• Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants

     Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants

    Macron à Biarritz a donné son commentaire sur les gilets jaunes : « Je considère pour ma part que j’ai apporté des réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement (…). Je crois que (pour) celles et ceux qui continuent aujourd’hui (à manifester), il n’y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part de travail, maintenant chacun doit aller voter aux élections, et quand il porte des idées, se présenter aux élections », a-t-il déclaré[1]. Les yeux hagards, le regard fixe, il a tenté de faire croire que les gilets jaunes c’était fini, mais il semble bien que ce soit le contraire. Sa réflexion était stupide dans tous les sens qu’on puisse la lire. Parce qu’en effet il a fallu des mois de lutte pour lui faire sortir un peu de pognon pour les plus miséreux, ce qui prouve bien que sa politique économique était particulièrement nulle. Ajoutons d’ailleurs si l’économie française se soutient un peu mieux que les autres économies européennes, c’est parce que les gilets jaunes l’ont obligé à faire de la relance de la demande[2]. Et donc ils ont démontré combien toute la politique économique de l’Union européenne fondée sur l’austérité et le remboursement de la dette se trouvait dans une impasse. Macron nous dit que les gilets jaunes n’ont pas de proposition politique, c’est un mensonge de plus à mettre à son actif. En effet ce bonimenteur sans imagination se contente d’appliquer bêtement les consignes de Bruxelles, tandis que les gilets jaunes au contraire ont fait des propositions audacieuses, par exemple le RIC, payer les députés au salaire médian, augmenter le SMIC, favoriser les circuits courts, etc. Voir un peu plus bas la programme politique des gilets jaunes qui est le plus en avance que tous les autres couillons qui veulent une autre Europe, une Europe des gens, etc. Il conseille aux gilets jaunes d’aller voter aux européennes, preuve qu’il ne comprend pas dans quel monde il vit, ni qu’il s’est documenté sur ce que demandent les gilets jaunes. Il faut faire deux remarques :

    - la première c’est que les gilets jaunes existent parce que le système électoral, la démocratie représentative, a fait faillite. Le mouvement des gilets jaunes a montré que la démocratie pouvait passer par d’autres voies que celle du dépôt périodique d’un bulletin de vote dans l’urne. Mais Macron est figé dans le temps, il ne comprend pas qu’un système politique puisse changer ;

    - la seconde est que la puissance d’un mouvement ne tient pas compte seulement du nombre des manifestants – rappelons que la dernière manifestation des foulards rouges qui appelaient à soutenir Macron et son gouvernement a réuni 25 personnes place de la République à Paris – mais de l’intensité de ceux qui y participent. Quand on flirte avec les 25% de popularité, comme c’est le cas depuis 6 mois pour Macron, on ne fait pas le malin, alors que les gilets jaunes sont encore le soutien de plus de la majorité des Français.

    Pendant que les guignols traditionnels des partis de droite et de gauche font la danse du ventre pour essayer de grappiller quelques sièges aux élections européennes, les gilets jaunes continuent leur mobilisation, sans aucun appui, malgré la répression sauvage, malgré les interdictions hebdomadaires de manifester, malgré toute la propagande des médias pour tenter de les démobiliser. Nous fêtons donc aujourd’hui le 6ème mois d’un mouvement qui a commencé le 17 novembre de l’année dernière. 

    Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants 

    A Lyon des heurts avec la police 

    Donc pour les six mois du début de la révolte, la mobilisation était en baisse ce 27ème samedi, c’est bien sûr la conséquence de la répression violente, et des interdictions de manifester dans plusieurs grandes villes – situation inédite en Europe. Le site France police annonçait 55 000 manifestants, tandis que Castaner le menteur avançait 15 500. Ce qui n’est tout de même pas rien[3]. Cependant à ce chiffre, il faut ajouter les manifestants qui s’étaient rassembler pour protester contre la réforme Blanquer. Ils étaient peut-être 20 000 à Paris, 5600 selon Castaner. Il va de soi que le combat des gilets jaunes et des enseignants est le même puisqu’ils se donnent tous comme objectif de défendre le service public. La manifestation parisienne des gilets jaunes avait donné son départ au pied de la tour Total histoire de lui donner un tour plus écologiste, mais aussi pour protester contre la hausse des prix des carburants qui est repartie ces derniers temps sournoisement à la hausse. Un des aspects les plus importants de ce printemps, c’est que le noyau dur des gilets jaunes se radicalise, aussi bien en présentant des revendications qui, si elles étaient satisfaites, feraient exploser le système économique fondé sur le profit et la dévastation des biens publics, y compris donc de la nature, mais encore en s’endurcissant face aux forces de l’ordre transformées en milices à la botte de l’oligarchie. Un peu de partout les gilets jaunes renforcent leur capacité d’analyse en tenant des assemblées populaires où on réfléchit aux actions qu’on peut entreprendre pour continuer à déjouer les pièges de ce gouvernement fascisant. On a tenté de reprendre des ronds-points en revenant aux formes de mobilisation du début, mais on sent bien que cela ne suffira pas. Et aujourd’hui de nombreuses manifestations de gilets jaunes, à Toulouse ou à Marseille étaient orientées contre Monsanto,le producteur de glyphosates sauvé de la faillite l’hiver dernier par Macron ! 

    Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants 

    A Reims où la manifestation était interdite une passante jetée à terre par la milice 

    Bien que le ministère de la peur – officiellement ministère de l’intérieur – avance qu’il y avait peu de monde, il y a eu tout de même des violences, notamment à Reims où la police a cherché, jetant à terre une femme âgée, un peu comme Geneviève Legay, ce qui donne une image de lâcheté particulière à la milice de Castaner. Ça tombe très mal au moment où se mettent en place des ripostes juridiques avec des collectifs d’avocats pour dénoncer la répression et porte les affaires de répression excessive au niveau de la Cour internationale de justice, et au moment aussi où Le monde semble se réveiller de son coma avancé pour sortir toute une série d’articles sur les violences policières[4] 

    Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants 

    A Paris il y avait une manifestation des gilets jaunes et une manifestation des enseignants 

    La colère reste intacte, mais il est temps maintenant que les gilets jaunes se renouvellent. Certes leur apport au mouvement d’émancipation humain est colossal, aussi bien parce qu’ils ont révélé ce qu’était la conception bourgeoise de la démocratie, que parce qu’ils ont avancé des propositions sérieuses et décisives pour effectuer un changement radical, également parce qu’ils ont montré que quel que soit le degré d’entêtement imbécile de l’oligarchie, la pression de la rue faisait reculer le pouvoir, même le plus borné. Ils ont obtenu en 6 mois de lutte bien plus que les partis de gauche et les syndicats en 15 ans de défilé Bastille-Nation. Mais il faut aller plus loin. On sait que la lutte sera apre et très longue. Il me semble qu’aujourd’hui, nous sommes plus en panne d’une tactique que d’une stratégie. Cet imbécile de Badiou, critiquait les gilets jaunes au motif qu’ils n’étaient pas assez organisés et disciplinés. Je dis « imbécile », non seulement parce que ce sinistre cuistre a soutenu toutes les dictatures possibles et imaginables, de la Chine de Mao au Hamas en passant par les Khmers rouges et le Hezbollah, mais aussi parce qu’il n’a pas compris que la force des gilets jaunes venaient justement de ce refus de présenter une organisation verticale avec des chefs et des sous-chefs, et un programme aussitôt dépassé qu’il est dévoilé[5]. Il n’a pas compris, parce qu’il est réellement stupide que cette caporalisation qu’il revendique, non seulement est complètement dépassée, mais que c’est bien elle qui a amené les échecs sanglants aussi bien de la Révolution russe de 1917 que de la Révolution chinoise. Du haut de sa grandeur, le cuistre semi-instruit juge que « Ce sympathique carnaval ne peut m’impressionner ». Cette face de rat qui s’est toujours trompé sut tout et sur le reste, prend la posture du donneur de leçon. Même si ce n’est pas la même partition que Cohn-Bendit, c’est le même refrain, les gilets jaunes sont des abrutis qui picolent et fument des papiers maïs, ils sentent des pieds et ne se lavent plus depuis la dernière ondée. Dans le même numéro de Lignes on trouve encore l’avis de Philippe Corcuff, un sociologue au savoir des plus sommaires, qui croit savoir que les gilets jaunes seraient un peu facho sur les bords. Ils seraint, homophobes, racistes, sexistes antisémites, et j’en passe, c’est tout juste si ce malheureux couillon ne nous dit pas que les gilets jaunes mangent les enfants. En vérité il ne supporte pas, comme Badiou, que les gilets jaunes ne lui demandent pas son avis. Ils reproduisent sans trop s’en rendre compte le discours des Versaillais sur la Commune de Paris : les Communeux étaient désignés comme des ivrogne signorants et méchants, peu éduqués. Ils se méfient des pauvres, c’est ça le fond de l’affaire, ils veulent bien faire la révolution, mais seulement avec des gens comme eux, qui marchent au pas et qui écoutent les directives. Alors comme ils sont restés sur le bord de la route de l’histoire présente, il la dénigre, et font comme si elle n’avait pas existé. Mais le peuple se passe d’eux, comme il se passe des syndicats et des partis de gauche, même si cela rend les choses difficiles. Et finalement c’est bien ainsi.

     Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants 

    A Dijon les Gilets jaunes ont tenu une assemblée populaire

    Acte XXVII, six mois de lutte, les gilets jaunes avec les enseignants


     

     

     



    [5] Lignes, n° 59, mai 2019

    « Référendum et privatisation, la déconfiture de Macron et du lobby de la financeAbstention aux élections européennes »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :