• Attaques répétées sur Mélenchon

    Misère de la caricature 

    Tant que Mélenchon n’apparaissait pas comme potentiellement au second tour de l’élection présidentielle, les attaques se faisaient feutrées. Mais voilà que Macron est en train de perdre du terrain et risque de ne pas se retrouver qualifié. Alors il faut dissuader les électeurs de voter pour Mélenchon car une partie de ceux-ci viennent de Macron. Les « humoristes » ne sont pas que des humoristes, comme Plantu nous l’a déjà montré par le passé, ils peuvent être aussi des petits bourgeois étriqués qui mettent leur coup de plume au service de l’oligarchie. 

    Attaques répétées sur Mélenchon 

    Le monde monte ainsi en épingle le conflit entre Johan Sfar et les troupes de Mélenchon. Il donne ainsi de l’importance à un type qu’on qualifiera d’un degré d’importance nulle, une sorte de semi-idiot utile que personne ne connaissait avant cette fausse polémique[1]. L’idée simplette de Sfar, présentée comme une loi de la nature, est la suivante : les extrêmes se rejoignent donc Marine Le Pen est d’extrême-droite, Mélenchon est d’extrême-gauche, donc ils sont pareils et nous mènent vers l’abîme. Ne discutons pas du talent de dessinateur de Sfar, tous les goûts sont dans la nature après tout, mais plutôt de ses positions politiques. En effet dans ses dessins il accuse Mélenchon de complicité criminelle avec Assad et la Russie, et en même temps de vouloir être une sorte de Robespierre des temps nouveaux, et donc de vouloir guillotiner à tour de bras. 

    Attaques répétées sur Mélenchon 

    Je passe sur le fait que l’image que Sfar renvoie de Robespierre est aussi fausse que convenue et que quand on fait ce dangereux parallèle on ne démontre que l’étendue de son ignorance. Ce qui pose problème c’est que Sfar pratique l’amalgame à haute dose et que c’est repris par les médias qui soutiennent Macron plus ou moins ouvertement. Sfar, alors même qu’il range dans un même sac Marine Le Pen et Mélenchon, alors qu’il fait de ce dernier un révolutionnaire sanguinaire, se plaint que les soutiens de Mélenchon s’en offusquent : c’est qu’en effet quand on désigne Mélenchon comme un criminel, ses soutiens se sentent désignés comme complices. Le problème c’est que les simplifications abusives de Sfar empêchent tout débat politique sérieux. Sfar a même le culot de revendiquer à la fois sa liberté de penser et donc d’attaquer Mélenchon, tout en s’élevant contre la liberté de penser de ceux qui l’attaquent ! Balançant ses conneries sur les réseaux sociaux, il s’étonne que les mélenchonistes – qu’ils désignent comme trolls[2] – répondent vertement à ses attaques.

     

    Amalgames de fin de campagne 

    Attaques répétées sur Mélenchon 

    Mélenchon est aussi assimilé à ce qui se passe aujourd’hui au Venezuela. Ce pays est en effet dans un grand chaos suite à l’effondrement du prix des matières premières, et donc le président au pouvoir, Maduro, est contesté violemment dans la rue. Or comme Maduro est le successeur de Chavez, et que dans le temps Mélenchon a soutenu Chavez dans son projet d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, on tire l’équation suivante ! Maduro = Chavez, Mélenchon soutenait dans le temps Chavez, donc Mélenchon soutient Maduro et donc il veut faire de la France un pays semblable au Venezuela ! Par ce genre de raccourci, on coupe court à toute analyse sérieuse de la situation dans ce pays d’Amérique latine. Mélenchon a dû donc se défendre de vouloir construire un nouveau Cuba en France[3]. C’est pourtant un sujet qu’il aurait fallu approfondir sérieusement car si le Venezuela est aujourd’hui au bord de la guerre civile, c’est bien parce que ce pays n’a pas su faire les réformes qu’il fallait au moment qu’il le fallait. En effet, lorsque le prix du baril de pétrole était au plus haut, il fallait investir dans l’indépendance de la nation, c’est-à-dire ne pas se contenter de vivre sur les revenus pétroliers. Tous les économistes savent que lorsqu’on se laisse aller au dutch disease on finit par le payer très cher lorsque la conjoncture se retourne. Tous les pays émergents qui ont vécu ces dernières années sur le commerce des matières premières – Brésil, Russie, Venezuela – le payent aujourd’hui très cher. Si on approfondit le raisonnement cela signifie que l’économie d’une nation ne doit pas dépendre de la demande externe, c’est donc une remise en cause directe de la division internationale du travail : contrainte et forcée il semble que la Russie ait admis maintenant cette nécessité absolue de ne pas dépendre de l’étranger[4]. Voilà un débat important mais qui n’est pas abordé, y compris d’ailleurs par les mélenchonistes, au moment où la mondialisation bat de l’aile.

     Attaques répétées sur Mélenchon
     

    Dans le même genre on a l’article du Monde de Thierry Wolton qui opère un amalgame douteux entre Marine Le Pen et Mélenchon sur la question de l’Europe[5]. Il nous met en garde contre les candidats anti-européistes qui rassemblent maintenant plus de la moitié de l’électorat. Il écrit ceci :

    « Il ne reste que trois « grands » candidats pour défendre, chacun à leur façon, les valeurs qui font de cette terre d’Europe un havre de paix et de bien-être, assailli il est vrai mais encore ouvert, par les voix de Hamon, Macron et Fillon. Aujourd’hui, à la vue des sondages, les extrêmes frôlent les 50 % de l’électorat, ce qui est déjà une défaite pour le camp de la démocratie. »

    Le sous-entendu est évident, il y a trois bons candidats – y compris le candidat mis en examen – les autres sont mauvais. L’Europe y est désignée comme un havre de paix car ouvert : l’attentat en plein Champs Elysées semble pourtant démontrer l’inverse[6]. Mais cela ne fait rien, que la zone euro soit la région de la plus faible croissance au monde, que le chômage structurel y soit aussi plus haut qu’ailleurs, l’Union européenne est ce qu’il y a de mieux et la critiquer c’est un péché qui vous range dans le camp des extrémistes. Wolton qui est par ailleurs assez ignorant, ne semble pas savoir que les nazis aussi voulaient construire l’Europe et que cela a très mal tourné. Pour lui les anti-européens sont des fascistes ou des néo-nazis. L’histoire nous enseigne pourtant que c’est l’inverse exactement : en 1940 les anti-européens représentaient la Résistance contre l’ordre nouveaux et dénonçaient la soumission à l’Allemagne. Ils construisirent par la suite un Conseil National de la Résistance pour au contraire avancer vers plus de bien-être – les lois sociales – et plus de liberté !

    En vérité si on devait faire un reproche à Mélenchon c’est de ne pas être assez clair sur l’Europe. Il prétend ne pas vouloir sortir ni de l’euro, ni de l’Europe[7], mais qu’il renégociera les traités. J’ai dit ici plusieurs fois que c’était une entreprise hasardeuse comme Tsipras l’a démontré. Si en effet on constate, comme la majorité des Français semble aujourd’hui le comprendre, que l’Europe et l’euro ont été de mauvaises choses pour la France, on doit revenir en arrière, et non pas considéré que l’Europe serait un acquis valable. Wolton sait bien tout cela, mais il fait comme si Mélenchon travaillait à la fin de l’Europe. Il est donc un menteur qui dévoile ainsi son programme : défendre l’oligarchie européenne.

     

    Conclusion 

    Mélenchon n’est pas un révolutionnaire, c’est au mieux un social-démocrate à l’ancienne, en tous les cas son programme est bien plus modeste que celui de Mitterrand en 1981. Mais les attaques contre lui montre combien l’oligarchie est à l’offensive et sans complexe. Les électeurs de gauche peuvent voter tranquillement dimanche pour Mélenchon, sans craindre de révolution… du moins dans l’immédiat.

     



    [1] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/20/mis-en-cause-par-les-partisans-de-melenchon-le-dessinateur-joann-sfar-replique_5114476_4854003.html

    [2] « Troller » Sfar serait une sorte de crime contre la liberté d’expression, tandis que critiquer Mélenchon serait normal : http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/joann-sfar-denonce-les-pratiques-d-une-armee-de-trolls-pro-melenchon-4935057

    [3] http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/15/cuba-chavez-alliance-bolivarienne-jean-luc-melenchon-repond-a-ses-adversaires_5111817_4854003.html

    [4] http://russeurope.hypotheses.org/5682

    [5] http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/04/15/thierry-wolton-les-deux-extremes-rouge-et-brun-nous-menacent_5111640_3232.html

    [6] http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/04/20/fusillade-sur-les-champs-elysees-a-paris-un-policier-abattu-et-un-assaillant-tue_5114533_3224.html

    [7] http://www.latribune.fr/economie/france/sortir-de-l-ue-et-de-l-euro-un-peu-de-serieux-dit-melenchon-691335.html

    « Présidentielles, dernière ligne droiteQuelles leçons tirer du premier tour des présidentielles ? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :