• C’est l’économie, idiot !

     C’est l’économie, idiot !

    Tout le monde sait que Macron est le président le plus impopulaire de la Vème République. Environ 70% des Français le trouve médiocre, arrogant et sans talent. Tous les sondages nous le répètent jour après jour. Ses prestations à la télévision agacent sérieusement, comme ses pitreries avec des gangsters de Saint-Martin quand il se fait filmer en train de tripoter des jeunes dénudés. Toute sa communication contribue à le rendre antipathique. Cette déconfiture accélérée en une année à peine explique aussi pourquoi il a lancé le parquet à l’assaut de ses principaux opposants, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Il a aussi bien entendu l’image d’un président qui travaille obséquieusement pour les riches, et même les très riches. Même sa femme semble prendre ses distances avec lui. On ne la voit plus parader à ses côtés avec son sourire un peu idiot sur ses dents en carton[1]. Ces deux caricatures ont effectivement lassé les Français par leurs frasques incessantes et leur goût du luxe qui ne leur coûte rien, que ce soit les frais de vaisselle[2] ou pour son maquillage[3]. 

    C’est l’économie, idiot !

    Mais tout cela ne serait rien ou pas grand-chose si par ailleurs Macron avait de bons résultats sur le plan de l’économie. Et c’est justement là que ça coince. On se souvient de l’apostrophe de James Carville à George Bush père lorsque Bill Clinton faisait campagne pour sa première élection : « C’est l’économie, idiot ! ». Ce qui voulait dire très précisément que si un président n’a pas de bons résultats économiques sur le front du chômage et de la croissance, il va être marginalisé. Or les Français considèrent que Macron est un médiocre président d’abord sur le plan de la politique économique. Un sondage publié dans La tribune est sans appel sur ce point[4]. Les Français les plus critiques sont d’ailleurs sur ce point les plus jeunes, les moins de 35 ans rejettent sa politique économique à 75%. Ce sont les plus vieux qui par ailleurs se font laminés leurs pensions de retraites qui sont les plus accommodants, ils ne seraient que 57% à critiquer la politique économique libérale de Macron. Cette information est capitale, parce que cela veut dire que les politiques de réglementation des marchés n’ont pas d’avenir et ne seront pas soutenu par les gens qui travaillent. Les jeunes représentant l’avenir, ce sont eux qui indiquent dans quel sens les votent vont évoluer.

      C’est l’économie, idiot !

    Ils ne font ni confiance à Le Maire, ni à Damarin, soit les deux représentants de la droite affairiste et européiste au gouvernement, deux hommes politiques qui inspirent une réelle antipathie, et pour leur personne et pour leur politique, mais aussi pour leurs revirements. Ils sont identifiés clairement comme ceux qui font que la politique de Macron-Philippe est bien une politique de droite favorable au grand capital. Que ce soit pour le chômage ou la réduction des déficits, la politique de Macron est fermement critiquée et rejetée. Mais dans ce sondage, ce qui est étrange, c’est que l’opposition la plus ferme contre la politique économique de Macron vient d’abord des électeurs proches du Rassemblement National. Ce qui veut dire que ces électeurs ne sont pas seulement attirés par ce parti parce qu’il défend une certaine idée de la France contre l’Europe et la mondialisation, mais aussi parce qu’ils considèrent que c’est seulement dans le cadre d’une souveraineté retrouvée que pourra s’exprimer une autre politique économique et sociale. Si on considère que la politique économique prônée par Laurent Wauquiez est quasiment la même que celle de Macron, on comprend que le RN n’a aucun avantage tactique à retirer d’un rapprochement avec Les Républicains comme semble l’y inciter Marion Maréchal-Le Pen.

    En attendant, selon Le monde daté du 26 octobre, le chômage est reparti à la hausse et augmente de 16500 unité ce dernier mois. Preuve qu'il ne suffit pas de traverser la rue et de faire des réformes stupides pour combattre ce fléau. Et la bourse a perdu 10 % de sa valeur au mois d'octobre. Avec ce que la crise entre l'Italie et la Commission européenne annonce, les raisons d'être optimistes sont très faibles.



    [1] https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/brigitte-macron-en-colere-son-escapade-secrete-loin-de-paris-revelee_420508

    [2] https://www.capital.fr/economie-politique/elysee-macron-aurait-en-realite-depense-500-000-euros-pour-un-nouveau-service-de-vaisselle-1292878

    [3] https://www.lci.fr/politique/emmanuel-macron-maquillage-une-facture-de-26-000-euros-depuis-son-election-2062262.html

    [4] https://www.latribune.fr/economie/france/politique-economique-la-popularite-de-macron-plonge-794513.html

    « Les journalistes et leur double peineNote sur le blocus du 17 novembre »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :