• De la déchéance de la nationalité

     De la déchéance de la nationalité

    C’est encore le genre de faux débat qui enflamme l’opinion, mais qui est en réalité de peu d’importance. Il s’agit dans le cas des bi-nationaux et dans le cadre d’une participation à des entreprises terroristes de pouvoir déchoir ceux-ci de la nationalité française. On voit tout de suite que cette question ne concerne que très peu de monde, une poignée d’individus, et qu’en outre elle ne peut pas dissuader qui que ce soit de se livrer à des actes de terrorisme. Ceux qui risquent leur peau dans ce genre d’entreprise n’ont que faire de menaces de ce genre.

    Mais cette idée loufoque qui ne sert à rien, fait partie d’un plan d’ensemble de communication de François Hollande. Celui-ci était au plus bas dans les sondages, n’ayant plus aucune chance semble-t-il de gagner les présidentielles de 2017, et puis les attentats du 13 novembre et ses conséquences l’ont remis en selle. Voulant se montrer actif, il a fait d’état d’urgence l’axe de sa nouvelle détermination. L’opinion abasourdie lui a d’abord donné quitus dans la gestion de ces attentats ignobles. Mais ensuite les consciences de gauche se sont un peu réveillées et ont commencé de dénoncer les dérives qui pouvaient s’en suivre. On a vu par exemple que l’état d’urgence pouvait servir à entraver les manifestations contre la COP21 qui concernent la lutte contre le réchauffement climatique.

      De la déchéance de la nationalité

    Et puis on en est arrivé à ce que certains se souviennent que cette proposition absurde avait été avancée dans le temps par le FN, et évidemment si une idée est avancée par le FN, elle est considérée comme mauvaise en soi et pour soi. C’est un peu court, parce qu’une idée doit s’analyser en elle-même, du point de vue de son utilité et de sa compatibilité avec les principes de la République, et non pas à partir de celui qui l’émet. On a mis ainsi des années à se débarrasser de l’idée selon laquelle une sortie de l’euro ou de l’Union européenne était une idée d’extrême droite parce qu’elle était aussi portée par le FN. Ainsi que l’avançait Sapir dans un billet récent, cette possibilité de déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux existe déjà dans le droit français et existe aussi dans la plupart des pays européens. Dans ce cadre-là on voit qu’on est parti pour un nouveau débat stérile qui ne va intéresser que ceux qui adorent couper des cheveux en quatre et donner une consistance particulière à leur positionnement à gauche. On a vu ainsi la ministre de la justice, Mme Taubira, déclarer depuis Alger que cette mesure visant à constitutionaliser la déchéance de la nationalité dans le cadre défini ci-dessus que cette mesure allait être abandonnée. Le lieu était plutôt mal choisi pour faire une telle déclaration qui visait semble-t-il avant tout à embarrasser le président de la République, à lui forcer la main. Certains à droite demandent la démission de Mme Taubira, comme si elle était une conscience de gauche !

    De la déchéance de la nationalité

    Mais en vérité Hollande ne peut plus reculer sur cette question parce que sinon il passera pour un homme faible et de peu de constance. Il a donc décidé de n’en rien faire et de se tenir à la première intention. C’est pour lui tout bénéfice parce que n’ayant aucun résultat sur le plan économique et social, il ne lui reste plus que la guerre contre Daech et le terrorisme pour apparaître comme un politicien efficace. Il sait en outre que s’il y a un référendum sur cette question il l’emportera haut la main.

    Evidemment tout cela n’épuise pas la question. D’abord parce que la gauche, et le P « S » notamment, s’est toujours montrée hostile à ce type d’action démagogique, mais aussi parce qu’elle entraîne le débat politique sur un terrain sans intérêt. Certes on peut voir dans cette mesure un complément au tour de vis sécuritaire qui prive toujours un peu plus le citoyen de l’exercice de ses droits. Mais c’est faux dans la mesure où justement cela ne concernera quasiment personne. On retrouve la gauche – la fausse celle de Hollande, et la vraie, celle de Mélenchon et autres – une fois de plus engluée dans un débat de société, comme pour le mariage pour tous. Alors que manifestement elle est en panne d’efficacité dans le domaine plus fondamental de l’économie, de l’emploi et de la défense de l’environnement. On voit qu’une fois de plus le débat est troublé par le fait qu’une grande partie de la gauche n’arrive pas à admettre que la question de la souveraineté est centrale pour définir le cadre dans lequel s’exerce la politique.

    Alors que la majeure partie de la population ne s’y intéresse pas, voilà qu’on débat d’une mesure inutile comme s’il s’agissait d’un problème fondamental. Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. Dans cette sorte de conjuration des imbéciles, il apparait tout autant inutile de se battre contre ce projet de constitutionnalisation de la déchéance de nationalité. C’est une perte de temps pour le moins, et un dérivatif qui nous éloigne de ce qui est important.

     

    Liens 

    http://russeurope.hypotheses.org/4579

     

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/12/22/25002-20151222ARTFIG00168-en-visite-en-algerie-christiane-taubira-la-decheance-de-nationalite.php

    « Contre le libre-échange, l’analyse d’AttacUne armée européenne pour quoi faire ? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :