• Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès

     Il y avait beaucoup de monde à Paris pour cette rentrée très politique 

    Le G7, ce colloque des dirigeants – qui ne dirigent rien d’ailleurs – tombe en même temps que l’acte 40 des gilets jaunes. Il se tient durant trois jours, du 24 au 26 août 2019 à Biarritz qui pour l’occasion a été transformée en camp retranché. 13 000 policiers, CRS et gendarmes sont mobilisés, et il en aura coûté la bagatelle de 36 millions d’euros. Macron, le roi des baratineurs à voulu rassurer les Français en disant au journal de 13 heures qu’ils avaient fait un G7 très économique ! A quoi cela sert-il ? A rien, sans aucun doute, et c’est pour cela que Macron nous a dit à la télévision qu’il avait entendu l’appel de la forêt (amazonienne bien entendu) et qu’il allait faire quelque chose. Tout le monde sait que ces colloques sont au mieux faits pour rassurer les populations et leur faire croire qu’elle sont gouvernées. Aucune décision ne sera prise, ni pour ce qui concerne le mauvais état de l’environnement, ni pour contrer l’imminence d’une crise économique de grande ampleur. Ce G7 est en fait un G8 puisque si on a exclu les Russes, on a invité le président de l’Union européenne, Donald Tusk, qui, encore moins que ses collègues sert à quelque chose. Et puis on y a rajouté l’Australie, le Japon, l’Inde, le Rwanda et l’Espagne. C’est un G7 furtif à géométrie variable. On peut compter sur Trump pour amuser la galerie. En clown de service, il sera comme chez lui. On y verra aussi la tremblotante Merkel, Giuseppe Conte en voie de démissionner. On ne voit pas qui sera capable de prendre une décision qui remette un peu d’ordre dans les affaires du monde

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès 

    Dès le 22 août, un contre-sommet du G7 était organisé à Urrugne 

    Macron fait maintenant celui qui joue la carte de la concertation. Ainsi, il annonce qu’il n’officialisera la réforme des retraites qu’après concertation. Ce qui veut dire, traduit de la langue de bois, qu’il convoquera les syndicats et fera semblant de les écouter, puis, il leur annoncera ce qui est prévu : selon lui le système de financement par répartition n’est pas tenable avec un âge de départ de 62 ans. Il a voulu également avant le G7 faire semblant de dialoguer avec la société civile. Vu qu’on ne sait pas où la société civile habite, c’est difficile de débattre avec elle après l’avoir convoquée. En fait il s’agissait de rencontrer quelques ONG. Mais même ça il n’arrive pas à le faire. Quelques-unes de ces ONG dont la fameuse OXFAM, ont refusé d’aller boire le coup avec le président-fou[1]. La raison est simple, le cuistre voulait parler des inégalités, comment les réduire, alors que depuis qu’il a été malencontreusement élu, il n’a cessé de réformer pour les augmenter ! Alors que Macron se donne du mal pour faire croire qu’il a changé, on constate que sa popularité ne bouge pas d’un pouce, il reste détesté des Français, même après avoir mangé un morceau de pizza avec les gueux[2]. Il n’a pas profité de l’accalmie de l’été. 

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès 

    Blocage de l’usine Monsanto à Peyrehorade le 23 août 2019 

    En attendant, la veille du colloque de la racaille politicienne à Biarritz, l’usine de l’empoisonneur Monsanto, située à Peyrehorade, a été une nouvelle fois bloquée. Sans doute que la défense du glyphosate par les préfets qui traînent les maires anti-glyphosate devant les tribunaux y a été pour beaucoup[3]. Alors que Monsanto est mis à mal par les tribunaux américains qui vont sans doute contraindre cette boutique à la faillite, on voit qu’en France on fait tout pour défendre ses intérêts pécuniers. On ne sait pas exactement quels sont les liens entre Monsanto et Macron, mais son acharnement à défendre le glyphosate qui empoisonnent nos populations et nos terres, est déjà la marque d’une corruption. Je rappelle que c’est Macron qui a, contre l’avis de Nicolas Hulot, permis au glyphosate de continuer son œuvre de mort. Les macroniens ont fait savoir qu’ils allaient suspendre les discussions sur le Mercosur, mais évidemment ils n’ont rien dit de son abolition nécessaire, comme ils n’ont rien de l’application du CETA qui a exactement les mêmes effets que le traité de libre-échange avec le Mercosur.  

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès

    Entre temps, les journalistes commencent à comprendre que les manifestations de Hong Kong, d’Algérie et des gilets jaunes en France sont très similaires dans leurs revendications : le peuple réclame d’être un peu plus respecté dans ses aspirations à la liberté et à la démocratie. Les Chinois de Hongkong font face à une répression dure, et l’armée chinoise menace d’arriver avec ses blindés à tout moment. Mais ils ont trouvé une belle parade, pour éviter la reconnaissance faciale du Big Brother local, ils sortent dans la rue par centaines de milliers avec des parapluies. Voilà une méthode dont on peut s’inspirer chez nous, les parapluies permettant éventuellement de se protéger des tirs de lacrymogènes et de LBD. Ici aussi on a commencé à avancer que c’était la main de l’étranger – la CIA – qui manipulait les Hongkongais. C’est tellement ridicule qu’on se demande comment une telle idée peut être avancée. Certes nous savons bien que la CIA est capable des pires coups tordus, mais le caractère plus que massif de la mobilisation rend cette hypothèse caduque. Que ce soit en France, en Algérie ou à Hongkong la litanie est la même : c’est l’étranger. Les services secrets français seraient derrière les manifestations des Algériens qui depuis 6 mois manifestent contre le régime pourri. Les hackers russes seraient selon cet imbécile de Macron derrière les gilets jaunes, et pour cela Poutine serait allié avec l’extrême-droite nazie. C’est la même chanson depuis Mai 68 au moins. A Hongkong la police est comme partout dans la difficulté de compter : comme Castaner-le-menteur, elle divise le nombre des manifestants par 5 ou par dix. Pour le reste, comme en France, elle éborgne en visant la tête avec les LBD. 

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès

    Si les gilets jaunes ont fait école dans le monde entier, la police française, transformée par Castaner en milice au service d’une oligarchie, a, elle aussi, donné le la en matière de répression violente. Cependant, la police étant préoccupée par la sécurité des imbéciles qui participent au G7, il y avait de la place pour manifester. Il y avait beaucoup de monde à Paris pour cette rentrée très politique, plusieurs milliers. C’est à tel point que les chaînes d’information en continu ont repris du service pour en rendre compte. C’était une synthèse de l’ensemble des luttes : à la fois contre l’ignoble Macron dont la politique a accru les inégalités sociales – le cuistre disait que le G7 allait s’occuper des inégalités entre les hommes et les femmes, mais il ne disait rien des inégalités entre les pauvres et les riches qu’il suppose naturelle – mais ils protestaient de loin aussi contre le G7 avec une très nette inclinaison pour les préoccupations écologiques. Les vacances sont bel et bien terminées ce week-end on a revu les gilets jaunes sur les ronds-points. Ils ont également repris l’action contre le racket des sociétés d’autoroutes, en décrétant ici et là la gratuité des péages. On voit très bien la méthode « gilets jaunes » : alors que les politiques blablatent sur le fait que ces sociétés se gavent sur notre compte, les gilets jaunes agissent et lèvent les barrières. 

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès 

    A Saint Brieuc, les gilets jaunes ont réoccupé les ronds-points dès le vendredi 23 août

     C’est une vraie leçon pour les syndicats qui sont complètement dans le coma et qui n’ont plus rien à dire sur rien, et encore moins sur le reste : ce qui compte ce ne sont pas les colloques, les pétitions, mais l’action sous toutes ces formes, ça va de la gratuité des péages, à la manifestation, en passant par l’occupation des ronds-points. Evidemment le mieux serait d’aller à une grève générale qui remette un peu les choses à plat, et en plus ce serait bon pour l’écologie de rester plusieurs semaines sans travailler. Mais nous n’en somme pas encore là. Je retiens que dans la manifestation parisienne de ce samedi, les gilets jaunes avaient sorti des parapluies. Manifestement ils ont retenu la leçon des manifestations hongkongaises. Notez que c’était assez calme parce que la police était bien moins mobilisée, trop occupée avec Biarritz quoiqu’en ait dit le préfet Lallement, dont rien que de prononcer son nom, ça m’écorche la bouche. Il y a eu des manifestations aussi à Toulouse et même au Mans. 

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès 

    A Ancenis les gilets jaunes ont repris la bonne vieille habitude des péages gratuits sur les autoroutes 

    Le clou de la journée a été la manifestation anti G7 qui a réuni au moins 15 000 personnes – la police disait 9000, c’est dire s’il y avait du monde. Et bien sûr les gilets jaunes étaient partie prenante de ce mouvement, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Il y avait aussi des Espagnols, le mouvement se voulant transfrontalier. Les journalistes tentent de faire comme si ces mouvements n’existaient dans leur juxtaposition que par le fait du hasard. Mais non, ce sont les fondements de la société productiviste et inégalitaire qui sont attaqués. Notez tout de même que la veille la police avait attaqué délibérément le camp des manifestants anti-G7. Très peu de médias en ont parlé[4], tout ça pour dire que la répression continue encore et toujours. Des militants qui se rendaient au rassemblement anti-G7 ont é »té arrêtés et jugés en express, comme ils avaient des cagoules dans la  voiture, ils ont morflé de la prison ferme, au motif que bien que la manifestation n’avait pas encore commencé, ils auraient pu s’y rendre et rendre cette manifestation violente. La Macronie n’a pas changé sur ce point, la violence l’accompagne, et elle disparaîtra sans doute dans la violence.

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès

    Entre Irun et Hendaye ils étaient des milliers de manifestants contre le G7… et contre Macron 

    Ce fut donc une très bonne journée pour la contestation anti-macronienne. Non seulement on voit une mobilisation clairement en hausse pour les gilets jaunes, mais ce mouvement converge naturellement avec la contestation du nouvel ordre mondial et des dégâts qu’il commet en son nom. Dans la foulée les manifestants, qu’ils soient à Paris, Hendaye ou Toulouse, dénonçait l’incompétence des hommes politiques qui à l’échelle planétaire ne semblent plus rien maitriser, ni les feux de forêt, ni même la croissance économique. Le plus difficile pour Macron est sans doute à venir avec les réformes pourries qu’il prétend faire passer, notamment sur les retraites, car il semble que les bureaucraties syndicales n’auront pas le choix, elles devront sortir de leur coma et faire quelque chose, autrement elles n’auront plus qu’une solution : fermer leur boutique.

    Acte XLI, les gilets jaunes contestent le G7… et Macron avec succès 

    A La Ciotat aussi les gilets jaunes ont investi le péage

    « Du rôle des préfets et de la psychiatrie dans la dictature qui se met en placeLa marche des portraits, la guerre contre Macron ne s’arrête plus »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :