne se sortiront pas de leur ornière sans réformer leur rapport à la religion. Il lutte donc comme Boualem Sansal et quelques autres contre l’obscurantisme religieux, comme nous-même en France nous avons dû le faire dans le temps pour obtenir finalement la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ce combat devrait être soutenu par la gauche, et plus encore par la gauche de la gauche. Mais ces gens préfèrent regarder ailleurs et s’adonner à l’ivresse de la lutte contre l’islamophobie qui leur permet de jouer les révoltés à peu de frais. Lutter contre l’obscurantisme religieux est un des principes moteurs de l’émancipation humaine, et par suite l’un des objectifs de la gauche. Comme sur le plan économique la gauche doit lutter contre les inégalités de richesses, pour la solidarité et contre la concurrence entre les travailleurs, elle doit faire de la marginalisation de la religion un de ses axes principaux de lutte politique.

    La haine que les islamistes portent à Daoud a été décuplée parce qu’il a osé écrire une chronique sur « la nuit de Cologne » où il interpelle le mal-être des Arabes engoncés dans un carcan religieux et puritain qui les empêchent de vivre. Et donc voilà qu’une brochette d’obscurs intellectuels se fend d’une chronique dans Le monde pour dire tout le mal qu’ils pensent de Daoud. On les remercie, ils nous rendent Daoud un peu plus cher à notre cœur. Comment s’articule cette diatribe ? D’abord on prétend que par ses écrits Daoud renforcerait le camp des islamophobes, et donc se mettrait dans une position de traitre par rapport aux musulmans, soutenant indirectement le racisme latent des occidentaux. Un oncle Tom en quelque sorte. Cette accusation est doublement malhonnête : d’une part parce qu’elle suppose qu’un Arabe n’a pas le droit de critiquer sa propre religion  – du moins la religion dans laquelle il a été élevé – et d’autre part parce qu’elle sous-entend que Daoud n’aurait pas ses propres raisons pour interroger ses racines. Aurait-il le droit d’être athée ? 

    Qui sont les critiques de Daoud ? 

    Dans un petit article publié sur un blog, Dis-moi d’où tu écris ?, une blogueuse dénommée Sonia s’est amusé à rechercher qui étaient vraiment les obscurs signataires de cette diatribe contre Daoud. Elle a rapidement fait deux constatations : la première est que les prétendus enseignants, chercheurs et autres anthropologues ne sont absolument pas connus en tant que tels. On voit bien la manœuvre, ils se parent d’un titre soi-disant scientifique pour justifier leur position idéologique. La seconde constatation est que ceux qui sont un peu connus, sont connus d’abord pour leur islamisme militant et non pour la renommée de leurs travaux. Certes n’importe quel citoyen a le droit d’intervenir dans un débat politique, mais en se parant de leur pseudo scientificité, ces signataires attirent tout de suite la lumière sur leur propre insuffisance intellectuelle.

    Défendons Kamel Daoud !!

    On remarque qu’en bons élèves de l’ignoble Badiou, ils reprennent ses manies d’écriture, parlant par exemple « de quoi Daoud est le nom » dans un but de salir bien entendu. Cela nous amène à la question suivante : pourquoi les militants d’extrême-gauche ne soutiennent-ils pas Daoud ? Pourquoi persistent-ils à se produire dans des théâtres avec le propagandiste des Frères Musulmans Tariq Ramadan ? Les Frères Musulmans sont ce qu’il y a de plus rétrograde en terre d’Islam. Mais les gauchistes préfèrent mener la lutte contre cette chimère nommée « islamophobie » plutôt que de lutter contre la pensée religieuse. En ce sens ils rejoignent le camp de la réaction et se situent clairement à droite de l’échiquier politique. 

    De la lutte contre l’islamophobie 

    Il n’y aura pas de société apaisée, en France ou ailleurs sans une marginalisation des religions, et donc de l’Islam, et également sans que les Français d’origine Arabe ne  prennent part à ce combat salutaire en dénonçant les travers de leur propre culture et en affichant leur volonté d’émancipation. On voit donc clairement qu’en menant combat contre l’islamophobie, une certaine gauche – NPA, Badiou ou encore l’inénarrable Plenel – contribue à tirer la société vers le bas, vers ses démons inégalitaires et  autoritaires. En croyant faire œuvre de tolérance, ils repoussent cette intolérance vers les plus faibles, à savoir les Arabes athées ou militants pour séparer l’Islam de la société. On a même vue des féministes gonflées de contradictions minimiser les exactions de la nuit de Cologne, alors même que les femmes se trouvaient en première ligne. Ce fut le cas de Clémentine Autain par exemple, mais d’autres encore qui avançaient pêle-mêle que les violes avaient été aussi bien le fait de l’Armée rouge que des GI’s, comme si ceci pouvait justifier cela, mais en même temps sans se rendre compte qu’elles assimilaient indirectement les musulmans, réfugiés ou non, à une armée d’occupation !

    Je signale par ailleurs qu’il y aurait eu en 2015 303 actes « islamophobes » pour une population musulmane sensible équivalente à 8 millions de personnes. Dans le même temps on comptait 808 actes antisémites pour une population israélite équivalente à 500 000 personnes. Pour une population 16 fois plus faible, le nombre d’actes hostiles est 2,7 fois plus important. Lutter contre le racisme c’est très bien, quelle que soit la forme que prenne ce racisme. Mais on voit que l’islamophobie est surestimée en France au moins par rapport à l’antisémitisme. Et que si la gauche avait bien pour mission de défendre les minorités opprimées, elle devrait commencer par défendre les Juifs qui quittent la France en masse. Mais les gauchistes préfèrent s’occuper de critiquer Israël plutôt que de lutte des classes en France et ils ont trouvé en la matière une alliance inattendue avec la pire réaction islamiste. D’autres au quai d’Orsay ou ailleurs, en sont restés aux rêves confus d’un Proche Orient modelé par Lawrence d’Arabie.

    Défendons Kamel Daoud !!

    L’islam fait peur et fait vendre. A preuve, le succès du livre béat et niais de l’ancien trotskyste Edwy Plenel, ou encore son symétrique, Soumission de Houellebecq, ouvrage mortifère et par ailleurs terriblement mal écrit[1]. Se rend-il compte de ce qu’il fait Plenel en titrant son ouvrage Pour les musulmans ? Pourquoi n’écrirait-il pas un autre livre qu’il intitulerait Pour les catholiques ? Mais nous on peut aller au-delà de ces imbécilités, et reprendre le combat de la gauche historique où il a été abandonné : remettre au goût du jour la lutte contre le racisme, contre la religion et contre les inégalités dans un esprit républicain et socialiste ! C’est pour cette raison que la laïcité est un combat nécessaire encore aujourd’hui, un combat prioritaire. Nous devons défendre la pensée dissidente arabe, celle de Sansal ou de Daoud, sans concession. Tout le reste est de la littérature pour des mauvais auteurs. 

    Liens 

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/31/cologne-lieu-de-fantasmes_4856694_3232.html

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/11/les-fantasmes-de-kamel-daoud_4863096_3232.html 

    http://sicsic.blog.lemonde.fr/2016/02/13/dis-moi-dou-tu-ecris/#comment-2

     

     


    [1] http://in-girum-imus.blogg.org/michel-houellebecq-soumission-flammarion-2014-a117198346

    « Payons les hommes politiques au mérite !La bataille du code du travail, le dernier tournant droitier du quinquennat »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    charles Deryl
    Vendredi 19 Février 2016 à 00:55

    "Mais les gauchistes préfèrent s’occuper de critiquer Israël plutôt que de lutte des classes en France et ils ont trouvé en la matière une alliance inattendue avec la pire réaction islamiste.".

    J'écrirai:

    "Mais certains gauchistes 'ou supposé tels)  préfèrent s’occuper de critiquer Israël plutôt que de lutte des classes en France et ils ont trouvé en la matière une alliance inattendue avec la pire réaction islamiste."

    idem:"pourquoi les militants d’extrême-gauche ne soutiennent-ils pas Daoud ?"

    J'écrirai:

    "pourquoi tous les militants d’extrême-gauche ne soutiennent-ils pas Daoud ?" La réponse et la suivante : On ne fait pas la politique du PIR en défendant les athées arabes mais en les condamnant. Par là même ceux qui ne le font pas se disqualifient comme EG et deviennent soient des idiots utiles soit des sous marins, porte voix de cette réaction dans l'EG. On a bien vu le peu de réaction quand un prof juif a été attaqué à coup de machette par exemple ou quand certains dans leurs manif (à laquelle LO n'a pas participé) ont criés "Mort aux juifs".

    Le silence est alors plus parlant que les paroles "contre tous les racismes".

    2
    sarah soleil Danilou
    Vendredi 19 Février 2016 à 18:34
    Faut dire a cet immam que prendre la vie de Kamel ne changera pas le monde en positif et puis n oublis pas dieu est pour tous et seul décide.
    3
    Belladonne
    Samedi 27 Février 2016 à 21:24

    Critiquer Israel n'est pas de l'anti-sémitisme, il ne faut pas tout confondre. Et critiquer un pouvoir réactionnaire et colonialiste qui se pare des oripeaux de la démocratie pour asservir un peuple grace à une des armées les mieux équipées du monde est le moins qu'on puisse faire, et comme tous les pays Israel est traversé par des mouvements contradictoires dont les médias occidentaux se font bien peu l'écho, par exemple le refus croissant d'accomplir le service militaire, les aspirations à une décléricalisation de la société-. Il y a beaucoup d'opposants en Israel dont nous devrions en tant que démocrates nous sentir solidaires.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :